back to top

Sur France 2, Robert Ménard dit n'importe quoi sur l'immigration

Non, le regroupement familial ne représente pas 40% de l'immigration comme le pense le maire de Béziers.

Publié le

Jeudi 6 octobre, Robert Ménard était présent sur le plateau de L’Émission politique de France 2, pour questionner Alain Juppé. Lors de son intervention, il a commis plusieurs erreurs et approximations.

Voir cette vidéo sur YouTube

France 2 / Via youtube.com

Le maire de Béziers évoque les «Enseignements de langue et de culture d'origine» (ELCO) dans ces termes:

«Le maire que je suis se voit saisir (sic) par l'Éducation nationale en lui demandant de mettre à disposition des écoles le soir pour des cours, chez moi, en turc et en arabe. C'est-à-dire qu'on a des classes où on a le plus grand mal à intégrer les gosses, parce qu'il y a des seuils de tolérance qui sont dépassés, où, au lieu de faire des cours de français comme il semblerait utile de le faire, on leur apprend le turc et l'arabe

Des cours d'arabe et de turc à la place du français? David Pujadas est intervenu pour contredire Robert Ménard, qui a convenu que c'est «en plus». En effet, les ELCO sont des enseignements qui, depuis 1977, visent à «promouvoir, en coordination avec l'enseignement normal, un enseignement de la langue maternelle et de la culture du pays d'origine en faveur des enfants», comme expliqué sur le site du ministère de l'Éducation nationale. Ils ne sont donc pas enseignés à la place des cours classiques, mais sont organisés en plus, «dans la mesure du possible», pour ceux qui en font la demande.

Publicité

Ils ne concernent pas seulement «le turc et l'arabe» mais les langues de neuf pays: l'Algérie, la Croatie, l'Espagne, l'Italie, le Maroc, le Portugal, la Serbie, la Tunisie et la Turquie.

Alors qu'Alain Juppé évoque les réfugiés syriens, le maire de Béziers a déclaré que «75% de l’immigration aujourd’hui, elle vient du Maghreb et de Turquie».

Mais, comme l'ont fait remarquer Libération et Le Monde, ces chiffres sont totalement faux. Selon les chiffres de l'Insee, les immigrés venant de ces quatre pays représentent seulement 19% du flux d’entrées en 2012.

Si l'on se réfère aux chiffres du ministère de l'Intérieur, calculés un peu différemment, en 2014, les immigrés de ces quatre pays représentaient 71.600 personnes sur 209.000 entrées légales. Soit 34,25%. Libération note que «si on se focalise sur la seule immigration familiale (intégrant notamment le regroupement familial ou les Français faisant venir un conjoint étranger), la part de ces quatre nationalités atteint presque 50%». Soit un chiffre encore très loin du 75% énoncé par Robert Ménard.

«Le regroupement familial c'est, en gros, 40% au total avec les mariages mixtes, 40% de l'immigration», avance Robert Ménard. C'est faux, pour plusieurs raisons.

Il n'est pas possible, comme le fait Robert Ménard, de compter les mariages entre des Français-e-s et des personnes étrangères dans le «regroupement familial». Comme l'indique le site service-public.fr, il «s'adresse à l'étranger qui séjourne régulièrement en France depuis au moins 18 mois et souhaite faire venir son épouse et ses enfants».

Si l'on prend les chiffres du ministère de l'Intérieur, en 2014, l'admission au séjour de ressortissants de pays tiers en métropole a représenté 210.940 personnes, dont 92.326 personnes pour des raisons «familiales». Ce qui fait donc 43,77%. Sauf que ces chiffres représentent en grande majorité des titres de séjours accordés aux membres de la famille de citoyens français. Cela peut être leur conjoint, mais aussi des enfants étrangers de Français, les parents d'un enfant français. Le regroupement familial, comme expliqué ici par Libération, ne représente que 12.000 personnes environ. Soit 6% du total des entrées.

Marie Kirschen est journaliste chez BuzzFeed News, France, et travaille depuis Paris.

Contact Marie Kirschen at marie.kirschen@buzzfeed.com.

Got a confidential tip? Submit it here.