Aller directement au contenu
  • meufs badge

Il est temps de parler calmement de la pilule

Et de toutes les idées reçues qui l'entourent.

Depuis quelques années, on entend tout et son contraire sur la pilule. Avec des articles souvent alarmants et des idées reçues parfois incongrues.

On a voulu faire le point sur tout ça avec Nasrine Callet, gynécologue oncologue à l'Institut Curie qui a bien voulu répondre aux différentes idées reçues qui entourent cette méthode de contraception.

1. «Elle est bourrée d'hormones.»

2. «Elle a des effets secondaires.»

3. «Elle fait baisser la libido.»

4. «Elle fait grossir.»

5. «Elle est cancérigène.»

6. «Elle empêche d'avoir des enfants facilement et elle rend stérile.»

7. «Est-ce que si on prend une pilule du lendemain, on peut devenir stérile ?»

8. «Elle fait plus de morts que les violences conjugales.»

9. «Et la pilule masculine alors ?»

10. «Est-ce que le pamplemousse réduit vraiment l’effet de la pilule ?»

11. «La pilule continue : n'est-ce pas dangereux de ne jamais avoir ses règles ?»

12. «On peut tomber enceinte en prenant la pilule.»

13. «La dépression ou le sentiment d'être déprimé-e peut être un des effets secondaires de la pilule»

14. «C'est utile pour les boutons ou les règles douloureuses.»

15. «Prendre la pilule est nécessaire quand on a un syndrome des ovaires polykystiques (SOPK)

16. «Certaines pilules augmentent les chances de faire des jumeaux ou des triplés.»

17. «La pilule protège des infections sexuellement transmissibles.»

18. «Les gynécologues proposent la pilule en première contraception.»

Pour conclure, le Dr Callet tient à préciser qu'«il ne faut pas diaboliser la pilule à tout prix».

«Il y a souvent des études infondées sur la pilule, des livres très approximatifs qui la diabolisent à tout prix. Ça reste une avancée, mais c'est un médicament qui doit être prescrit au cas par cas et en respectant les contre-indications de chacun. Aujourd'hui, il y a le choix dans l'offre des pilules, mais aussi dans la contraception, il faut donc en profiter.»

Le plus important, c'est de choisir un-e professionnel-e de santé à votre écoute et qui vous donnera la contraception la plus adaptée pour vous.