Le scandale politique le plus bizarre de 2016 a lieu en Corée du Sud

Le scandale politique du moment à Séoul est d’une bizarrerie presque imbattable: on y trouve une conspiration de fées, un homme qui se fait appeler le «futur bouddha», des chevaux dansants et des millions de dollars détournés par népotisme.

1. Bon, 2016 était déjà une année pourrie et complètement bizarre, mais là elle s’est surpassée: on ne peut pas faire pire que le scandale présidentiel que connaît en ce moment la Corée du Sud.

Woohae Cho / Getty Images

Vous ne nous croyez pas? Attendez un peu.

2. CE SCANDALE A TOUT CE QU’IL FAUT:

NBCUniversal

— De grandes corporations qui entretiennent des liens suspects avec l’État
— Des citoyens (très) en colère
— De la misogynie
— Des millions de dollars détournés par népotisme
— Des chevaux dansants
— Un ancien dictateur, à l’héritage politique lourd, et dont la fille est actuellement au pouvoir
— Et un chef religieux sud-coréen surnommé le «Raspoutine de Corée du Sud»

3. Pour vraiment comprendre le contexte, il faut revenir aux années 70, quand Park Chung-hee était à la tête de la junte militaire au pouvoir en Corée du Sud.

Harvey Georges / ASSOCIATED PRESS

La plupart des personnes nées après la Guerre froide ont toujours connu la Corée du Sud comme appartenant au camp des «gentils» pendant que la Corée du Nord était du côté des «méchants». En réalité, la Corée du Sud a été pendant des décennies une dictature militaire soutenue par les États-Unis. (Park Chung-hee, le dictateur en question, a été assassiné en 1979 par son propre chef du renseignement militaire durant une nuit d’ivresse. Pour de vrai.)

4. Quand Park Chung-hee était au pouvoir, il était proche d’un homme nommé Choi Tae-min.

JYP Entertainment

Choi Tae-min était un peu comme ce prêtre de campagne russe du nom de Raspoutine (dont tout le monde se souvient grâce au ~documentaire historique~ Anastasia) arrivé jusqu’à la cour royale russe du siècle dernier à force d’intrigues. Ce dernier était à la tête d’une organisation qui s’appelait l’Église de la vie éternelle. (Il se surnommait lui-même «futur bouddha», ce qui vous donne une idée de son niveau de crédibilité.)

En 1974, la femme du dictateur Park Chung-hee a été assassinée. Peu de temps après, Choi Tae-min a prétendu avoir reçu la visite de cette femme dans ses rêves, lui demandant d’aider la fille qu’elle avait eue avec Park Chung-hee, la petite Park Geun-hye.

Choi Tae-min est donc devenu le mentor de la jeune fille des années durant. Il a aussi créé diverses organisations en utilisant la jeune fille comme prête-nom. De manière générale, c’était un mec super louche. Après la mort du dictateur aux mains du chef des services secrets, ce dernier a invoqué l’incapacité du père à protéger sa fille de Choi Tae-min comme l’une des raisons de son acte.

5. Passons à 2013: Park Geun-hye est sortie de l’ombre de son père et est élue présidente de Corée du Sud. Tout bien considéré, elle était assez populaire à l’époque.

Lee Jin-man / AP

6. Mais voilà, la fille de Choi Tae-min, Choi Soon-sil, conseillait secrètement Park Geun-hye depuis le début… ce que le peuple coréen ignorait.

Cube Entertainment

Les jeunes femmes s’étaient également rencontrées dans les années 70 et sont apparemment restées proches toutes ces années. Choi Soon-sil était auparavant mariée à un homme qui était l’un des principaux conseillers de Park Geun-hye durant son mandat à l’Assemblée nationale de Corée du Sud, avant qu’elle ne soit élue présidente.

7. En réalité, Choi Soon-sil est toujours la confidente de la présidente. Elle aurait retouché plusieurs discours importants, notamment un qui expliquait les projets de Park Geun-hye en vue d’une éventuelle réunification des deux Corée.

Jung Yeon-je / AFP / Getty Images

Au départ, Park Geun-hye a réfuté être toujours proche de Choi Soon-sil. Mais quelques jours avant que Park Geun-hye ne prononce ces discours, la presse locale a découvert une tablette informatique mise à la poubelle contenant des brouillons de discours de Park, avec des annotations en rouge.

Choi Soon-sil n’avait pas de rôle officiel au gouvernement, ni d’autorisation, ni rien qui puisse justifier qu’elle ait accès aux discours. Park Geun-hye a ensuite déclaré qu’elle lui avait fourni des «documents» pendant son mandat présidentiel.

8. Ces dernières semaines, les députés de l’opposition ont commencé à attaquer Park Geun-hye (dont le mandat dure encore un an) à cause de ses liens avec Choi Soon-sil. Cette dernière aurait profité de sa relation privilégiée avec la présidente pour s’enrichir.

Jung Yeon-je / AFP / Getty Images

Choi Soon-sil a été accusée d’avoir fait pression sur des entreprises qui auraient donné 69 millions de dollars aux fondations caritatives sous sa direction.

Et, encore plus scandaleux, Choi Soon-sil aurait utilisé ses relations pour faire entrer sa fille à l’université Ewha, l’une des meilleures facultés pour femmes de Corée du Sud. Pour beaucoup de Sud-Coréens, cela a été bien plus choquant que toute la question financière, car le pays est dans son ensemble obsédé par le prestige associé à l’entrée dans une grande école. (Le président de l’université a déjà démissionné suite au scandale.)

9. On présume qu’une partie de l’argent destinée aux fondations a en réalité été utilisé pour payer les cours d’équitation de la fille de Choi Soon-sil, Chung Yoo-ra.

Les médias sud-coréens ont commencé à s’intéresser à ce scandale car l’université Ewha aurait donné des crédits supplémentaires à Chung Yoo-ra dans le processus de sélection à l’université pour ses compétences en dressage.

10. Choi Soon-sil a aussi été accusée de faire partie d’une cabale de conseillers officieux de Park Geun-hye surnommée «Les Huit Fées», car un peu de misogynie en plus ne fait jamais de mal.

SM entertainment

11. Mardi 25 octobre, Park Geun-hye a présenté publiquement ses excuses devant la nation pour avoir laissé Choi Soon-sil modifier plusieurs de ses discours avant qu’elle ne les prononce, mais sans évoquer les accusations de corruption.

Stringer . / Reuters

«Pour moi, j’ai agi avec la seule intention de faire les choses au mieux, mais, quelle qu’en soit la raison, je suis désolée d’avoir causé une telle gêne à notre peuple, de l’avoir surpris et de l’avoir peiné», a-t-elle déclaré, en s’inclinant devant la caméra.

12. Et donc, ce samedi, elle a renvoyé dix de ses assistants les plus proches, notamment son responsable du personnel, mais pas ses conseillers en sécurité intérieure, dans un effort pour apaiser les protestations.

YG

Quelques heures plus tard, des policiers ont fait une descente à la maison bleue, la résidence présidentielle coréenne, mais ont été renvoyés avant d’avoir pu terminer leurs recherches.

13. Ni les excuses publiques ni les licenciements n’ont empêché des milliers de personnes de descendre dans les rues le samedi 29 octobre, pour demander la démission de la présidente.

Woohae Cho / Getty Images

14. Puis, les choses sont devenues encore plus folles quand Choi Soon-sil s’est finalement rendue à la police ce lundi. «Je vous prie de me pardonner, a-t-elle dit aux journalistes regroupés autour d’elle. J’ai fait des choses mauvaises, pour lesquelles je mérite de mourir».

Lee Jin-man / AP

Avant cela, elle était restée en Allemagne, déclarant que son état de santé ne lui permettait pas de voyager. «Elle coopérera complètement avec l’instruction, et l’État», a déclaré l’avocat de Choi Soon-sil, et elle «s’excuse sincèrement» d’avoir causé de tels problèmes. (Et apparemment, elle a changé aussi son nom en Choi Seo-Won… Pour une raison qu’on ignore).

15. Et cela n’a pas suffi à apaiser les esprits, puisque mardi 1er novembre, un homme d’une commune rurale de Corée du Sud a FONCÉ EN PELLETEUSE dans les portes du bureau du procureur dans le but de tuer Choi Soon-sil.

KBS

Après cet incident, les procureurs l’ont transférée dans un centre de détention de Séoul car elle est sur le point d’être formellement accusée, et aussi pour sa propre sécurité.

16. Le taux de popularité de Park Geun-hye s’est effondré ces dernières semaines, et cela pourrait bien être la fin de sa carrière politique. En attendant, on attend juste de voir si d’autres éléments étranges vont venir pimenter ce scandale.

Ed Jones / AFP / Getty Images

Check out more articles on BuzzFeed.com!

Hayes Brown is a world news editor and reporter for BuzzFeed News and is based in New York.
Contact Hayes Brown at hayes.brown@buzzfeed.com.
Got a confidential tip? Submit it here.
 
 
Le buzz du moment