go to content

L'histoire poignante de l'homme qui écoute un vinyle à Alep

Une photo de l'AFP d'un Syrien de 70 ans écoutant un vinyle au milieu des ruines de sa maison, a été largement partagée sur les réseaux sociaux.

posté le

Voici Mohammad Mohiedine Anis. C'est un Syrien de 70 ans qui vit dans le quartier d'al-Shaar à Alep.

Joseph Eid / AFP / Getty Images

Cette photo de Mohammad Mohiedine Anis, assis au milieu des décombres de sa maison familiale, fumant sa pipe et écoutant ses disques vinyles dans une ville ravagée par des années de guerre civile, a été prise par Joseph Eid, photographe de l'AFP.

En deux jours, elle a été partagée des milliers de fois sur les réseaux sociaux. Lundi 13 mars, Ishaan Tharoof du Washington Post l'a publiée sur son compte Twitter, et son tweet a depuis été partagé plus de 8.000 fois.

Le vieil homme, aussi connu sous le nom d'Abu Omar, est un amateur de voitures anciennes qui est resté dans la ville malgré la guerre et d'intenses bombardements aériens.

Joseph Eid / AFP / Getty Images

L'AFP raconte que plus jeune, il a vécu à l'étranger, étudiant la médecine à Saragosse en Espagne dans les années 70, avant de partir pour Turin en Italie, pour y traduire en arabe un mode d'emploi pour Fiat.

Lorsqu'il est retourné à Alep, il a lancé une usine de cosmétiques.

Mais sa passion reste les voitures de collection. C'est un passe-temps qu'il a hérité de son père, un riche homme d'affaires travaillant dans l'industrie textile. Il conduisait une Pontiac de 1950, que Mohammad Mohiedine Anis possède toujours aujourd'hui.

Avant, Mohammad Mohiedine Anis possédait 30 véhicules de collection. Cependant, une dizaine de ses voitures ont été détruites ou volées pendant les intenses bombardements sur la partie est de la ville l'année dernière.

Joseph Eid / AFP / Getty Images

Treize de ses voitures sont toujours garées devant sa maison et dans son jardin, mais sept d'entre elles ont été saisies par la police car elles bloquaient la route.

Sa voiture préférée est un cabriolet Cadillac de 1947 qui, selon l'AFP, aurait conduit au moins six présidents au fil des années.

Joseph Eid / AFP / Getty Images

En 1958, elle a servi à conduire les anciens présidents égyptien et syrien Gamal Abdel Nasser et Shukri al-Quwatli à travers les rues de Damas alors qu'ils célébraient la proclamation de l'éphémère République arabe unie.

«Je l'ai acheté il y a 12 ans lors d'une vente aux enchères pour seulement 620 livres [syriennes], mais j'ai dû payer 100 fois ce prix en taxe car elle n'avait jamais passé les douanes», raconte-t-il. Il a dû retirer le volant et les sièges, et l'a caché à l'intérieur pour qu'elle ne soit pas volée.

La guerre a eu de lourdes conséquences sur la collection. «Elles sont toutes blessées», dit-il en montrant ses voitures au journaliste de l'AFP.

Joseph Eid / AFP / Getty Images

Les dégâts auraient pu être pires, si les voisins n'avaient pas réussi à persuader les combattants rebelles de ne pas installer une batterie antiaérienne sur une Chevrolet de 1958 pendant le siège de la partie est de la ville.

Mohammad Mohiedine Anis a même dit qu'il souhaitait étendre sa collection, et qu'il avait refusé des offres d'acheteurs étrangers.

Joseph Eid / AFP / Getty Images

Il maintient qu'il laissera sa collection à ses huit enfants. «Je les distribuerai selon la loi religieuse: deux pour chaque garçon et une pour chaque fille», explique-t-il.

L'année dernière, lors des deux derniers mois du siège de l'est d'Alep, les bombardements étaient tellement dangereux que Mohammad Mohiedine Anis a décidé de quitter sa maison —et sa collection de voitures.

Cette année, lorsqu'il est rentré chez lui, il a découvert sa maison en ruines. «Lorsque je suis rentré et que j'ai vu ce qu'il restait de ma maison, j'étais consterné», raconte-t-il. La photo a été prise alors qu'il se consolait en écoutant le chanteur syrien Mohamed Dia al-Din sur son tourne-disque.

Joseph Eid / AFP / Getty Images

«J'ai eu un passé très heureux mais les choses ont changé», dit-il.

«Maintenant la vie est dure, mais nous ne devons pas perdre espoir.»

Ce post a été traduit de l'anglais.

Francis Whittaker is a homepage editor for BuzzFeed News and is based in London.

Contact Francis Whittaker at francis.whittaker@buzzfeed.com.

Got a confidential tip? Submit it here.