back to top

La page Facebook de cette auteure de BD a été suspendue à cause de signalements transphobes

Cela fait plusieurs fois que les pages Facebook du blog BD «Assignée garçon» de Sophie Labelle sont suspendues à cause de signalements transphobes.

Publié le

Sophie Labelle est l'auteure de la BD en ligne «Assignée garçon», qui raconte l'histoire d'une fillette transgenre. Elle vit à Montréal.

facebook.com

Toutes les semaines, cette femme trans met en ligne de nouveaux épisodes de sa BD, qu'elle relaie ensuite sur les réseaux sociaux.

facebook.com

Mais le 2 juin, la Canadienne a indiqué que sa page francophone «Assignée garçon» sur Facebook n'était plus accessible.

Ne cherchez plus ma page Facebook, tout a été supprimé car j'ai partagé ce statut.

Publicité

Que s'est-il passé? Sophie Labelle indique à BuzzFeed News qu'une personne de son lectorat lui a envoyé la capture d'écran d'un groupe Facebook intitulé «Raid de page de fragile» où plusieurs personnes discutaient d'une attaque contre sa page.

Ce groupe n'est aujourd'hui plus accessible.

Sophie Labelle a ensuite posté cette capture d'écran sur sa page Facebook pour prévenir celles et ceux qui la suivent que son compte risquait d'être attaqué.

Mais «à peine deux heures plus tard, Facebook m'a envoyé un message pour me dire qu'ils avaient supprimé la publication, désactivé ma page et supprimé mon accès à mon compte personnel pour 72 heures» dit-elle.

Sur les réseaux sociaux, plusieurs personnes ont exprimé leur soutien.

@AssigneeGarcon Rholala mais quelle horreur... plein de courage et de soutien ! <3

@AssigneeGarcon Monde de merde, tout mon soutien et pluie de chatons sur toi

Publicité

Sophie Labelle raconte que sa page et son compte personnel ont été de nouveau accessibles le 3 juin, selon elle grâce à l'intervention de «gens de [son] lectorat ayant des contacts chez Facebook».

facebook.com

Sur Facebook, Sophie Labelle a remercié celles et ceux qui ont exprimé leur soutien: «Merci à tou-te-s pour le soutien incroyable que j'ai reçu depuis mercredi! <3 (...) Je ne compte pas me laisser abattre. Ces gens qui s'organisent pour me réduire au silence ne veulent qu'une chose: que les personnes trans demeurent invisibles.»

Ce n'est pas la première fois qu'une des pages Facebook de Sophie Labelle est suspendue. Elle dit que sa page anglophone a déjà été suspendue à trois reprises dans le courant du mois de mai, dont une fois à cause du dessin ci-dessous.

Bannie de FB pour 24h à cause de cette BD sur la réappropriation de leur corps par les personnes trans. &lt;3

Contacté par BuzzFeed News, la boîte chargée de la communication de Facebook confirme qu'il y a bien eu des suspensions de pages. Elle explique être en train de se renseigner pour plus de détails, mais admet que, dans un des cas, il s'agirait d'une erreur de modération.

Publicité

Cette vingtenaire déplore la façon dont est faite la modération sur Facebook. «Les algorithmes favorisent les signalements de masse et les opinions majoritaires, donc si la société est transphobe, Facebook agira en conséquence. C'est toujours au détriment des groupes marginalisés», estime-t-elle.

«Je ne transitionne pas pour "devenir une fille"; je transitionne parce que JE SUIS une fille.»

Sophie Labelle dit faire l'objet de commentaires haineux depuis le lancement d'«Assignée garçon», en août 2014. Sur les forums reddit, 4Chan et Kiwi Farms, on trouve en effet des personnes qui l'insultent, révèlent des informations personnelles ou encore postent des montages photo d'elle.

Facebook: lasophielabelle

«Est-ce que je viens de passer les deux dernières heures à bannir des gens? Je crois bien que oui!»

Sophie Labelle explique que ses pages sont «souvent la cible de groupe haineux et d'individus assidus», qui laissent des commentaires transphobes. Et de détailler:

«Je passe généralement une ou deux heures par jour, en me levant, à supprimer des commentaires et à bloquer des gens. C'est un travail à temps plein!

C'est l'acte de personnes désespérées de voir que leur vision du monde ne correspond pas à la réalité. C'est plutôt triste en fait. C'est le résultat d'un conditionnement et d'un climat social. Mais il ne faut pas s'en étonner avec l'éducation qu'on reçoit et la manière dont on fait des personnes trans un groupe marginalisé.»

À cause de ces attaques, elle envisage de se tourner de plus en plus vers d'autres plateformes que Facebook.

«C'est surtout grâce à Facebook que j'ai un public et donc que mon travail existe, mais je compte passer plus de temps sur Twitter, Tumblr et Instagram. La modération est différente et les agresseurs ont moins de pouvoir.»

En 2015, cette bédéaste avait déjà évoqué le harcèlement en ligne dont elle fait l'objet dans un article de Métronews au Canada. Elle racontait:

«Mon cas est loin d'être une exception. J'ai plein d'amis activistes qui subissent aussi ce genre d'attaques. C'est le prix à payer pour prendre la parole quand on est une personne trans.»

Plus de 30% des personnes trans interrogées dans le cadre d’une étude sur la transphobie en France ont dit avoir vécu de la transphobie sur internet.

Marie Kirschen est journaliste chez BuzzFeed News, France, et travaille depuis Paris.

Contact Marie Kirschen at marie.kirschen@buzzfeed.com.

Got a confidential tip? Submit it here.