back to top

5 choses à essayer au mois de juin qui pourraient bien vous changer la vie

Parce qu'on les a testées pour vous en mai!

Publié le

L'équipe de BuzzFeed France est constamment en train d'essayer de nouveaux produits, des applications, des astuces, des projets, etc. Pour partager le meilleur de tout ça, nous publions chaque mois nos recommandations.

Les produits dans les catégories «Les choses que nous avons achetées» et les «Astuces que nous avons apprises» n'ont pas été fournis par des marques. Ceux qui sont dans la catégorie «Les choses que nous avons essayées» sont des produits qu'on nous a envoyés. (Mais nous ne sommes en aucun cas dans l'obligation d'écrire sur ces derniers ou d'en faire une critique positive.)

Dites-nous dans les commentaires quel genre de choses vous voudriez qu'on teste pour le mois prochain!

Publicité

1. Découvrir mon premier tatouage le jour même.

Instagram: @greemtattoo

Ça faisait 5 ou 6 ans que je voulais me faire un parapluie comme premier tatouage, sans vraiment savoir par qui ou quand. Mais quand Greemtattoo, une tatoueuse basée à Séoul dont j'aime beaucoup le style, a annoncé qu'elle passerait chez Désolée Papa, un salon de tatouage parisien, je lui ai envoyé un mail dans l'heure qui a suivi. Je lui ai donné une description assez vague de ce que je voulais, et j'ai attendu le moment du tatouage pour découvrir le dessin.

Quand le tatoueur a un style bien défini, on a rarement de mauvaises surprises. Essayez d'en suivre sur Instagram et de surveiller leurs passages près de chez vous pour faire la même chose que moi! J'ai eu le sentiment très satisfaisant d'avoir accompli quelque chose auquel j'avais réfléchi depuis longtemps, sans non plus me prendre la tête pour obtenir exactement ce que j'avais à l'esprit. C'est finalement assez agréable d'accorder sa confiance à quelqu'un.

Sinon, c'était un peu cher vu que c'est une tatoueuse assez demandée (300€ pour 2 heures). Mais ça les valait largement, je ne regrette pas.

- Greemtattoo est joignable sur greemtattoo@gmail.com. Elle est basée à Yeonnam-Dong à Séoul.
- Désolée Papa: 4 Rue Bernard Palissy, 75006 Paris. 0951194143

Jules Darmanin

2. Ridy, un service de réparation de vélo géolocalisé.

Ça fait maintenant un peu plus d'un mois que je suis l'heureuse propriétaire d'un vélo (trop beau) que j'ai acheté à La Chouette, un café-vélo du 10e arrondissement. Je ne sais pas si c'est la nouveauté ou l'inexpérience, mais j'ai déjà eu quelques déboires en seulement quelques semaines. Le premier c'est une roue qui a crevé et le deuxième c'est carrément un accident de vélo qui m'a fait plus de peur que de mal.

Dans les deux cas, c'est arrivé à des moments où j'étais à mi-chemin pour aller au sport ou au travail, ce qui à chaque fois ne m'arrangeait pas. Par hasard, j'ai tapé sur internet «dépannage vélo» et je suis tombée sur le site de Ridy, qui ressemble étrangement à une application, ce qui veut dire que c'est hyper intuitif et facile d'utilisation. J'ai appelé le numéro et un homme m'a demandé quel était mon problème, l'envoi d'une photo pour qu'il puisse l'identifier plus facilement et on s'est fixé une heure de rendez-vous. Une personne arrive pile poil à l'heure qui nous arrange avec tout le matériel nécessaire pour réparer, changer une roue ou plus. Plutôt que de devoir traîner mon vélo et rentrer à pied avec, j'ai eu la chance d'être dépannée et de pouvoir payer directement en carte bleue via Lydia, une application de paiement mobile que Ridy utilise.

C'est pas trop cher (et les prix changent en fonction du problème), c'est pratique et littéralement ça m'a sauvé la mise à des moments pas drôles. J'ai d'ailleurs appris qu'ils faisaient de la réparation de vélos à la sortie de certaines gares de banlieues en partenariat avec la RATP, pour ouvrir l'accès au vélo à tout le monde. Depuis, c'est devenu ma référence, et je sais que s'il m'arrive quelque chose avec mon vélo sur la route, je peux les appeler. En plus, toute l'équipe est vraiment sympa, à l'écoute et chacun donne des petits conseils pour éviter les petits déboires à vélo. La meilleure découverte du mois!

Jennifer Padjemi

3. Chez Dom, un petit restaurant du 10e arrondissement à Paris.

facebook.com

Je suis tombée devant la vitrine de Chez Dom en promenant dans le quartier où nous travaillons à l'heure du déjeuner, un peu par hasard. Des petits restaurants qui proposent des formules déjeuner, il y en a BEAUCOUP par ici, et souvent je trouve ça un peu cher pour une part de quiche avec de la salade... J'ai donc été très agréablement surprise en m'approchant pour découvrir le menu, créatif et diversifié (et qui change tous les jours!). Du rougail saucisse, de l'agneau à la coréenne, mais aussi au moins un ou deux plats végétariens, une assiette classique ou de délicieuses tomates farcies aux protéines de soja.

Si vous êtes végéta*iens, ça change des ~bowls~ qu'on voit partout ces temps-ci et qui finissent par tous se ressembler. Vous y trouverez aussi des sandwichs —banh mi, végétarien, ou autre, il y en a vraiment pour tous les goûts. En dessert, des cakes, brownies, ou salade de fruits, avec souvent un option sans gluten.

Côté boisson, en plus des choses habituelles, il y a des jus de fruits frais, du bissap, et même du rhum arrangé (peut-être que vous n'avez pas besoin de retourner travailler après, vous). Le menu du midi entrée+plat ou plat+dessert avec une boisson est à 12,50€ et le dimanche, Chez Dom fait aussi brunch, mais je ne l'ai pas encore testé!

Chez Dom, 51 rue des Vinaigriers, 75010 Paris

Adélie Pojzman-Pontay

4. La nouvelle gamme Lovea avec 0% de paraben, silicone et sulfate.

Dans cette gamme, j'ai essayé le «Démêlant&Masque Coco Paradise» pour «cheveux secs et abimés», ce qui n'est pas forcément mon cas puisque j'ai les cheveux secs mais pas abîmés.

J'ai les cheveux crépus et frisés (4a-4b), ce qui fait qu'ils ont besoin d'être très nourris pour les garder en bonne santé. Ça fait plusieurs années que je ne me fais plus de shampoings (ou que très rarement) mais des après-shampoings pour me laver les cheveux, de la gamme rose de Shea Moisture, et j'utilise également de la noix de coco pure régulièrement, c'est devenu un élément essentiel de ma routine capillaire. Du coup, je sais que tous les produits à la noix de coco seront en général plutôt efficaces sur moi. Il y a quelques années, j'achetais la marque Lovea parce que j'aimais bien le côté naturel, jusqu'à ce que je lise des commentaires négatifs et que mes cheveux ne réagissent plus positivement aux produits. Là je me suis dit que c'était l'occasion de retenter le coup, puisque beaucoup de marques changent les formules de leurs produits régulièrement.

Déjà à l'ouverture, j'ai beaucoup aimé bien la texture et l'odeur même si elle semble moins naturelle que le contenant. L'application du produit est facile, grâce au flacon qui se présente bien mais aussi parce que la texture est fondante.

Autant vous dire que vu le volume de mes cheveux, il ne restait plus beaucoup de produit à la fin. Je l'ai laissé poser toute la nuit sous un bonnet de douche, et le lendemain j'ai rincé le tout pour un résultat très satisfaisant: mes cheveux étaient doux, nourris et surtout ça me faisait de belles frisettes sans que j'aie mis aucun produit bouclant (la photo montre mes cheveux vraiment juste après leur passage sous l'eau). Ensuite, j'ai complété avec mon lait capillaire que je ne compte pas changer, mais la combinaison des deux a bien fonctionné.

Vu le résultat, je pense vraiment que je vais le réutiliser et en acheter plusieurs d'un coup et tester d'autres produits de la gamme, surtout que ça ne coûte que 4,10 euros, ce qui est quatre fois moins cher que ce que j'achète habituellement.

Jennifer Padjemi

5. Les recettes végétariennes et saines de Deliciously Ella.

Ella Woodward est une Britannique qui a décidé il y a quelques années, alors qu’elle était très malade, de changer complètement son alimentation. Elle a lancé son blog, Deliciously Ella, et a rencontré un succès fulgurant. Aujourd’hui, elle a plus d’un million de personnes qui la suivent sur Instagram et a publié quatre livres de recettes en anglais. Je ne la suivais pas mais les éditions Marabout viennent de publier son second livre en français et ça m’a donné envie de tester.

Le principe: des recettes végétariennes, sans sucre ajouté, sans lactose et sans gluten. Mais le but n’est pas de se priver, de zapper les desserts et de se contenter de brocolis à l’eau. Dans la fabrication de ses plats ou de ses gâteaux, Ella Woodward remplace les aliments qu’elle veut éviter par des aliments nutritionnellement plus intéressants. Au début, j’ai été un peu surprise: quoi, de la mousse au chocolat... à l’avocat? Des brownies... de patate douce? Mais en fait, ça marche vraiment bien. L’avocat donne une texture crémeuse très agréable à la mousse, et on ne sent que le parfum du cacao.

Toutes les recettes que j’ai faites étaient délicieuses et j’ai eu l’impression d’apprendre à cuisiner autrement, avec des ingrédients que je n'ai pas l'habitude d'utiliser. Par exemple, je n’aimais pas du tout les dattes (ou en tout cas c’est ce que je croyais!). Mais je suis devenue complètement fan des «billes énergisantes» à base de dattes, amandes, graines de chia (le tout passé au blender). Dans le premier livre Deliciously Ella, les recettes sont divisées selon les types d’aliments. Dans le second, Deliciously Ella au quotidien, les nouvelles recettes sont organisées selon les types de besoins que l'on peut avoir chaque jour: pour le petit-déjeuner, pour des repas faciles à emporter, pour les occasions où on a besoin de grosses quantités, etc. C'est assez pratique.

Deliciously Ella et Deliciously Ella au quotidien, aux éditions Marabout, 256 pages et 17,90 euros chacun.

Marie Kirschen

Every. Tasty. Video. EVER. The new Tasty app is here!

Dismiss