back to top

La galaxie anti-IVG d'Émile Duport, le «troll» en chef des «Survivants»

Les Survivants et Émile Duport ont fait parler d'eux en utilisant le nom de Simone Veil pour faire un site anti-IVG. Ils ont beaucoup d'autres sites dans leur besace.

Publié le

Les Survivants, un groupe de militants anti-IVG mené par Émile Duport, ont fait parlé d'eux cette semaine en cherchant à récupérer le décès de Simone Veil, à travers le site web simoneveil.com.

Prétendant rendre hommage à la femme qui a permis la dépénalisation de l'avortement, ce site s'adonne à une critique de l'IVG.

Les Survivants sont un petit groupe de militants anti-IVG, proche des milieux catholiques traditionnalistes et des mouvements anti-mariage pour tous, dont StreetPress avait fait le portrait en novembre 2016.

Le nom de domaine simoneveil.com était réservé depuis de nombreux mois. Mais Émile Duport a attendu le décès de Simone Veil et l'hommage national qui lui a été accordé pour lancer le site anti-IVG au nom de la femme politique.

«C'est un immense troll», a reconnu Émile Duport auprès de L'Express, précisant que «si on l'avait fait de son vivant, on nous aurait accusés d'instrumentaliser Simone Veil». «On évite qu'elle soit récupérée», ajoute-t-il même auprès de BuzzFeed News, revendiquant le fait que Simone Veil estimait que l'avortement devait rester un acte «exceptionnel».

Publicité

Mais cette opération de communication n'est qu'une petite partie de la galaxie de sites anti-IVG qu'Émile Duport a développé. BuzzFeed News a pu dénicher d'autres noms de domaines déposés par le militant.

Certains de ces sites sont plus ou moins dormants, ou ne sont pas vraiment promus sur les réseaux sociaux.

Test Positif

Test Positif se présente comme «la seule app qui répond à tes questions», un classique des sites anti-IVG qui veulent passer pour «neutres». En fait, il s'agit d'un site adapté pour le mobile avec un numéro gratuit qui renvoie vers «des écoutantes qui ont en général 45, 50 ans», explique Émile Duport. En fait, le numéro est «branché» à plusieurs associations anti-IVG. Le site met aussi en avant un «chat», mais qui n'est en fait pas accessible.

Test Positif est accomagné de très nombreuses vidéos (qui n'ont recueilli que très peu de vues), toutes cherchant à convaincre que l'IVG a nécessairement des conséquences néfastes, et que les difficultés posées par une grossesse non désirée sont toujours surmontables.

Par exemple, dans la vidéo «mon choix est fait, je choisis l'IVG», la jeune femme explique que «l'important c'est que ton choix soit libre», qu'il ne faut pas se laisser «influencer» avant de rappeler que «les risques de stérilité et de dépression» sont bien réels après un IVG. C'est faux pour la stérilité, et très discutable pour la dépression.

Parole de soignants

Se présentant comme un site construit par du personnel soignant, Parole de soignants diffuse des témoignages vidéo d'infirmières ou de sages-femmes opposées à l'IVG ou à l'euthanasie. Émile Duport affirme qu'un certain nombre de témoignages provient «d'amies». «Très peu de femmes osent témoigner», ajoute-t-il, assurant que de nombreuses professionnelles de santé vivent un malaise à cause de l'IVG ou de l'euthanasie, mais n'osent pas s'exprimer.

Publicité

Les témoignages, présentés comme s'ils avaient tous été recueillis par le site lui-même, sont en fait en partie repris d'autres vidéos trouvées sur YouTube, parfois traduites.

On trouve par exemple le témoignage d'Adixia, une candidate de télé-réalité qui s'était confiée sur son avortement, titrée «Adixia nous raconte avec confiance son avortement». «C'est souvent d'autres filles qui nous font suivre ces témoignages et qui nous demandent de les traduire par exemple», dit le responsable du site.

«Si quelqu'un m'envoyait une vidéo pour me dire que son IVG s'était bien passée, je la diffuserais», assure Émile Duport à BuzzFeed News.

Afterbaiz et Sauvez Pikachu

Ces deux sites sont déjà bien connus. Se présentant comme un «site de réinformation sur la sexualité», Afterbaiz reprend les codes des sites d'infos pour ados afin, assez rapidement, de parler d'IVG, un des quelques menus présents sur le site. Il avait été épinglé par Laurence Rossignol, alors ministre du Droit des femmes.

Sauvez Pikachu est un site qui fait vivre métaphoriquement une IVG en se reposant sur l'univers Pokémon, surfant sur le succès de Pokémon Go lors de l'été 2016..

kisskissbebe.com

Ce site n'existe pas, mais Émile Duport en a déposé le nom de domaine en 2016. «C'est une marque que j'ai abandonnée», explique-t-il. Il souhaitait la consacrer aux jeunes parents à partir de 16 ans.

Jules Darmanin est journaliste chez BuzzFeed News France et travaille depuis Paris.

Contact Jules Darmanin at jules.darmanin@buzzfeed.com.

Got a confidential tip? Submit it here.

Sponsorisé