back to top

Les méthodes de torture les plus atroces pratiquées à travers l'Histoire

Personnes sensibles, passez votre chemin.

Publié le

1. La Fourche de l'Hérétique

La Fourche de l'Hérétique était un instrument de torture spécial réservé à ceux qui disaient ce qu'ils pensaient contre l'Église Catholique au Moyen Âge. Avec deux bouts pointus, l'instrument était attaché au cou de la victime et retiré uniquement après qu'elle ait prononcé les mots «je me rétracte».
Public Domain / Via godchild.buzz

La Fourche de l'Hérétique était un instrument de torture spécial réservé à ceux qui disaient ce qu'ils pensaient contre l'Église Catholique au Moyen Âge. Avec deux bouts pointus, l'instrument était attaché au cou de la victime et retiré uniquement après qu'elle ait prononcé les mots «je me rétracte».

2. Le Berceau de Judas

Au Moyen Âge, le Berceau de Judas faisait partie des pires méthodes de torture. Les victimes étaient hissées sur un instrument en forme de pyramide et ensuite abaissées de force sur sa pointe.
Public Domain / Via mgdlite.deviantart.com

Au Moyen Âge, le Berceau de Judas faisait partie des pires méthodes de torture. Les victimes étaient hissées sur un instrument en forme de pyramide et ensuite abaissées de force sur sa pointe.

3. La torture du rat

Également vue dans Game of Thrones, la torture du rat était populaire dans l'Allemagne médiévale et la Chine antique. Avec cette méthode, une boîte remplie de rats affamés était placée contre le ventre de la victime. En faisant lentement chauffer le pot, les rats apeurés commençaient alors à ronger tout ce qu'ils trouvaient sur leur chemin.
Thinkstock

Également vue dans Game of Thrones, la torture du rat était populaire dans l'Allemagne médiévale et la Chine antique. Avec cette méthode, une boîte remplie de rats affamés était placée contre le ventre de la victime. En faisant lentement chauffer le pot, les rats apeurés commençaient alors à ronger tout ce qu'ils trouvaient sur leur chemin.

4. Le taureau d'airain

Selon une légende, au VIe siècle av. J.-C., un travailleur du cuivre nommé Perillos d'Athènes a conçu ce qui est probablement la méthode de torture la plus sadique de l'Histoire: le taureau d'airain. Dans cet instrument, la victime était placée à l'intérieur d'un taureau d'airain creux avec un feu allumé en-dessous. Un système de tubes à l'intérieur de la statue amplifiait les cris de la victime afin de ressembler à un taureau enragé. L'histoire raconte que le tyran qui régnait à l'époque, Phalaris, a été tellement choqué par cet engin qu'il a dupé Perillos pour le faire entrer dans le taureau et qu'il soit sa première victime.
Public Domain / Via en.wikipedia.org

Selon une légende, au VIe siècle av. J.-C., un travailleur du cuivre nommé Perillos d'Athènes a conçu ce qui est probablement la méthode de torture la plus sadique de l'Histoire: le taureau d'airain. Dans cet instrument, la victime était placée à l'intérieur d'un taureau d'airain creux avec un feu allumé en-dessous. Un système de tubes à l'intérieur de la statue amplifiait les cris de la victime afin de ressembler à un taureau enragé. L'histoire raconte que le tyran qui régnait à l'époque, Phalaris, a été tellement choqué par cet engin qu'il a dupé Perillos pour le faire entrer dans le taureau et qu'il soit sa première victime.

5. Le passage sous la quille

Au XVIIIe siècle, le passage sous la quille était une punition populaire chez les pirates et les marins. Les victimes étaient attachées au bateau puis lancées par-dessus bord afin d'être traînées. Les crustacés ébréchés sur la coque du bateau déchiraient la peau de leurs victimes, attirant généralement les requins affamés qui hantaient les eaux profondes.
Public Domain / Via en.wikipedia.org

Au XVIIIe siècle, le passage sous la quille était une punition populaire chez les pirates et les marins. Les victimes étaient attachées au bateau puis lancées par-dessus bord afin d'être traînées. Les crustacés ébréchés sur la coque du bateau déchiraient la peau de leurs victimes, attirant généralement les requins affamés qui hantaient les eaux profondes.

6. L'écorchement

À travers l'Histoire, de nombreuses cultures ont pratiqué une forme d'écorchement (connue également comme l'arrachage de peau vivant) comme punition corporelle. Il y a même des preuves que les Assyriens antiques pendaient la peau de leurs ennemis vaincus aux murs de la ville comme avertissement pour les autres.
Public Domain / Via en.wikipedia.org

À travers l'Histoire, de nombreuses cultures ont pratiqué une forme d'écorchement (connue également comme l'arrachage de peau vivant) comme punition corporelle. Il y a même des preuves que les Assyriens antiques pendaient la peau de leurs ennemis vaincus aux murs de la ville comme avertissement pour les autres.

7. La vierge de fer

Hulton Archive / Getty Images
Hulton Archive / Getty Images

Associée surtout à la période de l'Inquisition, la Vierge de Fer était un engin de la forme d'un cercueil qui était hérissé de piques à l'intérieur. La victime était placée à l'intérieur et le bourreau fermait la porte derrière elle. Bien que beaucoup aient exprimé des doutes sur l'existence de cet instrument, il est facile d'imaginer la peur inspirée aux prisonniers par ce dernier.

8. Le déchireur de poitrine

Le déchireur de poitrine était un instrument terrifiant utilisé en Allemagne médiévale pour arracher les poitrines des femmes. Il était généralement chauffé ou gelé au préalable, et ensuite placé sur la poitrine de la femme pour l'arracher.
Public Domain / Via en.wikipedia.org

Le déchireur de poitrine était un instrument terrifiant utilisé en Allemagne médiévale pour arracher les poitrines des femmes. Il était généralement chauffé ou gelé au préalable, et ensuite placé sur la poitrine de la femme pour l'arracher.

9. Le lingchi

Connu également sous le nom de «mort par 1000 coupures», le lingchi est devenu populaire sous la dynastie des Ming du XIVe siècle. Il était réservé aux crimes les plus graves et était caractérisé par de longues coupures pratiquées méthodiquement sur une durée importante.
Public Domain / Via en.wikipedia.org

Connu également sous le nom de «mort par 1000 coupures», le lingchi est devenu populaire sous la dynastie des Ming du XIVe siècle. Il était réservé aux crimes les plus graves et était caractérisé par de longues coupures pratiquées méthodiquement sur une durée importante.

10. Le scaphisme

Le scaphisme est sans doute la pire torture sur cette liste. Avec cette méthode de la Perse antique, la victime était forcée de manger une grande quantité de lait et de miel jusqu'à en avoir la diarrhée. Elle était ensuite enrobée de miel, attachée à une barque et mise à l'eau pour que les insectes la dévorent. Si les insectes n'arrivaient pas jusqu'à elle, la déshydratation, l'exposition et le choc de couler dans sa propre saleté la tuait.
Thinkstock

Le scaphisme est sans doute la pire torture sur cette liste. Avec cette méthode de la Perse antique, la victime était forcée de manger une grande quantité de lait et de miel jusqu'à en avoir la diarrhée. Elle était ensuite enrobée de miel, attachée à une barque et mise à l'eau pour que les insectes la dévorent. Si les insectes n'arrivaient pas jusqu'à elle, la déshydratation, l'exposition et le choc de couler dans sa propre saleté la tuait.

11. Les bottes

Des récits historiques ont décrit les bottes comme «la punition la plus sévère et la plus cruelle du monde entier». Par cette méthode, des bottes de fer ou de bois étaient placées sur les jambes des victimes et une cale solide était insérée entre les jambes et les parois des bottes. Un coup de masse portait la cale plus profondément à l'intérieur de la botte, créant une douleur insupportable à la victime.
Public Domain / Via Flickr: britishlibrary

Des récits historiques ont décrit les bottes comme «la punition la plus sévère et la plus cruelle du monde entier». Par cette méthode, des bottes de fer ou de bois étaient placées sur les jambes des victimes et une cale solide était insérée entre les jambes et les parois des bottes. Un coup de masse portait la cale plus profondément à l'intérieur de la botte, créant une douleur insupportable à la victime.

12. La bride-bavarde

La bride-bavarde était utilisée comme forme d'humiliation publique et de torture pour celles accusées d'infidélité, de prostitution ou de sorcellerie. Un masque de fer était fixé sur la tête de la victime, tandis que son embout pointu sur la bouche empêchait la personne de parler.
Universal History Archive / Getty Images

La bride-bavarde était utilisée comme forme d'humiliation publique et de torture pour celles accusées d'infidélité, de prostitution ou de sorcellerie. Un masque de fer était fixé sur la tête de la victime, tandis que son embout pointu sur la bouche empêchait la personne de parler.

13. La chaise de torture chinoise

Utilisée pour interroger les malheureux dans la Chine du XIXe siècle, cette chaise bordée de lames aurait conduit à une mort lente et douloureuse les personnes qui y étaient attachées. Heureusement, les experts croient maintenant qu'elle était plus vraisemblablement présentée comme un symbole de pouvoir plutôt que comme un instrument de mort.
Rex / Shutterstock

Utilisée pour interroger les malheureux dans la Chine du XIXe siècle, cette chaise bordée de lames aurait conduit à une mort lente et douloureuse les personnes qui y étaient attachées. Heureusement, les experts croient maintenant qu'elle était plus vraisemblablement présentée comme un symbole de pouvoir plutôt que comme un instrument de mort.

14. La crémaillère

La crémaillère est sans aucun doute une des méthodes de torture les plus reconnues au Moyen Âge. La victime avait les chevilles et poignets liés à l'engin que les bourreaux mettaient en mouvement. Lentement, la machine tirait sur les membres de la victime dans les directions opposées jusqu'à ce qu'elle se démembre.
Hulton Archive / Getty Images

La crémaillère est sans aucun doute une des méthodes de torture les plus reconnues au Moyen Âge. La victime avait les chevilles et poignets liés à l'engin que les bourreaux mettaient en mouvement. Lentement, la machine tirait sur les membres de la victime dans les directions opposées jusqu'à ce qu'elle se démembre.

15. La torture de l'eau chinoise

Dans la torture de l'eau chinoise, la victime était placée sous un flux lent et continu de gouttes d'eau pendant une longue période. À la longue, le tapotement de l'eau lent et répétitif sur le front de la victimes suffisait à la rendre complètement folle.
Thinkstock

Dans la torture de l'eau chinoise, la victime était placée sous un flux lent et continu de gouttes d'eau pendant une longue période. À la longue, le tapotement de l'eau lent et répétitif sur le front de la victimes suffisait à la rendre complètement folle.

16. La roue

Avec cet engin médiéval, la victime était attachée à une large roue qui tournait tandis que le bourreau lui brisait les membres avec un marteau de fer gigantesque. Cet horrible spectacle était généralement considéré comme un divertissement pour les villageois qui venaient regarder.
Public Domain / Via en.wikipedia.org

Avec cet engin médiéval, la victime était attachée à une large roue qui tournait tandis que le bourreau lui brisait les membres avec un marteau de fer gigantesque. Cet horrible spectacle était généralement considéré comme un divertissement pour les villageois qui venaient regarder.