back to top

Affaire libyenne : le mauvais alibi de Sarkozy sur TF1

Pour se défendre d'avoir reçu une valise de billets de Ziad Takieddine place Beauvau fin janvier 2007, Nicolas Sarkozy prétend ne pas avoir été à Paris au moment des faits. C'est faux.

Publié le

Dans un entretien face à Gilles Bouleau, Nicolas Sarkozy s'est défendu jeudi point par point après avoir été mis en examen mercredi dans le dossier libyen. Les juges soupçonnent l'ancien président de la République d'avoir reçu des versements d'argent liquide du dictateur Mouammar Kadhafi pour financer sa campagne présidentielle de 2007, ce que Nicolas Sarkozy réfute catégoriquement.

Au cœur des soupçons qui pèsent sur Nicolas Sarkozy, il y a les affirmations d'un homme : Ziad Takieddine. Cet intermédiaire de l'ombre entre la France et la Libye a affirmé aux enquêteurs qu'«autour du 27 janvier 2007» il avait «vu Nicolas Sarkozy directement» pour lui remettre de l'argent liquide en provenance de Libye. Des propos rapportés dans le livre des journalistes de Mediapart Fabrice Arfi et Karl Laske, Avec les compliments du guide (Fayard).

Extrait du livre Avec les compliments du guide, Sarkozy-Kadhafi, l'histoire secrète, l'enquête, de Fabrice Arfi et Karl Laske.

Extrait du livre Avec les compliments du guide, Sarkozy-Kadhafi, l'histoire secrète, l'enquête, de Fabrice Arfi et Karl Laske.

Ziad Takieddine affirme qu'il a remis une valise à Nicolas Sarkozy «autour du 27 janvier 2007». Face à Gilles Bouleau, Nicolas Sarkozy a tenu à réfuter ces accusations, et pour ce faire, il a minutieusement détaillé son agenda des jours qui ont précédé et suivis ce fameux 27 janvier 2007. Voici ce qu'il a affirmé :

«Il dit, ce sinistre individu [Ziad Takieddine, NDLR], qu'il m'aurait croisé au ministère de l'Intérieur. Il ne dit pas qu'il avait un rendez-vous, il dit qu'il m'aurait croisé au ministère de l'Intérieur et il dit autour du 27 janvier. Il m'a croisé, il a dit "bonjour Monsieur le ministre", il m'a remis une valise avec 1,5 millions d'euros, voyez la crédibilité de la scène... On se croise. Que n'aurait-il fait et qu'aurait-il fait de cette valise s'il ne m'avait pas croisé ? Mais il n'a pas de chance cet escroc, parce que j'ai la preuve que le 27 janvier je n'étais pas à Paris. J'étais en Avignon. Le 28 janvier je n'étais pas à Paris, j'étais en Avignon. Que le 26 janvier, je n'étais pas à Paris, j'étais en Poitou-Charentes. Et que le 25 janvier dans l'après-midi je n'étais pas à Paris, j'étais à Saint-Quentin. Deuxième ignoble mensonge.»

Des photos de l'AFP attestent de sa présence à Paris

Nous avons vérifié. Nicolas Sarkozy dit vrai pour les 25, 27 et 28 janvier. Mais il dit faux pour le 26 janvier. Il a passé une partie de la journée à Paris, en plein centre de la capitale, pour assister, à Notre-Dame-de-Paris, dans la matinée, à la cérémonie en hommage à l'abbé Pierre rendue en présence d'une foule de célébrités et des responsable politiques, comme en attestent les photographies de l'Agence France-presse (AFP).

Plusieurs photo prises par l'AFP attestent que Nicolas Sarkozy était présent lors des obsèques de l'Abbé Pierre à Notre-Dame de Paris.
Patrick Kovarik / AFP

Plusieurs photo prises par l'AFP attestent que Nicolas Sarkozy était présent lors des obsèques de l'Abbé Pierre à Notre-Dame de Paris.

Cette dépêche AFP témoigne d'ailleurs de sa présence :

AFP

La dépêche précise d'ailleurs que Nicolas Sarkozy avait été sifflé en arrivant sur le parvis. Contrairement à ce que son supposé alibi pourrait laisser penser, Nicolas Sarkozy a donc très bien pu passer par la place Beauvau en ce 26 janvier. Il était par ailleurs attendu dans la soirée du 27 janvier en région parisienne, pour une galette des rois au bureau UMP d'Asnières, à laquelle il n'assistera finalement pas. Pour s'excuser de faire faux bond aux militants asniérois, il leur envoie un courrier le 26 janvier. Ce courrier est daté de Paris.

«Ce qu'il a voulu dire, c'est qu'il n'était pas à son bureau»

Contacté par BuzzFeed News, l'entourage de Nicolas Sarkozy, reconnaît que l'ancien président était effectivement à Paris ce matin-là :

«Non, c'est parfaitement exact. Il était bien aux obsèques de l'Abbé Pierre. Ce qu'il a dit, c'est qu'il ne pouvait pas avoir vu Takkiedine, comme celui-ci le laisse entendre, au ministère de l'intérieur puisqu'il n'y'était pas.»

Interrogé plus précisément sur l'emploi du temps de Nicolas Sarkozy le 25 janvier au soir et le 26 au matin, son entourage n'a pas souhaité donner de détails. Il ajoute seulement :

«Ce qu'il a voulu dire, c'est qu'il n'était pas à son bureau. Son agenda l'atteste.»

Voici un récapitulatif des déplacements de Nicolas Sarkozy pendant ce laps de temps.

BuzzFeed




Paul Aveline est journaliste chez BuzzFeed News France et travaille depuis Paris.

Contact Paul Aveline at paul.aveline@buzzfeed.com.

David Perrotin est journaliste société chez BuzzFeed News France et travaille depuis Paris. Il écrit notamment sur les sujets liés aux discriminations.

Contact David Perrotin at david.perrotin@buzzfeed.com.

Jules Darmanin est journaliste chez BuzzFeed News France et travaille depuis Paris.

Contact Jules Darmanin at jules.darmanin@buzzfeed.com.

Got a confidential tip? Submit it here.