go to content

Neuf objets trouvés à l'intérieur du corps de patients

Âmes sensibles s'abstenir.

posté le

Il existe une section spéciale au Barts Pathology Museum de Londres, dans laquelle sont exposés des objets ayant été retirés du corps des patients.

Pour la plupart, il n'y avait pas de raison médicale de les conserver, les docteurs trouvaient juste ça marrant. En voici une petite sélection.



Retiré du rectum d'un membre de l'Air Force âgé de 40 ans, qui avait manifestement utilisé ce qui était le plus pratique pour quelqu'un souffrant de sa situation médicale.

On peut lire sur le libellé :

«Pendant plusieurs années, il souffrait d'hémorroïdes prolapsus. Il avait pris l'habitude de les remettre en place avec l'obus anti-aérien montré ici et n'avait jusqu'alors jamais rencontré de problème. Le jour précédent son admission, il a inséré l'obus à l'intérieur de son rectum, mais s'est aperçu qu'après avoir remis en place les hémorroïdes, il était incapable de retirer l'obus. À l'hôpital, on pouvait sentir la coque de l'obus à 10 centimètres de l'orifice anal. Le retrait s'est effectué sous anesthésie après une dilatation du sphincter.»

Une lampe torche électrique sans ampoule ni pile, trouvée exactement où pensez.

«Retirée du rectum d'un homme excentrique et à l'allure un peu rustre, âgé de 68 ans, qui a déclaré avoir été agressé par deux Irlandais saouls qui avaient soi-disant inséré un objet dans son rectum. La suite de l'interrogatoire montre que c'est une histoire improbable.»


Une pierre retirée de la cavité abdominale d'un marin âgé de 45 ans, qui avait souffert de rétrécissement de l'urètre pendant des années (en gros, son tuyau pour uriner avait rétréci / était bloqué).

«Pour la rétention d'urine qui en résulte, il avait pris l'habitude de faire glisser une bouteille de verre, de sept centimètres de diamètre, dans son rectum (et habituellement cela le soulageait). Un jour, la rétention d'urine s'est faite sentir, et comme il n'avait pas sa bouteille sous la main, il a huilé une pierre avant de la faire glisser dans son intestin. Lorsqu'il a commencé à sentir une gêne et une douleur, il a fait venir un médecin qui a essayé de retirer la pierre avec un fer plat recourbé en forme de forceps, mais pendant l'opération, l'intestin a éclaté.

«Le rectum était dilaté de façon considérable et en passant une main à l'intérieur, on pouvait sentir une lacération à environ quinze centimètres de l'anus. Il a fallu enfoncer le bras jusqu'au coude pour enfin toucher la pierre. On a rapidement effectué une coupe abdominale et la pierre a été retirée grâce à une incision dans l'abdomen.»

Voici la phrase à retenir:

Il a fallu enfoncer le bras jusqu'au coude pour enfin toucher la pierre.

Un porte-stylo métallique a été retiré de la vessie d'un homme âgé de 46 ans, qui «a été confiné dans un hôpital psychiatrique à cause de ses délires».

«Un jour, il s'est plaint à un médecin qu'il "ressentait une gêne" puisqu'il s'était enfoncé un grand plumier dans l'urètre jusque dans la vessie. On a d'abord cru à un autre de ses délires, jusqu'à ce que des "skiagrams" (similaires aux radiographies) illustrent la cause de son problème. Le patient s'est complètement rétabli.»

Pour toutes celles dont le vagin ne s'affaisse pas sur lui-même: voici à quoi sert principalement un comprimé vaginal - un soutien structurel en cas de prolapsus utérin - mais on peut aussi l'utiliser pour des raisons plus marrantes que vous pouvez trouver sur Google.

Celui-ci a été retrouvé dans le vagin d'une femme de 75 ans. Il est fortement incrusté de phosphates, ce qui est très étrange puisqu'on trouve du phosphate dans l'urine, mais pas dans le vagin. C'est sûrement la conséquence d'une blessure ou d'une infection. Le fait que le comprimé vaginal ait été là aussi longtemps a pu causer une ouverture, telle qu'une fistule vaginale / urétrale ou un autre truc dégoûtant.

Retirée par opération de l'estomac d'un homme qui aimait se nettoyer le fond de la gorge avec, et qui l'a avalée par accident.

Un bouchon circulaire en liège fait maison, avec du ruban adhésif enroulé tout autour, trouvé dans le crâne d'une femme âgée qui avait pris l'habitude de boucher sa fente palatine. Le bouchon a entraîné l'agrandissement graduel de l'ouverture entre la bouche et le nez (elle a rajouté du ruban adhésif au fil des ans pour combler l'espace) jusqu'à ce qu'il détruise les parois extérieures et que la partie supérieure de sa bouche soit réduite à une mince enveloppe extérieure sans cavité pour les dents.



Une épingle avalée par un garçon de dix ans. Plusieurs mois après l'avoir avalée, la pointe a émergé «à travers la peau, près du bord de l'anus.» Selon le dossier, le garçon n'a ressenti aucune gêne en avalant l'épingle, à l'exception des quelques jours avant l'extraction, lorsque l'épingle lui sortait du derrière.

Il s'agit de l'une des nombreuses épingles de la collection du musée, car les gens semblent aimer insérer des épingles à l'intérieur de leur corps.

Voici le chemin parcouru par un manche à balai à travers le corps d'un homme, mort en faisant ce qu'il aimait: s'insérer des manches à balai dans le rectum.

«Il avait fait en sorte qu'un manche à balai dépasse du haut d'un escabeau sur lequel il s'asseyait à califourchon. Malheureusement, cette fois-là, l'escabeau s'est écroulé et le poids de l'homme a fait que le manche à balai s'est enfoncé dans les viscères abdominaux.»

Lors de son passage à travers le corps de l'homme, le manche à balai a percé son rectum, son foie, son pancréas et finalement, son cœur. Sur le libellé, on peut lire: mort par mésaventure.

Vous pouvez retrouver tous ces spécimens (hormis le manche à balai) dans un cabinet spécial du Bart's Pathology Museum (abonnez-vous sur Twitter!) réservé aux objets trouvés à l'intérieur des gens. La conservatrice du musée, Carla Valentine, a créé une chaîne YouTube sur les spécimens de Barts que vous adorerez sûrement si vous avez pu terminer cet article sans vomir.


Suivez-nous sur Facebook et Twitter!

Every. Tasty. Video. EVER. The new Tasty app is here!

Dismiss