back to top

Ce projet raconte ce que vivent les personnes grosses en avion

«La stigmatisation des gens gros est profondément enracinée dans notre société» explique l'artiste Stacy Bias, sur son projet Flying While Fat.

Publié le

Voici Stacy Bias, une artiste américaine qui habite à Londres.

@fatfeistyfemme / Via instagram.com

La majeure partie du travail de Stacy Bias est centrée sur le thème de la «fat positivity», le fait d'aimer et de valoriser son corps lorsqu'on est gros-se. Elle est l'auteur de plusieurs projets comme Bellies are Beautiful, du Fat Experience Project, et du Badass Fatass Superhero Name Generator, ainsi que d'événements comme la conférence FatGirls Speak et les traversées à la nage ChunkyDunk.

Le dernier projet de Stacy Bias est un documentaire appelé Voler lorsqu'on est gros-se. Elle explique que c'est sa décision de quitter les États-Unis et de déménager à Londres, et l'inquiétude suscitée par le fait de voyager souvent en avion vu son poids, qui l'ont inspirée.

Voir cette vidéo sur YouTube

youtube.com

«Déménager de l'autre côté de l'océan, cela voulait dire prendre au moins deux avions et une journée entière à voyager, de nombreuses fois par an, raconte Stacy Bias à BuzzFeed. Je fais du 58/60, donc c'est vraiment la taille limite pour «tenir» dans un siège d'avion. Pour combattre mon anxiété, j'ai commencé à tenir un carnet de bord sur les vols que je prenait: quelle ligne aérienne et quel modèle d'avion? Avais-besoin d'une rallonge pour ma ceinture de sécurité? Le personnel était-il désagréable?»

Au bout de deux ans d'allers-retours, Stacy Bias a publié les informations compilées pendant ses voyages dans un article de blog très complet. L'article a rencontré un grand succès, dit-elle, mais l'a aussi fait beaucoup réfléchir.

youtube.com

«Les gens étaient là à surfer sur le net en stressant sur ces sujets, et quand ils me trouvaient, beaucoup étaient soulagés de voir qu'ils n'étaient pas seuls. Je me souviens d'avoir lu dans mes indicateurs statistiques web que plusieurs personne savaient cherché dans les moteurs de recherches des phrases comme: "Suis-je trop gros-se pour prendre l'avion?" et "Vont-ils me virer de l'avion parce que je suis gros-se?" Ça m'a à la fois brisé le cœur et rendu furieuse.»

Publicité

«La stigmatisation des gens gros est profondément enracinée dans notre société, dit Stacy Bias, et j'ai vu précisément comment cela fonctionnait et toutes les choses que nous rations par peur de la confrontation ou par peur "être adapté-e". J'ai senti que j'étais particulièrement bien placée pour me faire le relai de ces expériences et pour les faire entendre.»

Flying While Fat utilise les témoignages de plusieurs voyageurs grandes tailles, et met en lumière la façon dont les personnes grosses sont traitées dans les avions et dont les compagnies aériennes gagnent de l'argent au détriment du confort des passagers.

youtube.com

Le film, que Stacy Bias a créé avec Bethan Evans, maître de conférence à l'université de Liverpool (et avec l'aide de l'université), explique que les sièges d'avion ont été réduits en largeur au cours des dernières décennies afin d'augmenter le nombre de passagers sur chaque vol, et pourtant la corpulence est souvent le seule raison invoquée lorsque les gens se sentent à l'étroit.

Les personnes interrogées racontent par exemple avoir eu affaire avec des compagnons de voyage malveillants. Elles expliquent faire des efforts pour rendre le voyage des autres plus confortable à leur propre détriment. Pour beaucoup, le coût du voyage en avion peut augmenter les discriminations.

youtube.com

«Comme le dit l'un des participants, la société a des idées très rigides de ce qui est "juste", et ce mot est synonyme "d'égal", explique Stacy Bias à BuzzFeed. On a un vrai problème d'empathie, et c'est doublement vrai là où l'espace est une ressource commercialisée.»

En revanche, elle dit que les passagers corpulents font souvent de gros efforts, qui peuvent parfois se révéler dangereux, afin d'éviter de gêner les autres.

youtube.com

«Vous pouvez être sûr-e que si vous êtes assis-e à côté d'une personne grosse dans un avion, elle est nettement moins à son aise que vous et qu'elle essaiera probablement de faire tout son possible pour minimiser l'impact qu'elle a sur vous, dit Stacy Bias. Par exemple, 25% de mes participants se déshydratent volontairement avant de prendre l'avion, afin d'éviter d'avoir à circuler dans les allées pour utiliser les toilettes de l'avion.»

Stacy Bias qualifie les réactions à Flying While Fat de «mitigées, comme prévu».

youtube.com

«Les réactions d'autres personnes grosses ont été puissantes et positives, ajoute-t-elle. En dehors de la communauté qui défend la «fat positivity», beaucoup éprouvent de l'empathie, mais plus nombreux sont ceux qui n'en éprouvent pas.»

«On ne peut pas développer de compassion envers quelqu'un si on refuse de le considérer comme un être humain, continue l'artiste. Les gens voient l'obésité comme un choix modifiable, et donc pour laquelle il n'est pas nécessaire d'éprouver de la compassion, mais la réalité est loin d'être aussi simple.»

youtube.com

«Un moyen de changer cette culture d'hostilité c'est d'être ouvert à la souffrance des autres, et de voir que cette souffrance est réelle, et de faire preuve d'empathie, dit Stacy Bias. C'est du ressort des autres de décider s'ils vont faire preuve d'empathie et d'agir dans ce sens.»

Ce post a été traduit de l'anglais.

Every. Tasty. Video. EVER. The new Tasty app is here!

Dismiss