go to content

Cette famille a fait embaumer son fils pour qu'on le voit à ses obsèques

«Nous voulions nous souvenir de lui tel qu'il était.»

posté le

La famille a choisi d'honorer la vie trépidante de Fernando via les services des pompes funèbres Marin à San Juan, une entreprise connue pour ses funérailles non-traditionnelles.

L'entreprise de pompes funèbres est depuis 2008 une pionnière du service du «mort debout». Le premier embaumement a été celui du corps d'Ángel Luis «Pedrito» Pantojas, un homme âgé de 24 ans qui avait également été tué par balles.

À la demande de la famille, il avait été attaché debout dans le salon familial.

«Lorsqu'il est mort, la famille nous a dit qu'elle aimerait qu'il se tienne debout», a expliqué Damaris Marin, la directrice de l'entreprise, à BuzzFeed News. «Nous avons pensé qu'il s'agissait d'une blague. Puis sa mère est venue visiter l'entreprise et nous avons réalisé que c'était sérieux.»

Selon Damaris Marin, l'entreprise a pris en charge neuf autres funérailles non traditionnelles.

Sa sœur, Lhizz Díaz Beato, a raconté à BuzzFeed News que sa famille souhaitait honorer Fernando de Jesús Díaz Beato comme la personne «joyeuse et dynamique» qu'il était.

Il aimait jouer au basket-ball et travaillait dans un restaurant d'un quartier touristique d'Isla Verde. «Dans son quartier, tout le monde l'adorait», a-t-elle dit. «Tout le monde se souvenait de lui.»

La famille était dévastée après le meurtre de Beato, comme l'appelaient ses amis et voisins, le 3 mars.

La police a déclaré au quotidien portoricain El Nuevo Día qu'elle n'avait pas encore établi le mobile de sa mort.

Il était assis sur une chaise de la maison de sa mère. Lhizz Díaz Beato a raconté que sa mère gardait la chaise couverte de plastique et refusait de laisser Beato s'asseoir dessus malgré ses nombreuses tentatives.

«Oh mon dieu», protestait-il. «Je ne pourrai l'utiliser que quand je serai mort.»

Beato avait toujours un cigare et une casquette noire. Son pantalon kaki et ses tennis étaient flambant neufs.

«C'était sa façon d'être», a déclaré Lhizz Díaz Beato.

L'entreprise de pompes funèbres a gardé ses yeux ouverts en guise de surprise pour la famille.

Damaris Marin a raconté avoir été critiquée pour ses funérailles non traditionnelles, mais a dit qu'elle cherchait seulement à faire plaisir à la famille et à les aider dans leur deuil.

(AP Photo/Ricardo Arduengo)

Le corps de Georgina Chervony Lloren, qui est morte à 80 ans de causes naturelles, assis aux pompes funèbres Marin en mai 2014.

«Certains disent que ce n'est pas beau», a-t-elle dit. «Ils préfèrent quelque chose de plus traditionnel. Mais si c'est quelque chose que la famille veut, pourquoi ne pas le faire?»

Lhizz Díaz Beato a raconté que sa mère pleurait en se rendant aux funérailles, mais qu'elle avait changé émotionnellement en voyant son fils tel qu'elle se souvenait de lui.

Selon Lhizz Díaz Beato, elle est tout de suite devenue plus heureuse, et a crié qu'il semblait être «le même fils qu'il était.»

«Nous voulions nous souvenir de lui tel qu'il était», a déclaré Lhizz Díaz Beato.

Elle a expliqué que les funérailles étaient un moyen pour la famille de faire le deuil de leur proche.

«Je n'ai pas un seul souvenir triste», a-t-elle raconté. «J'étais très contente.»

Leticia Miranda is a consumer affairs reporter for BuzzFeed News and is based in New York.

Contact Leticia Miranda at leticia.miranda@buzzfeed.com.

Got a confidential tip? Submit it here.