back to top

Angelina Jolie prévient Donald Trump qu'il «joue avec le feu»

«Nous devons faire cause commune avec les personnes de toutes religions qui luttent contre la même menace et aspirent à la même sécurité», écrit l'actrice dans une tribune au New York Times.

Publié le

Angelina Jolie a signé une tribune dans le New York Times, au sujet des réfugiés et de la politique de Donald Trump.

Jordan Pix / Getty Images

L'actrice et réalisatrice est envoyée spéciale du Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés.

Elle a écrit en réponse au décret de Donald Trump, signé le vendredi 27 janvier, interdisant provisoirement l'entrée sur le territoire américain de citoyens, y compris réfugiés, provenant de sept pays à majorité musulmane.

«Les réfugiés sont des hommes, femmes et enfants pris dans la furie de la guerre ou les tourments de la persécution. Loin d'être des terroristes, ils sont parfois les victimes du terrorisme eux-mêmes», écrit Angelina Jolie.

«En réalité, seule une toute petite part des réfugiés dans le monde (moins de 1%) se réinstalle aux États-Unis ou dans un autre pays. Il y a plus de 65 millions de réfugiés et de personnes déplacées autour du monde. Neuf sur dix vivent dans des pays au revenu faible ou intermédiaire, et non dans les pays occidentaux riches. Il y a 2,8 millions de réfugiés syriens, juste en Turquie. Seuls 18.000 Syriens se sont installés aux États-Unis depuis 2011. (...)

Ces écarts pointent vers une autre réalité, encore plus sérieuse. Si nous envoyons comme message qu'il est acceptable de fermer la porte aux réfugiés, ou de les discriminer pour leur religion, nous jouons avec le feu. (...)

Quelle sera notre réponse si d'autres pays utilisent l'argument de la sécurité nationale pour refuser des personnes, ou leur refuser des droits à cause de leur religion? Qu'est-ce que cela pourra vouloir dire pour les Rohingya en Birmanie, ou pour les réfugiés somaliens ou les millions d'autres personnes déplacées qui se trouvent être musulmanes? Et qu'est-ce que cela implique alors que les lois internationales interdisent de discriminer quelqu'un pour sa foi ou sa religion?

Si nous créons une catégorie de réfugiés de seconde classe, sous-entendant que les musulmans sont moins dignes de protection, nous nourrissons l'extrémisme à l'étranger, et chez nous, nous affaiblissons l'idéal de la diversité chéri par les démocrates et les républicains: «l'Amérique a un engagement envers le monde, parce que tant de choses du monde se trouvent en Amérique», comme le disait Ronald Reagan. Si nous divisons les personnes hors de nos frontières, nous nous divisons nous-mêmes. (...)

Nous voulons tous garder notre pays en sécurité. Nous devons donc regarder les sources de la menace terroristes —les conflits qui donnent de l'espace et de l'oxygène à des groupes comme l'État islamique, au désespoir et à l'anarchie dont ils se nourrissent. Nous devons faire cause commune avec les personnes de toutes religions venant de tous les contextes, qui luttent contre la même menace et aspirent à la même sécurité. C'est, je l'espère, la direction vers laquelle tout président de notre grande nation se dirigerait au nom de tous les Américains.»

Publicité

«Un des textes les plus forts et élégants écrits contre le décret de Trump», commente une internaute sur Twitter.

One of the most eloquent and elegantly written pieces against Trump's executive order, by Angelina Jolie https://t.co/vRPGXMeHRW

«C'est si bien écrit. Je ne suis vraiment pas surprise puisque ça vient d'elle.»

This is so well written. I am honestly not surprised really since this is coming from her. She is very smart. https://t.co/nEgRI6VmtL

«Vraiment, une lecture importante. Pas juste une nouvelle tribune de célébrité.»

Honestly, an important read. Not just another celeb op-ed https://t.co/tRryXWc4Ey

«Ce muslim ban est l'antithèse des valeurs américaines et chrétiennes. Les réfugiés ne sont pas un danger. Ils passent par une série de nombreux contrôles entre un an et demi et deux ans. En réalité, c'est la porte d'entrée la plus difficile à passer vers notre pays», écrit une femme dans les commentaires Facebook de l'article.

Jules Darmanin est journaliste chez BuzzFeed News France et travaille depuis Paris.

Contact Jules Darmanin at jules.darmanin@buzzfeed.com.

Got a confidential tip? Submit it here.