back to top

Un local syndical saccagé au cours d'une intervention policière

Deux personnes ont été interpellées au sein des locaux lillois de la CNT, un syndicat révolutionnaire.

Publié le

Des officiers de police ont pénétré de force dans un local syndical de la CNT, à Lille, comme le montrent des vidéos et photographies publiées par le syndicat et ses sympathisants.

vimeo.com

Ces événements ont eu lieu après une manifestation contre le projet de loi Travail, mercredi 20 avril à Lille. La porte a été défoncée par bélier, puis une vingtaine de policiers sont rentrés dans le local lillois de la CNT, une organisation syndicale révolutionnaire.

Des photographies diffusées par le syndicat montrent que le local a été mis sens dessus dessous lors de l'intervention policière.

Publicité

Voilà ce que disait le syndicat dans un communiqué publié mercredi en fin de journée :

[Les forces de l'ordre] ont exigé de rentrer mais sans fournir aucun document légal. En l'absence de ces documents expliquant leur démarche et justifiant de leur droit, les militant-e-s présent-e-s leur ont refusé pacifiquement l'accès.

Les forces de l'ordre ont alors menacé de casser la vitrine et pénétrer par la violence. Elles ont fini par défoncer la porte au bélier, pénétrer dans le local, saccager une partie du matériel et procéder à une fouille en profondeur des lieux. Les militant-e-s présent-e-s ont gardé leur calme. Deux personnes ont été interpellées et sont actuellement retenues au commissariat central de Lille.

Interrogée par La Voix du Nord, une source policière a confirmé les gardes à vue et justifié l'intervention:

«Des individus ont commis des violences sur cinq policiers, aux abords du local de la CNT, où ils se sont réfugiés. Nous leur avons demandé de sortir, mais ils ont refusé.»

Abdel, militant proche de la CNT qui était présent dans les locaux au moment de l'intervention policière, dit avoir entendu plusieurs versions de la même histoire. Il témoigne auprès de BuzzFeed News par messagerie Facebook:

«Ils ont pris un pote au hasard, en disant que c'était parce qu'il était masqué pendant la manif, ce qui est faux. Une heure et demie après on apprend qu'en fait, ils reprochent aux deux interpellés d'avoir cassé la vitre du Printemps. Et finalement, plus tard dans la nuit, ils disent qu'ils ont attaqué à deux une patrouille de cinq membres de la BAC dans un coin de rue avant de s'enfuir, ce qui est juste du grand n'importe quoi.»

La mobilisation contre le projet de loi El Khomri a déjà donné lieu à des scènes analogues.

Facebook: video.php

Au mois de mars, plusieurs agents de police s'étaient rendus à une prise de parole syndicale dans les locaux de la Poste à Asnières-sur-Seine, comme le rapporte Libération. L'incident était cependant moins violent.

Contactée par BuzzFeed News pour savoir si la police disposait d'une autorisation légale de pénétrer dans le local syndical, la préfecture du Nord n'a pas encore donné de réponse.

Jules Darmanin est journaliste chez BuzzFeed News France et travaille depuis Paris.

Contact Jules Darmanin at jules.darmanin@buzzfeed.com.

Got a confidential tip? Submit it here.

Sponsorisé