back to top

Voici comment un prof a enseigné à sa classe une leçon sur le privilège

Avec une corbeille et des boules de papier.

Publié le

J'ai un jour vu un prof de lycée enseigner une leçon simple et puissante à sa classe, sur le privilège et la mobilité sociale. Il a juste donné une feuille de papier à chacun de ses élèves et leur a demandé d'en faire une boule.

Nathan W. Pyle / Via buzzfeed.com

Puis il a placé sa corbeille à papier devant les élèves.

Nathan W. Pyle / Via buzzfeed.com

Il a dit : « Le jeu est simple — vous représentez tous la population du pays. Et tout le monde dans le pays a une chance de devenir riche et d'atteindre la classe sociale supérieure. »

Nathan W. Pyle / Via buzzfeed.com

« Pour grimper l'échelle sociale, tout ce que vous devez faire, c'est jeter votre boule de papier dans la corbeille tout en restant à votre place. »

Nathan W. Pyle / Via buzzfeed.com

Les élèves au fond de la classe sont immédiatement intervenus : « C'est injuste ! » Ils voyaient bien que les rangées de devant avaient de bien meilleures chances de réussir.

Nathan W. Pyle / Via buzzfeed.com

Tout le monde a lancé sa boule de papier, et — comme prévu — la plupart des élèves au premier rang ont réussi (mais pas tous) et seulement quelques élèves du fond de la classe ont réussi.

Nathan W. Pyle / Via buzzfeed.com

Le prof a conclu en disant « Plus près vous êtes de la corbeille, plus vous avez de chance. Voilà ce qu'est le privilège. Avez-vous remarqué que les seuls qui se plaignaient de l'injustice sont ceux qui étaient au fond de la salle ? »

Nathan W. Pyle / Via buzzfeed.com

« En comparaison, les gens à l'avant de la classe étaient moins susceptibles de se rendre compte du privilège dont ils avaient hérité. Tout ce qu'ils voient, ce sont les deux mètres qui les séparent de leur but. »

Nathan W. Pyle / Via buzzfeed.com

« Votre rôle — en tant qu'élèves qui reçoivent une éducation — est d'être conscients de votre privilège. Et d'utiliser ce privilège pour essayer d'accomplir de grandes choses, tout en défendant ceux qui sont dans les rangées derrière vous. »