back to top

Cet adjoint au maire de Bordeaux explique que son compagnon a été agressé parce qu’il est gay

«L’homophobie, ce n’est pas qu’un concept. Il me semblait indispensable de pouvoir témoigner de ce qu’il se passe dans la réalité», dit à BuzzFeed News Marik Fetouh.

Publié le

Dimanche 30 avril, il a posté sur son compte Facebook un statut dans lequel il raconte que son compagnon a été agressé et que l'agresseur a tenu des «propos homophobes pour justifier son acte».

facebook.com

Sur la photo qui accompagne le post, on peut voir de nombreuses traces de coups. «Je crois qu'on voit clairement des traces de chaussures sur son dos», commente Marik Fetouh, qui précise également: «soyez rassurés, rien de grave si ce n'est trois jours d'ITT».

«L’agression a eu lieu dans la nuit de samedi à dimanche», explique Marik Fetouh à BuzzFeed News. «C’était lors de ma soirée d’anniversaire surprise, organisée par mon compagnon.»

«Nous avons fini la soirée dans une discothèque. Vers 5 heures du matin, un de nos amis a voulu sortir de l’établissement, car il avait trop bu et ne se sentait pas très bien. Pour éviter qu’il se retrouve tout seul dehors, mon compagnon l’a accompagné.

Ils se sont assis pas très loin d’un vendeur de sandwichs qui était installé dans la rue, sous une tente. Mais ce dernier est venu voir mon compagnon pour leur demander de partir. Mon compagnon n’a pas compris pourquoi on lui demandait ça, puisqu’ils ne gênaient absolument pas la vente. Et là il a été tabassé.»

Selon lui, il n’y a pas eu d’injures sur le coup. «Mon compagnon a été frappé au visage, mais il ne se rappelle pas exactement ce qu’il s’est passé après, parce que ça a été très rapide et traumatique», précise Marik Fetouh. Son compagnon préfère ne pas répondre aux journalistes.

L'adjoint au maire raconte que son compagnon lui a alors téléphoné pour lui dire qu’il venait d’être agressé. Le conseiller municipal est sorti et a été voir l’agresseur.

«Il m’a dit “Oui c’est normal, je l’ai tabassé, c’était un gros pédé.” Il répétait ça en boucle. Il n’avait pas compris que j’étais son compagnon et que j’étais moi-même homo. Non seulement il a reconnu l’agression, mais en plus il la justifiait parce que c’était “un pédé”. Les bras m’en sont tombés.»

Il dit avoir appelé la police, qui est arrivée assez rapidement, vers 5h30, mais que «l’agresseur avait disparu».

Le lendemain, le couple a appelé SOS Médecins. Dans un «certificat de coups et blessures», que BuzzFeed News a pu consulter, le médecin fait état de douleurs dans le visage et «les membres inférieurs et supérieurs», de «multiples hématomes et ecchymoses», ainsi que des «plaies multiples superficielles». Selon le certificat, ces lésions justifient une incapacité totale de travail (ITT) de trois jours.

Marik Fetouh a demandé à son avocat de préparer une plainte auprès du procureur de la République.

«Je pense déposer la plainte en début de semaine prochaine, confirme à BuzzFeed News Me Picotin. C’est une plainte pour violence physique ayant entraîné moins de huit jours d’ITT, avec la circonstance aggravante pour la mention de l'orientation sexuelle.»

Le statut Facebook de Marik Fetouh a été partagé plus de 800 fois. Il explique qu’il a écrit ce post car cela lui «semblait indispensable de pouvoir témoigner de ce qu’il se passe dans la réalité». Et d'insister:

«L’homophobie, ce n’est pas qu’un concept, ce sont aussi des actes, légitimés par un discours ambiant. Quand on dit que l’homosexualité est une abomination, que le mariage pour tous est un problème, il y a des gens qui vont se sentir légitimés par ce discours de haine. Il est fondamental de pouvoir témoigner du fait que l'homophobie n’est pas qu’un concept et que ça peut toucher tout le monde y compris le compagnon d’un adjoint au maire.»

Marie Kirschen est journaliste chez BuzzFeed News, France, et travaille depuis Paris.

Contact Marie Kirschen at marie.kirschen@buzzfeed.com.

Got a confidential tip? Submit it here.