back to top

9 preuves que s'envoyer en l'air dans l'espace est une très mauvaise idée

« La lubrification vaginale pourrait poser problème. »

Publié le

1. Bander en microgravité n'est pas évident.

Discovery / Via giphy.com

La gravité aide le sang à atteindre les parties les plus basses de notre corps ; dans l'espace, comme le physicien et astronome Dr. John Millis, de l'Université Anderson, l'a expliqué à BuzzFeed par e-mail, le sang monte à la tête et dans la poitrine.

En microgravité, il serait donc assez compliqué pour le sang d'arriver au pénis durant une érection.

« L'excitation masculine est plus difficile dans l'espace, bien qu'elle soit techniquement possible », affirme John Millis. Malheureusement, dit-il, la NASA ne reconnaît pas, à ce jour, étudier ce sujet délicat. Jusqu'à ce que l'on obtienne des preuves empiriques au sujet de la trique spatiale, cela restera l'un des plus grands mystères de la vie.

2. Et mouiller n'est pas facile non plus.

Warner Brothers / Via youtube.com

Le problème est exactement le même pour les femmes. Lorsqu'elles sont sexuellement excitées, le sang afflue vers leurs parties génitales, ce qui provoque le gonflement du clitoris et la lubrification du vagin. Mais pas tant que ça en microgravité, selon le Dr. Millis.

On en sait très peu sur l'excitation féminine en milieu spatial, puisque personne ne reconnaît s'être officiellement penché sur la question. « La NASA pourrait facilement étudier ce phénomène en surveillant les astronautes dans leur sommeil », affirme le Dr. Raymond J. Noonan dans un rapport publié par l'Institut Kinsey. Flippant.

3. La lubrification vaginale pourrait poser problème.

Canadian Space Agency / Via youtube.com

« La lubrification vaginale pourrait poser problème puisque le fluide - tout comme la sueur et les larmes - aurait tendance à s'agglomérer à l'endroit de sa sécrétion, en l'absence de gravité. Cela n'empêcherait pas nécessairement l'excitation, mais je ne peux qu'imaginer à quel point ce serait désagréable/inconfortable », confie John Millis.

4. Vous subiriez une baisse de libido.

Universal Pictures / Via youtube.com

La testostérone accroît l’appétit sexuel. Mais pour une raison inconnue, une baisse des niveaux de testostérone a été observée chez les hommes durant leur séjour dans l'espace, affirme John Millis.

La NASA ne peut expliquer ce phénomène. Mais les niveaux de testostérone des astronautes reviennent à la normale à leur retour sur Terre, comme l'écrit le Dr. Noonan.

5. Il n'y a pas de porno pour les astronautes américains.

Paramount Pictures / CBS / Via media.giphy.com

Bien que les Russes de la station Mir aient prétendument eu accès au porno dans l'espace, selon le Dr. Noonan.

6. Le sexe serait fastidieux et fatigant.

LucasFilm / Via giphy.com

En microgravité, notre cœur n'a pas besoin d'envoyer le sang aussi vigoureusement au reste du corps ; celui-ci finit donc par rétrécir, dit John Millis. Nos muscles s'affaiblissent (plus particulièrement nos jambes) car nous ne nous les utilisons pas autant pour résister à la gravité. Notre corps devient donc « paresseux », explique le Dr. Noonan.

Cela pose problème lors de l'acte sexuel, car le rythme cardiaque s'accélère rapidement et la respiration devient plus profonde. Si l'on n'y est pas habitué, le corps se fatigue très vite.

7. Vous pourriez concevoir un extra-terrestre difforme.

Twentieth Century Fox / Via giphy.com

Tomber enceinte dans l'espace serait une expérience intéressante, car nous ne savons même pas si c'est effectivement possible.

Selon le Dr. Millis, l’apesanteur pourrait provoquer une fausse couche ou une grossesse extra-utérine. Les hauts niveaux de radiation présents dans l'espace pourraient également causer des déformations et des mutations du fœtus.

Il est probable que la structure osseuse du fœtus ne se formerait pas correctement en microgravité, affirme John Millis.

« Si l'acte sexuel réussissait, il est quasiment certain que le fœtus qui en résulterait ne survivrait pas à la grossesse », précise-t-il.

8. Votre sueur serait carrément dégueu.

Canadian Space Agency / Via youtube.com

Le sexe donne naturellement chaud et fait transpirer, plus particulièrement quand deux corps se pressent l'un contre l'autre.

En microgravité, la sueur ne coule pas le long du corps, mais colle à la peau et s'agglomère en flaques, selon John Millis. Au cours d'une partie de jambes en l'air agitée et vigoureuse, des gouttes de sueur voleraient dans tous les sens.

« Pas très romantique, en somme », ajoute-t-il.

9. Le sexe serait très TRÈS gênant.

SoftBank CM / Via youtube.com

« Chaque poussée ou impulsion propulse l'astronaute dans la direction opposée. Imaginez un couple de patineurs sur la glace. S'ils se repoussaient à l'aide de leurs mains, ils s'enverraient mutuellement dans des directions opposées », dit John Millis.

« Les astronautes auraient besoin d'être soigneusement amarrés, non seulement à la station spatiale, mais également l'un à l'autre. Cela rendrait la mécanique du sexe compliquée, et aussi passablement gênante, selon toute probabilité », ajoute-t-il.