go to content

Ces photographes yazidies témoignent de la vie après Daech

Depuis le massacre de Sinjar il y a deux ans, la communauté yazidie essaye de passer à autre chose.

posté le

Il y a deux ans, lorsque Daech a capturé la ville de Sinjar, dans le Nord de l'Irak, des milliers de personnes appartenant à la communauté yazidie se sont retrouvées prises au piège, avec parmi eux 25.000 enfants. Des milliers d'hommes ont été tués alors qu'ils essayaient de fuir, et des centaines de femmes et de jeunes femmes ont été kidnappées par l'organisation État islamique et transformées en esclaves sexuelles.

L'an dernier, l'Unicef a lancé un atelier de photographie pour 25 jeunes femmes yazidies. Ces photos, qui ont été partagées par l'Unicef, ont été prises par les jeunes femmes qui vivent dans un camp de réfugiés près de la ville de Dohuk, dans le Nord de l'Irak, pour montrer comment leur communauté fait face aux conséquences du massacre.

Toutes ont pu garder leurs appareils photo après l'atelier.

Bafrin/Unicef

Bafrin Khodeyda Ahmad, 19 ans, de Sinjar, a pris des photos montrant l'expérience de sa mère en tant que réfugiée. La date sur le mur est la date à laquelle la famille a fui leur maison.

À gauche: Un portrait de la mère de Bafrin Khodeyda Ahmad. «Il a été très difficile de prendre cette photo, a dit Bafrin. Quand elle a commencé à pleurer, j'ai pleuré aussi.» À droite: Portrait d'un homme âgé yazidi vivant dans le camp de réfugiés Khanke.

Dalal Qasim Murad/Unicef

Des croyants yazidis accomplissent des cérémonies religieuses traditionnelles au monastère sacré Lalish durant le Nouvel An yazidi.

Zina Elyas Hasan/Unicef

Le projet photo de Zina Elyas Hasan s'est focalisé sur un couple vivant dans son camp qui voulait avoir des enfants mais n'y parvenait pas. Ici, le mari donne un cours à l'intérieur du camp.

Zina Salim Hassan/Unicef

Une femme yazidie, Nasma Hussien Hassan, prie au monastère sacré Lalish pour que les jeunes filles yazidies kidnappées soient relâchées.

Barfi Ali Bashar/Unicef

Barfi Ali Bashar, 18 ans, a photographié les robes traditionnelles yazidies. Elle a pris des photos de ses amies et parentes, appuyées sur les toiles de fond colorées de leur camp. Voici sa sœur, dans un costume porté durant leurs célébrations.

Nasrin Salim Hasan/Unicef

Nasrin, 17 ans, a suivi le parcours d'une femme qui s'est retrouvée seule après la mort de son mari, juste avant qu'elle ne donne naissance à leur enfant. La femme, analphabète, malgré son chagrin, a réussi à aller de l'avant pour son enfant. Elle a appris seule à lire et à écrire avant de monter un salon de coiffure populaire dans son camp. Nasrin a intitulé son reportage photo «Ne jamais abandonner».

Manal Barakat Elias/Unicef

Une jeune fille yazidie appose des fleurs et des coquilles d'œufs aux portes, ce qui signifie paix et gloire, sur une photo prise par Manal Barakat Elias.

Manal Barakat Elias/Unicef

Narin (le nom a été changé) a été kidnappée par Daech pendant huit mois, avant de réussir à s'échapper. Le reste de sa famille est encore détenu.


Matt Tucker is the UK Picture Editor for BuzzFeed and is based in London.

Contact Matthew Tucker at matthew.tucker@buzzfeed.com.

Got a confidential tip? Submit it here.