back to top

Des militantes féministes répondent aux anti-IVG en recouvrant leurs tags

«Il était inacceptable pour le collectif de ne pas lutter contre une campagne qui désinforme les jeunes filles sur leurs droits», explique une participante à l’action.

Publié le

Depuis quelques mois, «Les Survivants», un nouveau mouvement anti-IVG, lance des campagnes pour remettre en cause le droit à l'avortement.

Le 4 août, ils ont lancé une campagne en essayant de surfer sur la mode du jeu Pokémon Go, avec un site sur mobile, ainsi que des tags sur les trottoirs qui demandaient: «Et si Pikachu n'était jamais né?»

L'idée du jeu est de décider si votre «Pikachu» va garder son «œuf» ou pas, avec un message vous félicitant ou s'attristant de votre choix en fonction.

Dans la nuit du 7 au 8 août, plusieurs militantes féministes ont organisé une action à Paris pour recouvrir ces tags anti-IVG.

Le 8 août au matin, plusieurs militantes ont posté sur Twitter les photos montrant le résultat de l'action.

Ou cette vidéo:

Sur les photos, on peut voir qu'elles ont tagué le slogan «Mon corps mon choix», accompagné du numéro de la ligne d'information sur l'IVG.

Plusieurs visuels représentant des Pokémon avec le slogan «Mon corps, mon choix, ta gueule» ont également été tweetés par des militantes.

«Nous voulions supprimer ces symboles de l'espace public et les remplacer, avec les mêmes visuels, par une information sur l'IVG en tant que droit, en redonnant le numéro de la ligne d'information», explique Sarah, au nom du collectif qui a mené l'action.

«Il était inacceptable pour le collectif de ne pas lutter contre une campagne qui désinforme les jeunes filles sur leurs droits, en utilisant des symboles auxquels les plus jeunes sont très attachés», indique-t-elle.

Le collectif évoque également, pour expliquer son action, «un contexte de libération de la parole réactionnaire» ainsi qu'un «contexte d'austérité budgétaire et ses effets sur le service public de santé, et notamment de santé des femmes».

«On est plusieurs militantes féministes qui se sont rencontrées sur Twitter, puis en vrai, et c'est notre première action ensemble», raconte Sarah, qui précise que le collectif n'a «pas encore de nom».

«On partage des bases idéologiques antisexistes et antiracistes notamment. Si on s'est rencontrées sur Twitter, on n'a pas vocation à y rester, on se voit, on échange, on ramène d'autres féministes. On se développe petit à petit.»

Elle explique qu'à la suite de cette action, le collectif a eu «beaucoup de retours positifs». «On va organiser d'autres actions féministes mais ce ne sera pas forcément avec ces moyens-là», conclut-elle.

Vendredi dernier, pour répondre à la campagne des anti-IVG, la ministre de la Santé Marisol Touraine avait tweeté que son devoir était de «dénoncer la propagande anti-IVG, surtout quand elle a l'air cool».

Si vous avez des questions sur l’IVG, vous pouvez consulter le site gouvernemental ivg.gouv.fr ou appeler le numéro vert, anonyme et gratuit 0 800 08 11 11.

Marie Kirschen est journaliste chez BuzzFeed News, France, et travaille depuis Paris.

Contact Marie Kirschen at marie.kirschen@buzzfeed.com.

Got a confidential tip? Submit it here.