back to top

La chronique haineuse d'un tabloid anglais reproche à cette d'avoir porté le voile à l'antenne

«Je suis ici et je compte y rester», a dit Fatima Manji.

Publié le

Kelvin MacKenzie, un chroniqueur pour le tabloïd britannique The Sun, a créé une polémique lundi. Dans sa chronique, il a demandé pourquoi Fatima Manji, journaliste pour la chaîne de télévision Channel 4 News, avait présenté des reportages sur l'attentat de Nice.

thesun.co.uk / Via The Sun

Kelvin MacKenzie a décrit Fatima Manji, qui est musulmane, comme un «pion» et s'est demandé si elle avait été choisie à cause de sa foi «pour narguer le téléspectateur ordinaire.»

Il a ajouté: «Est-ce que le rédacteur en chef de [Channel 4] aurait demandé à un Hindu de réaliser un reportage sur le massacre au Temple d'Or d'Amritsar? Bien sûr que non. Est-ce que la chaîne aurait demandé à un Juif orthodoxe de réaliser un reportage sur le confit entre Israël et la Palestine? Bien sûr que non.»

Peu après avoir présenté l'émission, Fatima Manji a dit qu'il était déjà prévu qu'elle co-présente cette soirée-là - et pas à cause des nouvelles à Nice.

Channel 4 News a pris la défense de sa journaliste, qui travaille pour l'émission depuis presque cinq ans. La société de diffusion doit normalement déposer une plainte officielle auprès de l'organisme régulateur de la presse au Royaume-Uni.

«Les commentaires publiés aujourd'hui dans The Sun par M. MacKenzie sont offensants, complètement inacceptables, et pourraient même constituer une incitation à la haine religieuse et raciale. Il est inadmissible de suggérer qu'on devrait empêcher une journaliste qualifiée de travailler sur un sujet en particulier, ou de présenter certains jours, au prétexte de sa foi. Fatima Manji est une journaliste primée. Nous sommes fiers qu'elle fasse partie de notre équipe and elle recevra, aujourd'hui comme à l'avenir, tout notre soutient face à ces commentaires.»
Twitter: @bendepear

«Les commentaires publiés aujourd'hui dans The Sun par M. MacKenzie sont offensants, complètement inacceptables, et pourraient même constituer une incitation à la haine religieuse et raciale.

Il est inadmissible de suggérer qu'on devrait empêcher une journaliste qualifiée de travailler sur un sujet en particulier, ou de présenter certains jours, au prétexte de sa foi.

Fatima Manji est une journaliste primée. Nous sommes fiers qu'elle fasse partie de notre équipe and elle recevra, aujourd'hui comme à l'avenir, tout notre soutient face à ces commentaires.»

La Baronne Sayeeda Warsi, membre de la Chambre des Lords, a aussi écrit une lettre pour demander au rédacteur en chef du Sun, Tony Gallagher, de «jouer son rôle de rédacteur en chef de façon responsable.»

My letter to @tonygallagher Respectable racism and editorial responsibility!

«La rubrique qui divise l'opinion et qui, encore une fois, tente de caractériser la communauté musulmane comme "étrangère" peut faire vendre quelques journaux, mais les conséquences sont ressenties par des gens normaux au Royaume-Uni, qui sont les victimes quotidiennes de crimes haineux», écrit Sayeeda Warsi dans la lettre.

«Les attaques envers les femmes musulmanes, et en particulier celles qui portent le voile, ont connu une augmentation de plus de 300% cette dernière année.»

«C'est cette sorte de racisme "respectable" qui nourrit l'extrême droite et légitime les répercussions dont nous avons malheureusement tous été témoins dans nos rues ces dernières semaines.»

De hautes figures médiatiques ont aussi critiqué la rubrique et plus de 1400 plaintes à son sujet ont été déposées auprès du régulateur de la presse britannique, Ipso.

Mardi, Fatima Manji a répondu dans un article d'opinion dans The Liverpool Echo.

(Sa réponse a été perçue comme un geste symbolique).

Les habitants de Liverpool boycottent The Sun depuis presque 30 ans, après la publication d'un article (sous la direction de Kelvin MacKenzie) intitulé The Truth (La vérité) et qui avait prétendu à tort que les fans de football de la catastrophe de Hillsborough en 1989, qui avait coûté la vie de 96 supporteurs, avaient dépouillé les morts et uriné sur les policiers.

Fatima Manji écrit: «Ce serait facile de rejeter Kelvin MacKenzie comme étant une relique embarrassante, et ce de manière récurrente, d'une époque révolue du journalisme britannique.»

«Vous vous souvenez sans doute que The Sun est le journal qui semble accepter sans problème que ses chroniqueurs décrivent les réfugiés qui meurent en mer comme des "cafards"», a-t-elle écrit dans sa réponse.

«Kelvin MacKenzie a tenté de salir 1,6 milliards de Musulmans en suggérant qu'ils sont fondamentalement violents. Il a tenté de salir encore plus la moitié d'entre eux en les décrivant comme des esclaves sans défense. Et il a tenté de me salir en suggérant que je puisse avoir de la compassion pour un terroriste.»

Elle continue: «LA VÉRITÉ? J'avoue. J'ai pissé sur la volonté manifeste de Kelvin MacKenzie d'éloigner de nos écrans tous ceux qui ont l'air un peu différents, et je continuerai à le faire.»

Un porte-parole pour The Sun a refusé de commenter, mais s'est référé à une rubrique d'Anila Baig, l'une des rédactrices musulmanes du journal. Dans sa rubrique, publiée la journée après l'éditorial de Kelvin MacKenzie, elle a écrit que «accuser [Fatima Manji] de représenter TOUS les Musulmans -y compris ceux souffrant de troubles mentaux qui commettent des actes haineux abjects- est ridicule.»

Ikran is a reporter for BuzzFeed News and is based in London.

Contact Ikran Dahir at ikran.dahir@buzzfeed.com.

Got a confidential tip? Submit it here.