go to content

Voici comment le corps idéal féminin a évolué ces 100 dernières années

Du corset aux grosses fesses, le corps idéal change à peu près toutes les décennies.

Publié le

Le corps féminin idéal a beaucoup changé au cours des 100 dernières années.

meme-lol.com

Mais certaines choses sont restées les mêmes. Quelle que soit l'année ou la décennie, la notion du corps féminin idéal a toujours existé. Si les femmes souhaitent s'intégrer à la société, trouver un partenaire ou être qualifiées d'«attirantes», elles doivent essayer d'être conformes aux normes de beauté prédominantes, quelle que soit l'époque. Et jusqu'à très récemment, les femmes de couleur étaient tenues complètement à l'écart.

Les années 1910: la Gibson Girl domine.

Ce nom vient de l'illustrateur Charles Gibson et en partie de l'époque victorienne. La silhouette «Gibson» montre des femmes avec le buste penché en avant et des tailles corsetées.

Les années 1920: apparition de la garçonne.

Après avoir été prisonnières des corsets pendant une décennie, les femmes avaient envie de porter des tenues en soie plus amples et plus confortables. Le corps idéal était une poitrine plate et pas de hanches, un look plutôt androgyne. Dans les années 20 (en 1944 pour la France), les femmes ont obtenu le droit de vote et l'uniforme à la garçonne reflétait les nouvelles libertés des femmes.

Les années 1930: les formes sont mises en avant.

En réponse à la Dépression, les années 30 ont été l'apogée pour les femmes puplpeuses telles que Mae West (en photo à gauche) et Jean Harlow. Selon le magazine people Photoplay, le look dominant était les «courbes chaleureuses» et les «rondeurs» et la silhouette la plus symbolique de la décennie appartenait à la starlette mexicaine Dolores del Rio (en photo à droite), dont les courbes étaient glorifiées.

Les années 1940: la force est en vogue.

En partie parce que les femmes jouaient un rôle plus important dans la main-d'œuvre pendant et après la Seconde Guerre mondiale, on préférait les corps «en bonne santé» et pas trop maigres. Le marché de la prise de poids était florissant, comme à cette époque les femmes devaient paraître fortes et puissantes. Leur silhouette reflétait bien cela: les vêtements comportaient des épaulettes droites et masculines et des tailles cintrées. Des actrices comme Betty Grable (en photo ci-dessus), connue comme «la fille avec les jambes à un million de dollars», incarnaient parfaitement ce look.

Les années 1950: les formes généreuses sont à nouveau de retour.

Dans les années 50, on préférait les silhouettes pulpeuses et ultra féminines. On attendait des femmes qu'elles restent de nouveau à la maison et elles avaient pour modèles des canons tels qu'Elizabeth Taylor, Marilyn Monroe et Dorothy Dandridge. Pour ajouter au corps ce qu'il ne possédait pas naturellement, les grands magasins vendaient des rembourrages pour les hanches et les fesses.

Les années 1960: les femmes frêles font leur apparition.

La révolution sexuelle des années 60 a remis en cause les idéaux précédents en ce qui concerne la beauté et le type de silhouette. Les femmes pulpeuses ont fait place aux filles au visage de poupée et aux hanches étroites. Des femmes comme Twiggy, Jean Seberg et Jane Birkin (en photo de gauche à droite) ont marqué cette décennie avec les mini robes et les robes fourreau si populaires à l'époque. Si vous n'étiez pas naturellement aussi mince, il y avait plusieurs façons de le devenir, notamment grâce aux amphétamines que les médecins prescrivaient pour la perte de poids.

Les années 1970: mince et fine.

Les posters de Farrah Fawcett étaient placardés sur les murs de tous-tes les adolescent-tes des années 70. Et Beverly Johnson est devenue la première top-modèle afro-américaine à figurer sur la couverture de Vogue. On préférait les silhouettes élancées et fines, et un peu athlétiques. Et puisque les vêtements de la décennie étaient surtout en tissus synthétiques et en polyester, les femmes devaient être assez minces pour être avoir l'air belles.

Les années 1980: vive l'activité physique.

Les années 80 illustraient parfaitement la montée de la top-model (voir: Christie Brinkley, Kathy Ireland et Iman) et de l'exercice physique tel que l'aérobic ou le jogging. Alors que les attitudes culturelles s'orientaient vers la santé et le bien-être, on s'attendait à ce que les femmes soient toniques, athlétiques, mais aussi très minces.

Les années 1990: les femmes frêles refont leur apparition.

Notamment grâce à la musique et la culture grunge, les années 90 ont vu le début de l'époque des corps extrêmement minces. Kate Moss a dominé les podiums et les couvertures de magazine dans les années 90, mais il y a eu aussi un bon nombre de réactions violentes contre son corps très mince, presque adolescent. L'antidote? L'hymne de Sir Mix-A-Lot, «Baby Got Back», qui glorifiait les gros popotins.

Les années 2000: sportive et athlétique

Les femmes des années 2000 devaient avoir l'air fortes et puissantes - elles devaient être belles en bikini, tout en étant capables de vous battre au bras de fer. Sexy, puissante mais aussi élégante et souple, l'idéal des années 2000 était une réaction contre la femme frêle des années 90. Pendant cette décennie, les corps relativement minces restaient quand même l'idéal de beauté.

Les années 2010: les popotins sont à l'honneur.

Les femmes doivent avoir des formes généreuses tout en gardant un ventre plat, une taille fine et des abdos durs comme la pierre. La chirurgie esthétique s'est aussi imposée pour augmenter certains attributs.

La leçon à retenir? Le corps idéal varie et change constamment selon les décennies, les phénomènes de société et les modes. Il ne reflète que peu souvent la multiplicité des corps féminins.

Suivez-nous sur Facebook et Twitter!

Every. Tasty. Video. EVER. The new Tasty app is here!

Dismiss