back to top

J'ai essayé des méthodes populaires pour lutter contre l'anxiété, et voici ce qui s'est passé

Je voulais être moins anxieuse, mieux dormir, et passer moins de temps à bloquer sur les petites choses. J'ai donc à peu près tout essayé.

Publié le

Salut, je m'appelle Michelle, et je suis quelqu'un d'anxieux.

Michelle No / Via Instagram: @michellenope

C'est le cas depuis que je suis enfant. Et même maintenant, alors que j'ai la vingtaine, je fais des efforts quotidiens pour sortir de ma zone de confort. D'un côté, je sais que je suis motivée et ambitieuse. Mais de l'autre, j'ai tendance à beaucoup m'inquiéter pour les petites comme les grandes choses, et ça interfère avec mes objectifs. Malgré une apparente confiance en moi, les sentiments d'anxiété m'accompagnent toujours.

Donc, pour cette nouvelle année, j'ai décidé d'agir pour changer tout ça.

Nathan W. Pyle / BuzzFeed / Via Instagram: @https://www.instagram.com/nathanwpyle/?hl=en

Je voulais être moins anxieuse, mieux dormir, et passer moins de temps à bloquer sur les petites choses.

Pour y arriver, j'ai décidé de passer un mois entier à essayer toutes les habitudes bien-être que les gens utilisent pour se sentir mieux ou plus zen. Des trucs comme arrêter le café et l'alcool, faire du yoga, tenir un journal, éteindre les téléphones et les écrans télé, méditer, et d'autres.

À la fin du mois, mon but était de trouver de nouvelles habitudes à incorporer à ma vie.

Avant de commencer, j'ai lu tout ce que je pouvais trouver sur les soins personnels et le bien-être.

Disney / ABC Television

Tout, des longs témoignages sur comment le yoga a changé la vie de quelqu'un aux odes aux huiles essentielles, un tutoriel sur comment parfaitement dormir, et un livre de bien-être vraiment utile (Joy on Demand: The Art of Discovering the Happiness Within par Chade-Meng Tan, Éd. Harper One, 2016, non traduit) qui m'a convaincue par son approche scientifique dans la manière d'expliquer la méditation et la pleine conscience.

Puis j'ai rassemblé une sélection des habitudes les plus populaires et ai établi un calendrier d'un mois pendant lequel je les essayerai toutes.

Jenny Chang / BuzzFeed

J'essayerai chaque habitude au moins cinq fois. Et si certaines me plaisent, je les continuerais au besoin.

Je savais que ça ferait beaucoup, mais je me suis dit que, avec un grand nombre de ces expériences, comme le thé ou les gélules de mélatonine, je pourrais savoir quasi immédiatement si elles fonctionnaient ou pas. Et pour les plus intenses, comme la méditation ou l'abandon du café, je pourrais au moins essayer et voir si elles valent le coup de s'investir sur du long terme.

Publicité

Voici donc ce que j'ai appris pendant cette expérience.*

*Et, bien sûr, mes découvertes s'appuient sur ma situation personnelle, des prédispositions génétiques et des préférences bizarres et illogiques. Acceptez-les donc avec circonspection, étant donné que ce qui a fonctionné pour moi peut ne pas fonctionner pour vous (et inversement !).

1. Je suis super impatiente, donc je m'attendais à détester la méditation. Mais j'avais tort.

Headspace, Michelle No / BuzzFeed

J'ai décidé d'essayer de méditer en utilisant Headspace, une application de méditation guidée (en anglais) qui vous guide dans des sessions de respiration de 3, 5 ou 10 minutes. Au début, je n'étais pas enchantée à l'idée de dédier mes matinées à quelque chose de si abstrait. Mais, en fait, ça m'a beaucoup plus plu que ce à quoi je m'attendais.

Passer quelques minutes les yeux fermés et simplement me focaliser sur l'inspiration et l'expiration (au lieu de me focaliser sur mes pensées anxiogènes) était vraiment revigorant, particulièrement après quelques sessions. J'ai aussi aimé le fait que les sessions étaient courtes, je pouvais donc facilement le refaire plus tard dans la journée si je le souhaitais. En résumé ? Un succès.

Pour une application en français, on vous recommande l'application Petit Bambou.

2. Les podcasts ne m'ont pas changé la vie, mais j'ai trouvé la réponse à quelques questions que je ne savais même pas que je me posais.

Converse / Via giphy.com

J'ai commencé avec le podcast Happier (en anglais). L'épisode qui m'a le plus parlé était celui des mythes sur bonheur – dont celui qui prétend qu'il est égoïste d'essayer d'être plus heureux. Et le podcast explique que des études ont montré que «les gens plus heureux sont plus susceptibles d'aider les autres et sont moins préoccupés par leurs problèmes personnels». J'ai détesté le fait que ma quête personnelle du bonheur ait besoin d'être validée par une étude, mais je me suis aussi sentie mieux à l'idée d'avoir passée tant de temps sur la meilleure manière d'inspirer et d'expirer.

3. Tenir un journal de gratitude m'a immédiatement beaucoup plu.

Michelle No / BuzzFeed

J'ai commencé par faire des listes super générales des choses dont j'étais reconnaissante : mes collègues, mon boulot, ma santé, mes amis, etc. Mais mon journal de gratitude est devenu vraiment efficace quand je suis entrée plus dans les détails. Une fois que j'ai commencé à écrire tous les petites choses positives de ma vie quotidienne (même les choses auxquelles je ne pense pas souvent comme le fait de vivre dans un appartement à New York qui n'a pas de souris) j'ai commencé à vraiment y faire attention au cours ma journée.

Pour moi, le journal de gratitude s'est avéré être une manière facile de me focaliser sur le positif plutôt que sur les problèmes. Je me suis sentie un peu bête de m'inquiéter de ne pas avoir compris comment fonctionnait le système des retraites quand je me suis souvenu à quel point ma situation a évoluée depuis que j'ai déménagé à New York. (Je vivais dans un appartement où les puces de lit, souris et cafards s'invitaient fréquemment.)

Publicité

4. Mais les huiles essentielles ne m'ont rien apporté, à part des maux de tête.

Michelle No / BuzzFeed

J'ai détesté les huiles essentielles. J'ai tamponné un peu d'huile de lavande – certains disent que c'est une huile relaxante qui réduit l'anxiété – sur mes poignets et en ai ajouté un peu à ma crème hydratante pour le corps. Mais j'ai immédiatement rincé mes poignets car ça sentait le désinfectant. J'ai également essayé un diffuseur à huile. Même si l'odeur, plus subtile, était agréable, ça n'a absolument pas changé mon humeur. Je sais pas, je suis le genre de personne qui aime les choses sans odeur, et personnellement, ça m'empêchait plus de me détendre qu'autre chose.

5. Le yoga était *très* désagréable au début, mais au final ça a été la meilleure chose que j'ai essayé de tout le mois.

Michelle No / buzzFeed

Je voulais tellement être comme ces contorsionnistes sur Instagram qui peuvent se tenir sur la tête comme si c'était super simple, mais en fait c'était vraiment difficile ! Même si j'ai commencé par le cours débutant au studio de yoga de mon quartier, j'ai eu l'impression d'être la personne la plus nulle du cour. Alors que je passais du chien tête en bas au chien tête en haut, en tressaillant à chaque position, j'avais l'impression d'être tout sauf zen.

Mais ensuite ça s'est amélioré. Après le troisième jour, j'étais plus à l'aise avec les positions et, pour être honnête, simplement plus à l'aise avec le fait d'être nulle en yoga. (Passer d'un cours en studio à une séance de yoga sur YouTube que je pouvais faire à la maison/à mon propre rythme a aussi aidé.) J'aime l'idée à la base du yoga, car la pratique nécessite principalement de rester détendu tout en étant activement mal à l'aise. (Et, quand j'y pense, c'est aussi le fait d'équilibrer mon esprit.) C'est devenu un peu plus facile avec chaque séance. Après un certain nombre, j'étais accro.

6. Éteindre mes écrans à 21 heures n'a pas eu l'effet relaxant auquel je m'attendais.

Michelle No / BuzzFeed

Je sais, je sais. Tous les articles et études importants disent que nos téléphones nous maintiennent éveillés si nous les utilisons juste avant de nous coucher. Donc quand j'ai abandonné les écrans deux heures avant de me coucher, je pensais vraiment que mon esprit se calmerait. Mais, tandis que j'étais couchée chaque soir où je ne consultais pas mes écrans, je finissais par être en colère contre mon propre corps qui ne voulait pas dormir. Je me suis demandé si mon corps était tellement habitué à avoir besoin de s'investir à tous moments sur le plan social et visuel que, lorsqu'il n'est pas «nourri», il est encore plus agité. Un peu comme la manière dont se sentirait un accro au sucre qui essaye de se sevrer.

Malgré le manque de résultats tangibles, j'ai bien aimé l'idée de me concentrer sur autre chose que des tweets énervés et des mèmes juste avant de dormir, donc j'ai décidé de garder cette habitude, mais je l'ai réduite à seulement 30 minutes sans écran avant de dormir.

7. Mon application de bruit blanc était censée être relaxante, mais au lieu de ça elle m'a stressé.

Rebecca Hendin / BuzzFeed / Via giphy.com

Il y a quelques mois, un collègue m'a parlé de l'application gratuite appelée Rain Rain qui émet des sons relaxants issus de la nature. C'est gratuit, et les sons sont vraiment très fidèles à la réalité. Un soir, après une douche chaude et après avoir éteint tous mes écrans, j'étais allongée en écoutant le son agréable d'un feu qui craque produit par mon iPhone, placé à côté de mon lit.

Et je ne pouvais pas arrêter de stresser en me demandant quand l'application de bruit blanc allait s'arrêter.

Vous pouvez soit laisser l'application tourner, soit régler un minuteur de sommeil. Je savais que si je la laissais tourner, le son finirait immanquablement par me réveiller à un moment ou un autre. J'ai donc réglé le minuteur pour avoir une bonne heure de son. Et à chaque minute passée à essayer de m'endormir, je me demandais : «Est-ce que le bruit blanc va bientôt s'arrêter ? Est-ce que ça fait 10 minutes ? Ou 45 ? Si l'application s'arrête, ça veut dire que j'ai perdu une heure à essayer de m'endormir et que je devrais dormir une heure de plus demain matin, etc., etc.»

L'application m'a rendue incroyablement attentive au temps, ce qui, de manière ironique, alimente mes insomnies.

Publicité

8. Arrêter l'alcool pendant une semaine m'a rendue assez asociale, mais je pense que c'est parce que je m'y suis mal prise.

Michelle No / BuzzFeed

Je ne bois pas beaucoup, mais l'alcool fait partie intégrante de ma vie. Je bois de un à trois soirs par semaine. Ce qui entraîne assez régulièrement des baisses de régime post-alcool. Je me demandais ce qui se passerait si, pour une semaine seulement, j'arrêtais complètement de boire.

Comme une grosse débutante, j'ai décidé d'éliminer la possibilité d'être tentée et j'ai évité les soirées (dans les bars ou chez des amis où il y a de l'alcool). Ce qui, évidemment, m'a tenu à l'écart de la vie sociale et de tous les avantages pour mon humeur liés à la compagnie de mes meilleurs amis. Comme je le disais, une grosse erreur de débutant.

Je suis sûre que m'abstenir un peu plus souvent de boire de l'alcool améliorerait l'utilisation que je fais de mes week-ends, vu que je n'en passerais pas la moitié en mode gueule de bois. Je sais que tout le monde a une relation différente à l'alcool, mais, en ce qui me concerne, je pense que m'abstenir davantage aurait un impact positif sur ma situation.

9. Les puzzles m'ont épuisée (dans le bon sens du terme !), m'ont donné sommeil et se sont révélés être assez addictifs.

Michelle No / BuzzFeed

Quand j'étais enfant, j'adorais les puzzles. Mais j'avoue que l'idée de m'asseoir pour faire un puzzle en tant qu'adulte me semblait futile et être une perte de temps après le bureau.

Et me voilà, étalant un puzzle de 1 000 pièces sur mon petit bureau. Ça m'a pris du temps vu le petit espace, le mauvais éclairage de chez moi, et la chaise pas confortable mais en quelques minutes, j'étais À 👏 FOND 👏. Étant une personne qui aime les défis et qui cherche toujours à prouver ce qu'elle vaut, j'ai adoré le côté stimulant de ce puzzle, l'élément visuel, et le fait que je pouvais le combiner à une autre activité relaxante (écouter un podcast).

Je sais que certaines personnes détruisent tout simplement le puzzle une fois qu'elles ont fini, mais le fait d'avoir choisi un joli design que je pourrais peut-être encadrer m'a donné une raison supplémentaire de m'y mettre.

10. Les masques pour le visage calmant se sont révélés très agréable, et ce tous les jours.

Michelle No / BuzzFeed

J'adore essayer différentes couleurs de rouge à lèvres ou faire une manucure, mais il y a quelque chose de vraiment gratifiant dans la simplicité (et le prix) des masques pour le visage et des soins pour la peau. Je me suis donc assise avec un paquet de masques pour le visage que m'a mère m'avait donnés, j'en ai ouvert un et l'ai appliqué sur mon visage.

Et franchement ? Je déteste l'admettre, mais rien ne me fait garder les pieds sur terre autant que de contempler mon propre visage. 💁 Je les recommande à 100 %.

11. Me forcer à aller au lit de bonne heure (et dormir deux heure de plus) a fait que mes matins sont très calmes et que les journées commencent en mode ~zen~.

Michelle No / BuzzFeed

J'ai toujours su que, peu importe à quel point j'essaye de me convaincre du contraire, je suis matinale. Du coup, me coucher plus tôt, m'a fait me lever encore plus tôt, et mon temps libre n'avait plus lieu le soir mais le matin. Et ça a tout changé.

Alors que le soir je rentre à la maison épuisée et je manque de motivation pour faire quoi que ce soit de productif, le matin, je me lève aux aurores (parfois à 5 heures, le reste du temps à 6 h 30) et j'ai envie de tenir mon journal, faire de l'exercice et d'essayer de faire un peu de yoga. Comme des études le suggèrent, mes pensées sont plus négatives le soir, tandis que mon esprit est un peu plus calme le matin.

Publicité

12. Lire s'est avéré être un bon moyen de me distraire sans m'engager.

Michelle No / BuzzFeed

Mon livre de chevet était Still Life of Woodpecker par Tom Robbins, qui avait tout ce qu'il fallait pour être un bon choix de relaxation : il est assez court et je peux l'ouvrir à n'importe quelle page et être divertie.

Il n'existe rien de tel que le sentiment de lire un livre qui résume parfaitement une émotion que vous avez toujours cru être le seul à ressentir, et ce livre a rempli cette fonction avec brio.

13. Renoncer au café pendant une semaine m'a fait réaliser que je me porte mieux sans le matin.

Michelle No / BuzzFeed

Je ne vais pas mentir, les premiers jours, j'ai vraiment eu du mal – j'avais envie de remplacer mon café matinal par un encas supplémentaire, ou cinq. Et sans ma dose de caféine habituelle de 10 heures, il a été difficile de lire mes e-mails et d'avancer sur mes tâches à faire.

Mais, au fil de la semaine, et tandis que les effets du manque de caféine se dissipaient, j'ai dû faire face à la conclusion inattendue que mes exercices du matin étaient en fait suffisants pour me donner de l'énergie pour la matinée. Et, en fait, je me suis rendue compte que sans mon «pic» de caféine (c'est-à-dire l'agitation que je prenais pour de l'énergie), je me sentais plus alerte le matin.

Ça a un peu raccourcit mes journées... Je me suis sentie (et c'est normal) plus fatiguée plus tôt dans la journée. Pour compenser, j'ai opté pour une légère tasse de thé ou un simple expresso vers 15 heures. Mais, dans l'ensemble, j'ai moins ressenti de grands changements dans mon énergie, et donc moins de sautes d'humeur. De tous les trucs que j'ai essayé, j'ai l'impression que ne pas boire de café le matin est ce qui a eu le plus d'impact.

Donc, après ces expériences qui ont duré un mois, voici un résumé de ce qui a vraiment marché pour moi :

• La méditation via Headspace : Je m'en suis servi pour «nettoyer» mon esprit le matin et pour le remettre à zéro. Je l'ai aussi utilisée durant la journée pour m'aider à me calmer durant des moments de stress intense.

• Tenir un journal de gratitude : Me souvenir quotidiennement de ce que j'ai déjà continue à me donner une idée de comment gérer mon stress et prendre du recul.

• Le yoga : Combiné à de la méditation et des exercices = double victoire.

• Éteindre tous les écrans (ordinateur, télé et iPhone) après 21 heures : Même si ce n'est pas un remède miracle, ça a aidé à diminuer l'excitation dans ma tête avant d'aller au lit.

• Faire un puzzle : J'ai adoré ! Une bonne activité, sans effort cognitif et suffisamment intéressante pour détourner votre attention et ne pas ruminer.

• Lire un livre pour fuir la réalité : Même si ça demande un effort, lire a toujours été et sera toujours pour moi un moyen de me sentir moins seule au monde.

• Les masques relaxants : Ça ne me dérange pas. 💅

• Se coucher deux heures plus tôt que d'habitude : Un sommeil plus long = moins de pensées répétitives et négatives le soir + plus de temps le matin pour lire/méditer/faire du yoga.

Publicité
Michelle No / BuzzFeed

J'aurais adoré pouvoir, à la fin de cette expérience, réunir tous mes résultats dans une formule parfaite pour rester calme et aller de l'avant. Malheureusement, j'en tire différentes conclusions.

J'ai aimé à la fois les manières traditionnelles de rester attentif et concentré, comme la méditation et le fait de tenir un journal, et des manières plus contemporaines, comme les masques pour le visage et le fait d'éteindre les écrans 30 minutes avant de se coucher. Trois mois après avoir commencé cette expérience, je peux dire en toute honnêteté que je continue à faire tout ça.

À une époque où tout semble nécessiter notre attention immédiate, trouver de nouvelles manières d'organiser et de classer mes pensées et mon énergie par ordre de priorité a eu un effet calmant. Le yoga et la méditation continuent à me rappeler quotidiennement que la vie continue, même lorsque les petites choses ne sont pas gérées à la minute.

Bien sûr, certains jours, toutes les choses zen dans lesquelles je me suis engagée semblent être UNE VRAIE CORVÉE et j'ai l'impression de m'être enfermée dans une toute nouvelle routine que je dois continuer pour garder ma santé mentale. Mais la santé mentale, comme la santé physique, est un élément essentiel (si ce n'est le plus important) du bonheur quotidien, je m'y astreins donc.

Je suis à peu près sûre que mon anxiété ne disparaîtra jamais complètement. Et, pour être tout à fait honnête, je ne suis pas sûre que je le veuille, vu à quel point elle est liée à mes élans créatifs. Mais je suis convaincue que si je travaille assez mes muscles mentaux, j'arriverais éventuellement à être tout à fait capable de gérer chaque moment de stress, comme on gère une petite piqûre d'insecte que je peux ignorer jusqu'à ce qu'elle disparaisse.

Ce post a été traduit de l'anglais.