Aller directement au contenu

    Chevènement et la mystérieuse «nationalité disparue» de Saint-Denis

    «À Saint-Denis, il y a 135 nationalités, mais il y en a une qui a quasiment disparu», a déclaré le futur président de la Fondation pour l'islam de France ce lundi. «Avec ces propos racistes, il est totalement disqualifié», dit le maire-adjoint de Saint-Denis à BuzzFeed News.

    Invité de la matinale de France Inter, Jean-Pierre Chevènement, confirmé à la tête de la Fondation de l'islam de France, a développé sa vision de l'islam et donné des précisions sur son futur rôle. Il est aussi revenu sur la polémique qu'il avait déclenchée en demandant de la «discrétion» aux musulmans. Selon lui, les critiques après sa sortie sont «injustifiées»: «Ce conseil s'adresse dans mon esprit à toutes les religions en vertu de la laïcité.»

    Mais lors de la séquence d'échanges avec les auditeurs, l'ancien ministre, qui a désapprouvé une loi d'interdiction du port du burkini, a aussi livré un exposé plutôt étonnant.

    «135 nationalités» à Saint-Denis et une «disparue»

    Après avoir fait le lien entre le port de certaines tenues (dont le burkini) et le «djihadisme meurtrier qui s'est abattu dans notre pays», Jean-Pierre Chevènement est invité à expliciter sa pensée. Il illustre alors sa théorie en se focalisant sur la ville de Saint-Denis:

    «Prenez le métro par exemple pour aller à Saint-Denis ou à Sarcelles, regardez ce qui se passe, voyez comment cela se traduit au niveau de l'école. Naturellement les populations anciennement installées, ouvrières en général, ont quitté la plupart de ces communes, ont déménagé dans des zones périphériques plus lointaines et au niveau de l'école cela se traduit par le fait que 80% des enfants à l'école primaire ne maîtrisent pas le français. Donc les parents qui le peuvent mettent leurs enfants à Paris ou bien dans des écoles privées et il y a une ségrégation de fait qui s'installe.»

    Et d'ajouter:

    «Le processus d'intégration n'est plus possible puisqu'il y a, à Saint-Denis par exemple puisque l'on a pris cet exemple, 135 nationalités, mais il y en a une qui a quasiment disparu. Donc je pense qu'il y a des problèmes d'équilibre de la société française auxquels il faut être attentif si nous voulons aller dans le sens d'un apaisement profond, dans le sens d'une tolérance mutuelle et si nous voulons continuer à vivre dans une République.»

    «Avec ces propos racistes, il est totalement disqualifié»

    Joint par BuzzFeed News, Stéphane Peu, maire-adjoint de la ville de Saint-Denis (93) ne décolère pas. «Je suis très choqué par ces propos. D'abord parce ce que nous sommes dans une période où l'on attend des propos qui rassemblent la communauté nationale au lieu qu'ils jettent de l'huile sur le feu et qu'ils stigmatisent les habitants de Saint-Denis», dénonce l'élu communiste qui accuse l'ex-ministre d'avoir tenu des «propos racistes». «Or à Saint-Denis, 75% des habitants sont de nationalité française», précise-t-il.

    «S'agissant de "la nationalité disparue", je ne peux pas interpréter autrement cette phrase que l'idée selon laquelle la nationalité française n'existerait plus à Saint-Denis. Comment peut-il dire cela? Il définit donc la nationalité par la couleur de peau? La nationalité française correspond à la race blanche selon lui?»

    Pour Stéphane Peu, Jean-Pierre Chevènement «ne fait que reprendre l'idée de "grand remplacement" de l'extrême droite». L'élu souhaite également «alerter le ministre de l'Intérieur»:

    «Avec ces propos racistes, Jean-Pierre Chevènement est totalement disqualifié pour présider la Fondation de l'islam de France».

    Le député PS Mathieu Hanotin, élu de Saint-Denis, a également lancé une pétition sur change.org pour interpeller François Hollande et dénoncer ces mêmes propos tenus qu’il juge auprès du Lab «scandaleux et racistes»: «Il fait une confusion mentale entre être Français et être blanc. La ligne rouge a été franchie. Il faut que le président de la République renonce le plus vite à nommer cette personne».

    Les explications confuses de Chevènement

    Contactée par BuzzFeed News, l'équipe de Jean-Pierre Chevènement récuse toute idée raciste. L'un de ses collaborateurs explique d'abord qu'il «voulait parler de la classe ouvrière qui a disparu». Interrogé alors sur le chiffre de «135 nationalités», il botte en touche et admet une confusion:

    «Je suis d'accord que cela peut-être confus, c'était un lapsus en fait. D'ailleurs vous remarquerez que ni Patrick Cohen, ni personne du studio n'a réagi. Il ne faisait pas référence aux blancs, c'est du grand n'importe quoi. Mais de toute façon, dès que Jean-Pierre Chevènement parle, il fait polémique.»

    Enfin, s'agissant du taux d'échec de 80% dans le 93, l'un des proches de l'ex-ministre confie: «Je crois que cela ne repose sur aucune étude, c'est approximatif».


    David Perrotin est journaliste société chez BuzzFeed News France et travaille depuis Paris. Il écrit notamment sur les sujets liés aux discriminations.

    Contact David Perrotin at david.perrotin@buzzfeed.com.

    Got a confidential tip? Submit it here