Aller directement au contenu
    31 juil. 2015

    15 choses à savoir pour ne plus avoir peur des attaques de panique

    Des millions de personne dans le monde souffrent de trouble panique.

    Peut-être vous est-il déjà arrivé, alors que étiez dans la rue, au travail, à un rendez-vous ou en train de regarder une série, de vous sentir soudainement vraiment angoissé, sans aucune raison ?

    neilsanders.tumblr.com / Via giphy.com

    Vous étiez terrifié, sans défense et sûr de mourir. Une crise d'angoisse (ou attaque de panique) ressemble à ça.

    1. N'importe qui peut avoir une crise d'angoisse.

    2. Des millions de personne dans le monde souffrent de trouble panique. Rien qu'aux États-Unis, six millions de personnes seraient concernées.

    3. Certaines personnes sont plus susceptibles de développer un trouble panique que d'autres.

    nevermindtheend / Creative Commons / Via Flickr: nevermindtheend

    Il est plus répandu chez les femmes que les hommes et il émerge souvent chez les jeunes adultes, explique Merav Gur. Vous avez peut-être une prédisposition génétique, si un membre de votre famille souffre de ce trouble ou d'un autre trouble de l'anxiété, explique à BuzzFeed Life le psychologue Reid Wilson, auteur de Don't Panic : Taking Control of Anxiety Attacks et directeur du Centre de traitement des troubles anxieux.

    La manière dont vous gérez une crise d'angoisse peut aussi permettre de savoir si vous développez un trouble panique, affirme Merav Gur. Certaines personnes peuvent avoir une crise d'angoisse ou deux et c'est tout. D'autres souffrent d'une inquiétude extrême après une crise, ce qui peut conduire au trouble de panique.

    4. Les symptômes d'une attaque de panique sont paralysants et très intenses.

    5. Au cours d'une attaque de panique, vous éprouvez en réalité une excitation exagérée de votre système nerveux.

    Qu'est-ce qui peut provoquer un tel chaos dans votre corps? Voici l'explication de Reid Wilson: d'abord, votre cerveau perçoit une menace, comme une pensée effrayante dont vous n'êtes pas conscient ou une pulsation cardiaque étrange. Votre thalamus transmet cette information sensorielle à votre amygdale, qui la traduit en danger et déclenche l'excitation de votre système nerveux sympathique. C'est une «réponse combat-fuite». En même temps, le cerveau sécrète de l'épinéphrine (ou adrénaline) dans le corps, ce qui déclenche des symptômes tels qu'une augmentation du rythme cardiaque, une respiration rapide, la transpiration, une hausse de la pression artérielle, la dilatation des pupilles, la bouche sèche, etc.

    Ce sont des réponses sympathiques normales – elles se produiraient naturellement si vous étiez en train de combattre un ours. Mais comme ce n'est pas le cas, vous paniquez et essayez de donner un sens à ces symptômes; vous allez avoir une crise cardiaque, une réaction allergique, vous allez vous évanouir ou mourir, etc. Cette peur peut déclencher une réaction en chaîne: l'hyperventilation, puis des tremblements, des picotements, des étourdissements, des difficultés respiratoires, douleurs à la poitrine, etc.

    6. Il est tout à fait courant de voir des médecins appeler les urgences pour une attaque de panique.

    7. Les attaques de panique semblent venir de nulle part, mais ce n'est pas le cas.

    8. Vous pouvez avoir des attaques de panique si vous êtes très à l'écoute de votre corps.

    carolinedirector.tumblr.com / Via giphy.com

    Certaines personnes sujettes à l'anxiété sont très à l'écoute de leurs sensations corporelles et cela peut provoquer une attaque de panique, explique Merav Gur. Elles remarquent un battement de cœur bizarre, une difficulté respiratoire ou un trouble de la vision. La plupart des gens ne font pas attention à ces minuscules sensations (ils les attribuent à leur café du matin, une allergie ou autre), mais se focaliser sur elles peut déclencher une crise d'angoisse. Encore une fois, vous pouvez ne pas être conscient de cette tendance, si bien que l'attaque semble sortie de nulle part.

    9. Chez certains, la peur n'est pas de mourir, mais de perdre le contrôle ou de s'humilier.

    10. Des exercices respiratoires ou des techniques cognitives peuvent vous aider sur le moment.

    11. Mais le plus important est d'accepter ce qui arrive, de savoir que ça ne va pas durer et d'attendre que ça passe.

    12. Le trouble panique peut entraîner des petits changements d'habitudes à première vue insignifiants, mais qui pourraient aggraver votre panique.

    13. Si vous souffrez d'attaques de panique et êtes très inquiet(e) entre les crises – par exemple, si vous changez de comportement à cause d'elles, consultez un thérapeute spécialisé dans le trouble panique ou l'anxiété.

    14. Les médicaments peuvent aider, mais c'est le traitement le moins efficace lorsqu'il est prescrit seul.

    jessicahtam / Creative Commons / Via Flickr: jessicatam

    Si vous continuez malgré tout à souffrir d'attaques de panique, un médecin ou un psychiatre peut vous prescrire des médicaments. Le trouble panique est habituellement traitée par une prise quotidienne d'ISRS (inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine, également appelés antidépresseurs). Dans certains cas, un médecin peut prescrire des benzodiazépines (comme le Xanax), une solution plus rapide, mais temporaire.

    Mais des recherches ont montré que le médicament seul est le traitement le moins efficace pour le trouble panique, explique Reid Wilson. L'option la plus efficace est la thérapie – généralement, la thérapie comportementale et cognitive (TCC) – ou une combinaison thérapie et médicaments.

    15. Le trouble panique est le plus traitable des troubles mentaux.

    Souvenez-vous, vous n'êtes ni infirme, ni anormal, ni fragile.

    Suivez-nous sur Twitter et Facebook:

    BuzzFeed Daily

    Keep up with the latest daily buzz with the BuzzFeed Daily newsletter!

    Newsletter signup form