Aller directement au contenu
  • win badge

Des milliers de femmes adorent ce poème sur les poils et les hommes

«Quand un homme me dit que je suis belle... je lui lance le défi d'attendre jusqu'à ce que mes poils repoussent.»

Voici Naina Kataria, une auteure de 22 ans résidant à Delhi, en Inde.

Naina Kataria

Plus tôt dans la semaine, Naina Kataria a posté une photo de sa jambe sur Facebook, accompagnée d'un poème intitulé: «Quand un homme me dit que je suis belle», sur la pilosité féminine.

facebook.com

Le poème a été «liké» plus de 36.000 fois et partagé par plus de 8000 personnes, et il a touché la corde sensible de nombreuses femmes:

«Pour les poils incarnés, les pattes non soignées, et les corps non épilés!»

«Après autant de temps... un post parfait qui explique ce que les filles ont à traverser...

Si vous aimez une fille, aimez-la pour ce qu'elle est vraiment, pas la personne qu'elle se fabrique.»

«Je n'ai rien lu d'aussi beau depuis longtemps.»

Naina Kataria a expliqué à BuzzFeed News:

«Je suis sortie au cinéma avec un mec. On regardait une pub pour des rasoirs féminins et j'ai fait remarquer que les célébrités ne devraient pas promouvoir ce type de produits parce que ça envoie le message qu'il FAUT les acheter pour être belle.

Il m'a répondu: "Tu es vraiment trop féministe!"

Ça m'a fait réfléchir à deux choses –la première, concernant les standards irréalistes que nous avons définis pour la beauté. On dit toujours que c'est facultatif mais je pense le contraire parce que ces normes sont des choses qui nous sont profondément ancrées.

La deuxième chose qui m'a frappée est de voir à quel point nous cachons toutes ces choses aux hommes. Les femmes subissent des souffrances atroces pour paraître à peine présentables et les hommes n'ont aucune idée de ce que nous vivons.»

Voici le poème intégral:


Quand un homme me dit
que je suis belle
Je ne le crois pas.
À la place, je revis mes années lycée
Où quels que soient mes succès
J'étais toujours la fille à moustache
Il ne sait pas ce que ça fait
de grandir dans votre famille maternelle
Où votre corps est le seul
Qui porte fièrement le X de votre père
Tandis que le X de votre mère ne fait rien et se plaint
C'est anti-féminin
Il ne connaît pas l'adolescente
Qui comblait ses envies
Par des consolations vides
D'être aimée pour qui elle était –un jour.
Il ne connaît pas l'hypocrisie.
Il ne connaît pas le monde
qui vous dit «soyez vous-même»
et vous vend un joli tableau nuancé
dans ce même putain de souffle
Il ne connaît pas la cire chaude et le laser
dont la seule raison d'être est
de remplacer votre peau innocente
par sa propre marque de féminité
Il ne connaît ni Veet ni le décolorant
Qui déracinent vos poils robustes
Au nom de l'hygiène
L'hygiène, qui, lorsqu'elle est suivie par les hommes
les rend gays et efféminés
Il ne sait pas comment les sourcils indisciplinés sont domestiqués
et comment les monosourcils meurent silencieusement
Tout cela pour préserver la beauté
Et les miracles douloureux qui se produisent
Derrière les portes marquées
«INTERDIT AUX HOMMES»
Alors quand un homme me dit que je suis belle
Je lui envoie un sourire; un sourire qui est resté
Après tout ce que la bandelette a arraché
Et je le défie
D'attendre
Jusqu'à ce que mes poils repoussent.

Retrouvez d'autres écrits de Naina Kataria sur sa page Facebook Infinite Entropy.

Contact Sonia Mariam Thomas at Sonia.thomas@buzzfeed.com.

Got a confidential tip? Submit it here