back to top

Daisy Ridley a raconté son histoire personnelle sur l'endométriose

«J'ai tout essayé: des produits, des antibiotiques, plus de produits, plus d'antibiotiques et tout ce que j'ai réussi à faire, c'est de rendre mon corps en piteux état. »

Publié le

Comme la fois où elle a critiqué les selfies sans maquillage.

instagram.com

«Les réseaux sociaux sont formidables, mais font aussi un peu peur, car les publications des gens sont des moments de leur vie hautement filtrés, choisis avec le plus grand soin et édités judicieusement. Et l'estime de soi est une question primordiale pour les personnes du monde entier. Ma peau n'est pas terrible, c'est pourquoi je ne publie pas de selfies sans maquillage, bien que j'en aie envie... »

Et lorsqu'elle a abordé les attaques sur le physique et la façon dont cela a eu un impact sur sa vie.

Jeudi, elle a cette fois partagé un message sur la manière de prendre soin de soi, et son histoire personnelle sur l'endométriose.

«À 15 ans, on m'a appris que j'étais atteinte d'endométriose. Une laparoscopie, de nombreuses consultations et huit ans plus tard, la douleur était de retour (moins intense cette fois!) et ma peau n'avait jamais été aussi MOCHE», dit la légende.

«Je peux dire sans hésiter que le fait de me sentir si gênée par mon apparence a réduit ma confiance en moi en miettes. Je déteste porter du maquillage, mais en ce moment je ne veux pas quitter la maison sans en avoir mis.»

«J'aimerais dire à tous ceux d'entre vous qui souffrent de quelque chose: allez voir un médecin; payez un spécialiste; faites des tests d'hormones, faites des tests d'allergies; surveillez votre corps et tant pis si vous passez pour un-e hypocondriaque.»

«De la tête jusqu'au bout des orteils, nous n'avons qu'un seul corps. Il faut donc s'assurer que le nôtre est au meilleur de sa forme et ne pas hésiter à demander de l'aide si besoin.»

Lisez la légende complète ci-dessous:

«À 15 ans, on m'a appris que j'étais atteinte d'endométriose. Une laparoscopie, de nombreuses consultations et huit ans plus tard, la douleur était de retour (moins intense cette fois!) et ma peau n'avait jamais été aussi MOCHE. J'ai tout essayé: des produits, des antibiotiques, plus de produits, plus d'antibiotiques et tout ce que j'ai réussi à faire, c'est de rendre mon corps en piteux état. J'ai finalement découvert que j'avais des ovaires polykystiques et c'est pourquoi c'était si terrible. Je peux dire sans hésiter que le fait de me sentir si gênée par mon apparence a réduit ma confiance en moi en miettes.

Je déteste porter du maquillage, mais en ce moment je ne veux pas quitter la maison sans en avoir mis. CEPENDANT, IL Y A EU DU PROGRÈS! (Avec l'aide d'un dermato et en arrêtant les produits laitiers (ok, sauf les crèmes glacées mangées sur un coup de tête), et en diminuant ma consommation de sucre (parfois on n'a pas trop le choix)). Enfin. Enfin. (Pendant ce combat, j'ai été entourée par des personnes merveilleuses qui m'ont encouragée tout en me faisant parfois remarquer que j'étais ridicule et que la vie, c'est bien plus que ça)...

J'aimerais dire à tous ceux d'entre vous qui souffrent de quelque chose: allez voir un médecin; payez un spécialiste; faites des tests d'hormones, faites des tests d'allergies; surveillez votre corps et tant pis si vous passez pour un-e hypocondriaque. De la tête jusqu'au bout des orteils, nous n'avons qu'un seul corps. Il faut donc s'assurer que le nôtre est au meilleur de sa forme et ne pas hésiter à demander de l'aide si besoin.»

Keely Flaherty is a senior entertainment writer for BuzzFeed News and is based in Los Angeles.

Contact Keely Flaherty at keely.flaherty@buzzfeed.com.

Got a confidential tip? Submit it here.