go to content

Tout ce qu'il faut savoir sur le premier débat de la primaire républicaine

Donald Trump en très grande forme.

posté le

15 mois avant l'élection présidentielle, donc. Les Américains s'y prennent tôt.

La soirée était très attendue pour une raison en particulier: c'était le premier débat de Donald Trump, le troll de compétition qui a créé la surprise en dominant les sondages de la primaire.

BuzzFeed France / FREDERIC J. BROWN/AFP / Getty Images / Via Twitter: @realDonaldTrump

Et à ce niveau là, on n'a pas été déçu. Mais on y reviendra.

Vu le nombre de candidats à la primaire –17–, ils ont dû être divisés en deux groupes.

Premier débat: the kids' table (la table des enfants)

Andrew Harnik / AP

Ce sont les petits candidats qui sont trop bas dans les sondages pour avoir accès au ~vrai~ débat.

Objectif: se faire remarquer pour grimper dans les sondages et rejoindre le top 10.

Forcément, on s'est bousculé pour voir débattre de telles têtes d'affiche.

The audience at the preliminary contest in Cleveland by @dougmillsnyt Live #GOPDebate updates http://t.co/AUfTFpMT4h

C'était l'émeute.

Le débat était plutôt chiant, mais on a quand même appris deux ou trois choses.

D'abord, Rick Santorum est un robot extraterrestre envoyé sur terre pour prendre le pouvoir.

Remember that robot politician from Parks and Rec? Yeah...

Ensuite, les candidats ne savent visiblement pas compter.

On vous a dit DEUX. MOTS.

Et ils ont tous un programme ultra précis et très élaboré qui peut se résumer en une phrase: défaire tout ce que Barack Obama a fait.

La gagnante de ce débat: Carly Fiorina, femme d'affaires et ancienne conseillère d'Arnold Schwarzenegger et de John McCain. Grâce à plusieurs répliques mémorables, elle a réussi à sortir du lot.

Mais passons aux choses sérieuses! Voici le deuxième groupe:

BuzzFeed France / Getty Images / Jeff J Mitchell /Justin Sullivan / Scott Olson / Getty Images MANDEL NGAN/AFP / Getty Images / Scott Olson / Ethan Miller / Scott Olson/ Ty Wright / Getty Images

Donald Trump: milliardaire et troll, en tête des sondages.

Jeb Bush: frère de George W., fils de George, ancien gouverneur de la Floride et deuxième dans les sondages.

Scott Walker: le gouverneur du Wisconsin.

Mike Huckabee: l'ancien gouverneur de l'Arkansas (comme Bill Clinton avant lui) qui était arrivé troisième derrière John McCain et Mitt Romney lors de la primaire de 2008.

Dr Ben Carson: un neurologue à la retraite.

Ted Cruz: un sénateur originaire du Texas.

Marco Rubio: un sénateur originaire de Floride.

Rand Paul: un médecin et sénateur du Kentucky, fils de Ron Paul, célèbre libertarien.

Chris Christie: le célèbre gouverneur du New Jersey.

John Kasich: le gouverneur de l'Ohio.

Non, ce n'est pas un effet d'optique: il n'y a que des hommes.

Scott Olson / Getty Images

Dix hommes hétéros qui vont débattre de sujets tels que le droit à l'avortement. #joie

Le débat a démarré sur les chapeaux de roues avec un Donald Trump très en forme.

Donald Trump refuse de promettre son soutien au futur candidat républicain. #GOPDebate

Il est ainsi le seul à affirmer qu'il ne soutiendra pas forcément le candidat élu lors de la primaire et qu'il se pourrait qu'il se présente comme candidat indépendant s'il ne représente pas les républicains.

Cette prise de position peu surprenante lui vaut les huées de la salle.

Rand Paul l'accuse alors d'«acheter des politiques de tous bords» et de soutenir les Clinton.

Voir cette vidéo sur YouTube

youtube.com

Il faut dire que Donald Trump est une vieille connaissance du couple présidentiel. Il a contribué financièrement aux campagnes d'Hillary Clinton à plusieurs reprises et la sénatrice et l'ancien président étaient présents lors de son mariage en 2005.

Hillary at Trump's wedding: CAPTION THIS

Réponse du milliardaire: il a versé des fonds à des politiques de tous bords, et les Clinton étaient présents à son mariage parce qu'il les avait payés pour qu'ils viennent.

"Hillary Clinton, je lui ai dit: viens à mon mariage et elle est venue. Elle n'avait pas le choix." Trump #GOPDebate

C'est sûr que d'un coup c'est beaucoup mieux.

Donald Trump a ensuite poursuivi sur sa lancée et fourni la plupart des moments les plus fous de la soirée.

Selon Donald Trump, personne ne parlait d'immigration illégale avant qu'il n'en parle lors de son premier discours de candidat. #GOPDebate

"Nos leaders sont stupides, nos politiques sont stupides." Donald Trump #GOPDebate

Trump sur Obama: "Je dirais bien qu'il est incompétent, mais je ne le ferai pas parce que ce n'est pas sympa." #GOPDebate

Sa réponse lorsqu'on lui a reproché son sexisme? «Le gros problème de ce pays c'est qu'on est trop politiquement correct. [...] Moi, franchement, je n'ai pas le temps d'être politiquement correct.»

vine.co

D'autres candidats ont tout de même marqué le débat. Jeb Bush a ainsi affirmé que la guerre en Irak était «une erreur» et a tenu à se détacher du clan Bush.

"En Floride, on m'appelle Jeb." Jeb Bush n'est pas un Bush, mais un Jeb. #GOPDebate

Il préfère encore le clan Corleone (la famille du Parrain):

vine.co

«On m'appelle Vito Corleone», a-t-il affirmé. Selon lui, il s'agit d'un hommage à son goût pour les veto.

Chris Christie et Rand Paul se sont pris la tête au sujet des lois américaines sur le renseignement et de la lutte contre le terrorisme.

vine.co

En gros: Rand Paul a cité le quatrième amendement (qui protège contre les saisies et les fouilles non motivées). Chris Christie a parlé du 11 septembre.

On est ensuite passé aux questions de société.

Dix hommes débattent sur l'avortement. #GOPDebate

Les candidats se sont vantés les uns après les autres d'avoir réduit, voire supprimé, le budget de Planned Parenthood, le centre de planification familial américain, dans leurs États respectifs.

Et puis, l'animatrice a fait une annonce choc:

Apparemment, Dieu va conclure le débat. On attend ça avec impatience. #GOPDebate

Ça a donné lieu à des moments comme celui-ci:

Un candidat parle du sang de Jésus #GOPDebate

Malheureusement, Donald Trump n'a pas eu l'occasion de répondre à cette question.

C'est dommage, on aurait bien aimé savoir s'il a été en communication avec lui-même.

Bilan du débat: peu de substance mais un grand moment de télé.

Guys, I realize a Trump presidency seems like a bad idea, but think how hilarious it would be.

«Je sais qu'une présidence Trump semble être une mauvaise idée, mais imaginez-vous à quel point ce serait drôle.»

Marie Telling is a Senior Writer & Producer for BuzzFeed Food and Tasty and is based in New York.

Contact Marie Telling at marie.telling@buzzfeed.com.

Got a confidential tip? Submit it here.