back to top

13 moyens de contraception d'autrefois qui étaient un RIEN chelou

Remerciez les contraceptifs modernes, vous n'avez plus besoin de vous insérer des crottes de crocodile dans le vagin.

Publié le

1. Dans la Grèce antique, des demi-grenades vidées servaient de méthode improvisée pour bloquer le sperme, pour éviter qu'il n'atteigne l'utérus.

Oui, on insérait cela pour éviter que le sperme n'atteigne l'utérus.
Alxeypnferov / Getty Images

Oui, on insérait cela pour éviter que le sperme n'atteigne l'utérus.

2. Dans la Rome antique, le médecin Soranus conseillait aux femmes de s'accroupir, de tousser, puis de laver leur vagin après un rapport sexuel pour éviter les grossesses.

NBC

Fait peut-être pas si surprenant, ce n'était pas très efficace, même à l'époque.

3. Ou, alternativement, les femmes devaient retenir leur souffle et se retirer un peu au moment où leur partenaire éjaculait.

Disney

«Pour que la graine ne puisse pas être aspirée trop profondément dans la cavité de l'utérus.»

4. L'un des premiers stérilet, conçu au début du XXe siècle en Allemagne, était fabriqué en boyaux de vers à soie.

Science Museum / Via commons.wikimedia.org

5. Les préservatifs étaient fabriqués à partir d'intestins d'animaux , puis en lin, avant que ceux en caoutchouc ne commencent à être produits en masse en 1843.

D'une façon ou d'une autre, les préservatifs existent depuis toujours.
commons.wikimedia.org

D'une façon ou d'une autre, les préservatifs existent depuis toujours.

6. Dans l'Antiquité, notamment dans la Rome antique, les femmes portaient parfois des amulettes pour éviter les grossesse. Elles étaient faites d'asperges, ou parfois de crottes d'âne, mais déjà à l'époque, elles étaient critiquées par les premiers médecins.

Casarsaguru / Getty Images, Chris6 / Getty Images

Voir aussi: certaines faites en utérus de mule.

7. Pendant des siècles, la méthode rythmique (éviter les rapports sexuels les jours où l'on est le plus fertile) impliquait d'éviter le sexe au lendemain de ses règles, c'est-à-dire le jour où l'on est le moins fertile.

Fox

8. En Égypte ancienne, des tampons fabriqués à base de graines de tamat pilées étaient insérés dans le vagin et servaient de contraceptif. Le tamat est un arbuste du désert.

En fermentant, les graines produisent de l'acide lactique, qui est un spermicide qui entre encore dans la composition des produits modernes.
CSIRO Science / Via commons.wikimedia.org

En fermentant, les graines produisent de l'acide lactique, qui est un spermicide qui entre encore dans la composition des produits modernes.

9. En parlant d'insérer des choses dans un vagin, dans l'Égypte ancienne, ils utilisaient également des crottes de crocodile.

Cette version antique du spermicide était ensuite écrasée et mélangée à de la sève végétale. En modifiant l'équilibre de la muqueuse vaginale, ce produit réduisait la mobilité du sperme.
commons.wikimedia.org

Cette version antique du spermicide était ensuite écrasée et mélangée à de la sève végétale. En modifiant l'équilibre de la muqueuse vaginale, ce produit réduisait la mobilité du sperme.

10. Les Romains utilisaient une plante, le silphium pour tout, et notamment pour éviter les grossesses.

Elle servait également d'aphrodisiaque et de traitement pour les protubérances anales. Mais si on en garde la trace dans des écrits antiques, il est fort possible que cette plante ait disparu depuis.
commons.wikimedia.org

Elle servait également d'aphrodisiaque et de traitement pour les protubérances anales. Mais si on en garde la trace dans des écrits antiques, il est fort possible que cette plante ait disparu depuis.

11. Lesamulettes à base de testicules de belette étaient au contraire vus comme des protections contre la stérilité.

Wildpix645 / Getty Images

12. Entre la fin du XIXe et le début du XXe siècle; des appareils intra-utérins étaient insérés dans le col de l'utérus après la conception.

Ils empêchaient l'embryon de grossir et de s'implanter durablement.
Science Museum / Via commons.wikimedia.org

Ils empêchaient l'embryon de grossir et de s'implanter durablement.

13. Et, enfin, jusqu'aux années 1950 et 1960, les douches vaginales au coca étaient utilisées dans certains milieux catholiques comme un moyen de contraception. L'acide carbonique était censé tuer les spermatozoïdes.

Plus facile à se procurer que d'autres moyens de contraception, le coca n'est cependant pas un très bon spermicide puisque des tests scientifiques tout à fait sérieux soulignent que le sperme se propage trop vite pour qu'une douche de coca fasse effet.
Flickr: remino

Plus facile à se procurer que d'autres moyens de contraception, le coca n'est cependant pas un très bon spermicide puisque des tests scientifiques tout à fait sérieux soulignent que le sperme se propage trop vite pour qu'une douche de coca fasse effet.

Ce post a été traduit de l'anglais.