back to top

Le parlement britannique vote contre accueillir 3000 enfants réfugiés

L'initiative, menée par un homme politique lui-même accueilli enfant en Angleterre en 1939, a été rejetée à 18 voix près.

Publié le

Un plan transpartisan pour forcer le gouvernement conservateur britannique à accueillir 3000 enfants réfugiés bloqués en Europe a été rejeté par la Chambre des communes, qui réunit 650 députés.

Les députés ont rejeté l'amendement par 294 votes contre 276 pour, ce lundi 25 avril au soir.

L'alliance avec le parti travailliste d'un certain nombre de conservateurs, du parti libéral-démocrate et du SNP n'a pas suffi à faire passer l'initiative d'Alf Dubs. Cet homme politique du parti travailliste de Jeremy Corbyn est lui-même un enfant réfugié sauvé des nazis en 1939.

Alf Dubs et d'autres membres du Parlement ont comparé cette initiative au Kindertransport, dont il a bénéficié et qui a permis d'envoyer en Grande-Bretagne des milliers d'enfants depuis des zones occupées par les nazis juste avant la Seconde Guerre mondiale.

Mais le gouvernement estime que la mesure encouragerait plus de gens fuyant les conflits en Syrie, Irak et Afghanistan à faire des traversées dangereuses et risquerait d'envoyer plus d'enfants dans les bras de trafics d'humains.

Alf Dubs ne compte pas s'arrêter là. Mardi, il propose un nouvel amendement à la Chambre des Lords avec «un nombre spécifique» plutôt que 3000. Le débat a donné lieu à des discours forts, comme celui du parlementaire conservateur Stephen Phillips:

«Si j'étais séparé de mes enfants, s'ils étaient seuls dans un pays étranger –affamés, gelés, et loin de chez eux– qu'est-ce que je voudrais pour eux? Est-ce que je me contenterais de savoir qu'ils risquent d'être violentés et exploités, souvent de manière sexuelle? Ou est-ce que je voudrais qu'on leur offre un refuge pour qu'on puisse prendre soin d'eux et les réunir avec leur famille quand ça sera possible? Pour moi ce sont des questions rhétoriques. Et je regrette que le gouvernement ne semble pas prêt à y répondre.»

Publicité

La semaine passée, le gouvernement britannique a annoncé que le Royaume-Uni accueillerait sur les quatre ans à venir 3000 enfants réfugiés et leur famille actuellement en Syrie ou dans la région. L'annonce a été faite quelques jours avant le vote, que le gouvernement avait peur de perdre.

La parlementaire conservatrice Heidi Allen, qui est allée voir des camps à Calais et sur l'île grecque de Lesbos et s'est abstenue lors du vote, a dit que l'annonce du gouvernement l'avait «remplie d'une fierté nouvelle», avant d'ajouter:

«Mais ma fierté s'est transformée en sentiment de vide quand je me suis rendue compte qu'en se concentrant sur des camps dans la région, on tournerait le dos aux milliers d'enfants non-accompagnés déjà en Europe.»

Le ministre de l'Intérieur James Brokenshire a dit lors du débat que l'initiative pourrait encourager plus de gens à faire des traversées dangereuses:

«Dans toute réponse, nous devons faire attention à ne pas créer sans le vouloir une situation où les familles voient un avantage à envoyer leurs enfants d'abord, seuls et dans les mains de trafiquants, mettant leur vie en danger en les faisant tenter des traversées de la mer à risque vers l'Europe.»

Kirsty McNeill, de l'ONG Save the Children, s'est dite «profondément déçue» du vote. Elle a rappelé qu'alors qu'Alf Dubs présentait un nouvel amendement à la Chambre des Lords, «le Parlement avait encore une chance de faire honneur à la tradition britannique de tendre la main aux enfants les plus vulnérables qui ont besoin de notre aide.»

Emily Ashton is a senior political correspondent for BuzzFeed News and is based in London.

Contact Emily Ashton at emily.ashton@buzzfeed.com.

Cécile Dehesdin est la rédactrice en chef de BuzzFeed France et travaille depuis Paris.

Contact Cecile Dehesdin at cecile.dehesdin@buzzfeed.com.

Got a confidential tip? Submit it here.