Aller directement au contenu

    «Petite, je ne dessinais jamais de personnages noirs»

    Marjorie Bourgoin, qui vient de poster un beau dessin montrant la diversité des femmes noires, explique à BuzzFeed News pourquoi la question des représentations est importante.

    Marjorie Bourgoin, ou «Cococerise» sur les réseaux sociaux, est une illustratrice, directrice artistique et créatrice de 39 ans.

    facebook.com

    Pour le mois de décembre, cette habitante de la région parisienne s'est lancé le défi de créer un motif par jour. Le 7 décembre, elle a posté ce visuel, en écrivant: «Aujourd'hui on fait popper la mélanine!»

    Elle a accompagné son dessin d'un texte touchant dans lequel elle raconte que, quand elle était petite fille, elle ne dessinait que des princesses aux cheveux lisses parce qu'elles représentaient pour elle la «normalité», faute d'autres modèles.

    «Petite, je dessinais beaucoup, mais je ne dessinais jamais de personnages noirs. Mes princesses avaient les cheveux soyeux dont je rêvais, tout le contraire de moi avec ma touffe à la Jackson Five. Et je les dessinais parce que je les trouvais belles, et que faute d'autres modèles à mon image, ça représentait pour moi la normalité.»

    Elle conclut son texte sur l'importance d'avoir des représentations diversifiées:

    «Aujourd'hui, j'ai abandonné l'idée d'avoir des cheveux soyeux, je kiffe ma touffe, et je mérite d'être visible, mise en avant, et représentée, ainsi que toutes les femmes et petites filles noires!

    La représentation de la diversité est un sujet qui me touche particulièrement et je m'efforce à mon échelle de contribuer à faire avancer les choses, parce qu'on a tous un rôle à jouer.»

    «Cette histoire qui est la mienne –et que je partage avec beaucoup d’autres petites filles– illustre parfaitement le souci de la représentation», explique-t-elle à BuzzFeed News.

    «Enfant, on dessine ce qu’on admire, ce que l’on trouve beau. Réaliser que ces représentations étaient à l’opposé de la petite fille que j’étais me fait aujourd'hui assez mal au cœur», détaille-t-elle.

    «Malgré mon imagination débordante, je n’arrivais donc pas à sortir de la vision du monde qui m’était imposée dans les livres et les dessins animés.»

    Elle raconte qu'elle essaie désormais de «mettre en avant la culture afro» et de travailler sur des projets allant dans ce sens.

    Elle explique qu'il est important d'avoir des représentations plus diversifiées «parce qu’on se construit et qu’on évolue en fonction de l’image que la société nous renvoie».

    «Quel message un enfant noir va-t-il recevoir si tout ce qu’on lui montre, c’est un monde où personne ne lui ressemble? Où il n’existe pas? Comment arriver à trouver sa place dans la société dans ce contexte? Quoi qu’il arrive, on est sur le banc de touche.»

    Marjorie Bourgoin précise que ses remarques sont valables aussi pour «les problématiques de genre, d’identité sexuelle, de religion…», qui souvent se cumulent. «En tant que femme noire, on est doublement invisible.»

    Dans les commentaires de son dessin et sur Twitter, plusieurs personnes évoquent des expériences similaires quand elles étaient enfants.

    Un exemple concret dans lequel je me reconnais totalement de l'impact de l'absence de diversité dans les produits c… https://t.co/2xaLW4CzRs

    «J’ai l’impression d’avoir sensibilisé des gens qui, par défaut, ne sont pas forcément conscients de ces problématiques, mais ont été touchés par mon message.» Elle conclut:

    «C’est la preuve que ce genre d’initiative, même minime, même à petite échelle, peut contribuer à faire évoluer les mentalités.»

    Vous pouvez retrouver le travail de Marjorie Bourgoin sur son site, Facebook, Instagram et Twitter.

    BuzzFeed Daily

    Keep up with the latest daily buzz with the BuzzFeed Daily newsletter!

    Newsletter signup form