Aller directement au contenu

    Non, toutes les écoles françaises ne vont pas utiliser ce clitoris en 3D

    Selon The Guardian, un clitoris en 3D sera utilisé pour l'éducation sexuelle dans les écoles françaises, de la primaire au secondaire, à partir de septembre. L'info a été reprise par de nombreux medias outre-Atlantique. Sauf que c'est faux.

    Odile Fillod est une chercheuse indépendante en sociologie des sciences qui tient un blog critique sur la vulgarisation scientifique. Elle a récemment réalisé un modèle 3D d'un clitoris, avec l'aide de la photographe Marie Docher, afin de montrer à quoi ressemble réellement cet organe.

    Marie Docher / Via vimeo.com

    Elle a pu l'imprimer grâce au Fab Lab Carrefour numérique de la Cité des sciences. On peut voir le making of de cette impression en 3D dans cette vidéo de Marie Docher.

    Marie Docher / Via vimeo.com

    L’idée de ce projet «est venue dans le cadre de la préparation de vidéos traitant de manière non-sexiste de thèmes au programme de SVT concernant le sexe et la sexualité», explique le site de Carrefour Numérique.

    «Dans les manuels scolaires, le clitoris est souvent ignoré, et il est systématiquement mal représenté lorsqu’il l’est. Il s’agissait donc de pouvoir montrer concrètement à quoi il ressemble pour parler des bases anatomiques et physiologiques du désir et du plaisir sexuel en n’oubliant pas les femmes, pour une fois.»

    Le fichier de ce modèle 3D a été mis à disposition, pour que chacun puisse imprimer son exemplaire s'il le souhaite.

    Odile Fillod a également contacté le site svt-egalite.fr, tenu par des enseignants, qui propose des ressources non discriminatoires sur le sujet et qui a relayé le modèle sur son site.

    Le 15 août, The Guardian a consacré un article au projet, mais un peu trop optimiste.

    Le journal anglais explique en effet que le modèle 3D «sera utilisé pour l'éducation sexuelle dans les écoles françaises, de la primaire au secondaire, à partir de septembre». Ce qui n'est pas vraiment le cas!

    Contrairement à ce que peut laisser penser cette formulation, il n'est pas au programme et le fichier est seulement mis à disposition de professeur-e-s, si certains d'entre eux veulent s'en emparer.

    La fausse information a été reprise dans de nombreux médias étrangers. «Nous avons beaucoup à apprendre des Français», titre ainsi El País.

    La plupart de ces articles vantent les mérites de cette éducation sexuelle moderne et regrettent qu'elle ne soit pas aussi avancée dans d'autres pays.

    «À partir de septembre, les écoles françaises donneront à leurs élèves la leçon de leur vie: comment trouver le clitoris», croit savoir Teen Vogue. «Voici une génération de femmes françaises chanceuses», écrit Elle en Australie.

    «Oh la la, au secours!», s'est désolée Odile Fillod sur Facebook le 16 août. «Voilà qu'un nouveau buzz (mondial, cette fois) est généré à cause de ça (l'article du Guardian, ndlr), car le "scoop" est désormais qu'en France, à partir de la rentrée, le clitoris va faire l'objet d'un enseignement dans toutes les écoles en utilisant ce modèle 3D!»

    La chercheuse explique que la journaliste du Guardian lui avait dit que la France avait la réputation d'être avancée dans le domaine de la sexualité et que le ton de l'article allait être optimiste. «Et voilà comment se trouve (re)conforté le stéréotype concernant la France», regrette-t-elle. Elle explique également que l'article se trompe sur la taille du clitoris, qui fait en moyenne 10 centimètres.

    Or, si Odile Fillod s'est lancée dans ce projet de modèle en 3D, c'est bien parce qu'elle trouve, au contraire, que l'éducation sexuelle en France n'est pas bonne. Elle explique à BuzzFeed News:

    «Le niveau de l’éducation sexuelle en France laisse grandement à désirer. D’abord, le ministère de l’Éducation nationale ne s’est jamais investi pour que les trois séances d’éducation sexuelle par an, qui sont en théorie obligatoires du primaire au lycée en vertu d’une loi votée en 2001, soient effectivement assurées. La plupart des élèves ne bénéficient que de deux ou trois séances au cours de toute leur scolarité (parfois moins), et souvent pas avant la classe de 4e.

    De plus, rien ne garantit la qualité de ces séances. Aucune qualification n’est formellement requise pour pouvoir les assurer, et le contenu n’en est pas clairement défini.»

    Quant au clitoris, «il est absent de nombreux manuels de sciences naturelles censés présenter les appareils génitaux masculin et féminin, et jamais représenté en entier dans ces manuels», détaille-t-elle.

    «On croit généralement qu’il s’agit d’une sorte de petit haricot d’un ou deux centimètres de long tout au plus, et c’est ce qui est montré dans les schémas.»

    Un rapport sur l’éducation à la sexualité du Haut conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes, remis en juin dernier, constatait également ce problème.

    «Une fille de 13 ans sur deux et une fille de 15 ans sur quatre ne sait pas qu’elle a un clitoris et 83% des filles et 68% des garçons de 3e et de 4e ne connaissent pas la fonction du clitoris», rapportait-il.

    «J'ai pu lire quelques articles de la presse internationale sur ce modèle de clitoris et le moins que l'on puisse dire c'est qu'ils ont pris leur rêve pour la réalité», estime de son côté Alexandre Magot, du site svt-egalite.fr.

    «La réalité c'est qu'on est loin, très très loin, d'avoir une éducation à la sexualité de qualité dans les établissements scolaires», juge ce professeur.

    Mais il voit dans ces articles «quelque chose d'assez positif finalement».

    «Cela démontre peut-être que les gens sont prêts à ce qu'une éducation à la sexualité digne de ce nom ait lieu dans les établissements. Reste juste aux institutions/maisons d'édition/etc. de s'adapter. En attendant, il faudra donc compter sur les initiatives personnelles, comme celle d'Odile Fillod, ou celles que l'on met en place avec le site svt-egalite.fr.»

    Il compte, lui, utiliser ce modèle 3D avec ses élèves de 4e et de 1ère, parce qu'il est «particulièrement utile et vient combler un gros manque».

    Marie Kirschen est journaliste chez BuzzFeed News, France, et travaille depuis Paris.

    Contact Marie Kirschen at marie.kirschen@buzzfeed.com.

    Got a confidential tip? Submit it here