back to top

15 trucs que les caissiers aimeraient que vous sachiez

Arrêtez de croire que tout est de notre faute.

Publié le

1. Les caissiers-ères ne décident pas des prix.

NBC / Via giphy.com

Alors je sais que cette info est surprenante, mais sachez que ce ne sont pas les caissiers-ères qui fixent les prix. Fou, non ? Si vous trouvez tel article trop cher, on n'y est pour rien. ¯\_(ツ)_/¯

2. Si on vérifie vos billets, ce n'est pas pour vous embêter.

AMC / Via tenor.com

Quand on vérifie vos billets, ce n'est pas parce qu'on vous soupçonne d'être un escroc, mais parce que PEUT-ÊTRE que quelqu'un vous a refilé, volontairement ou non, un faux billet. Et si on le fait, c'est aussi et surtout parce qu'on nous a demandé de le faire. Alors ne faites pas cette petite tête vexée quand on passe votre beau billet de 100 sous la lumière bleue.

3. Nous ne sommes pas responsables des procédures du magasin.

Polydor / Via giphy.com

De manière générale, il est inutile de vous en prendre aux caissiers-ères quand quelque chose vous déplait dans le fonctionnement du magasin.

On ne rembourse pas ? On ne fait pas d'avoir ? Cette caisse va fermer ? Les sacs sont payants ? On ferme à 19 h 30 ? Cet article n'est plus disponible ? NOUS N'Y SOMMES POUR RIEN.

Si vous en avez envie, vous pouvez demander à voir un responsable, mais il est inutile de reprocher quoi que ce soit aux caissiers-ères qui, eux, se contentent simplement d'appliquer les règles. Et désolée par avance, mais nous ne prendrons pas le risque d'y déroger et de nous faire engueuler (voire virer).

Publicité

5. Si vous voulez être drôle, songez à renouveler vos blagues.

Fox / Via welovebuzz.com

«Ah moi, je n'ai pas de carte de fidélité... je ne suis pas fidèle !», «Oh bah c'est pas gratuit aujourd'hui ?», «N'appelez pas la police, promis, c'est pas un faux billet !», «Et si j'ai pas envie de vous donner mon argent, vous me faites quoi ? Hohoho !»

Ces blagues, tous les caissiers et toutes les caissières les connaissent. Si vous avez vraiment envie de faire un trait d'humour, s'il vous plait, innovez ! Après avoir entendu 100 fois les mêmes blagues, on ne les trouve plus drôles.

Et on sait comment ça finit : soit on vous fait notre plus beau faux-sourire pour vous donner l'illusion que c'était marrant, soit on ne réagit pas, et alors là, on se fait engueuler : «Et bah elle est pas très marrante, celle-là !». :/

6. Arrêtez de râler quand ça n'avance pas.

Canal + / Via realitealafrancaise.com

On vous entend faire «pfff», «fiouu», vous plaindre que «bah dis donc, ça n'avance pas hein !» On vous voit piétiner, tendre votre cou en avant pour voir où ça en est. Ne vous inquiétez pas, on a bien remarqué que vous étiez A-GA-CÉ-E.

Est-ce que klaxonner quand vous êtes coincé-e dans les bouchons améliore la situation ? NON ! Eh bien là, c'est un peu pareil ! Râler quand vous faites la queue, ça énerve tout le monde, mais ça arrange rarement les choses. Alors, prenez votre mal en patience, même si je sais que oui, parfois, c'est vraiment long.

7. Préparez votre moyen de paiement pendant que vous faites la queue.

mrwgifs.com

Tiens, pendant que vous patientez dans la file, au lieu de gâcher votre énergie à râler, préparez votre moyen de paiement. Oh oui, je parle de vous là-bas, avec le gilet orange ! On vous voit attendre le tout dernier moment pour songer à farfouiller dans votre sac et tenter d'atteindre votre porte-feuille. Anticipez !

8. Dépliez vos billets.

TF1 / Via tumblr.com

Je ne compte plus le nombre de fois où les gens m'ont donné des billets pliés en dix, roulés en boule ou bien complètement enroulés (vous voulez que je les fume ou quoi ?!). En plus de faire gagner du temps, tendre un billet correctement déplié est un tout petit effort qui donnera la sensation à votre interlocuteur de ne pas être pris pour une poubelle dans laquelle on vide ses détritus.

Publicité

9. On a le droit à l'erreur.

knowyourmeme.com

Oui, nous utilisons des machines, mais nous, nous ne sommes pas des machines. Nous sommes des êtres humains, et même si vous estimez que nous avons une grosse responsabilité puisque nous gérons de l'argent, votre argent, nous ne sommes pas infaillibles pour autant. Ça nous arrive de faire des erreurs. Et ça vous arrive à vous aussi. C'est la vie !

11. Arrêtez de nous tutoyer.

StudioCanal / Via forum.canardpc.com

Nous ne sommes pas vos potes ! Bien sûr, la question «Est-ce que ça ne serait pas mieux si on arrêtait tous de se vouvoyer» est intéressante. Mais mon observation personnelle m'a menée à un constat : les caissiers (et je dirais même les caissières) se font beaucoup plus souvent tutoyer que d'autres corps de métiers. Est-ce que vous tutoyez votre banquier ? Est-ce que vous tutoyez le postier ? Est-ce que vous tutoyez la personne qui vient installer votre Box ? Si ce n'est pas le cas, pourquoi tutoyez-vous les caissiers-ères ?

Publicité

13. Être caissier-ère, c'est fatiguant.

Walt Disney Pictures / Via tenor.com

Contrairement à ce que vous pensez peut-être en nous voyant derrière notre caisse, passer une journée à encaisser peut être très usant.

Physiquement. Rester debout toute la journée à la même place, et faire les mêmes gestes répétitifs, ça fatigue. Ça fatigue le dos, le cou, les bras, les mains, les jambes.

Psychologiquement aussi. Le contact humain, inévitable dans cet exercice, devoir être présentable, accueillant-e, devoir parler et être aimable, même les jours où on n'est pas d'humeur et où on aimerait rester en boule dans notre canap' sans adresser la parole à qui que ce soit, ça aussi, ça use.

14. Arrêtez de nous mépriser.

realitealafrancaise.com

Le métier de caissier-ère a une mauvaise réputation. Pas besoin d'avoir fait d'études. Pas même besoin de savoir compter, la machine le fait pour nous. Quand on est caissier-ère, on a souvent l'impression d'être considéré-e comme la lie de la société, on est trop nul-le-s pour avoir un meilleur job que ça.

Pourtant, être caissier-ère, c'est bien plus compliqué que ça en a l'air. Il y a beaucoup de manipulations à connaître par cœur pour réussir à gérer une caisse enregistreuse rapidement et sans encombre. Une seconde d'inattention, et hop on a une erreur de caisse de 50 euros (= 7 000 euros dans l'esprit du patron). Ça demande donc de l'organisation, de la logique, de la mémoire, de la réflexion, de la concentration et beaucoup de patience.

Hé non, nous ne sommes pas les débiles incapables auxquels certains sont persuadés d'avoir affaire. Et même si nous sommes à la toute fin de la chaîne commerciale, que nous sommes aux yeux de certains faibles et faciles à attaquer, nous valons et nous méritons mieux que du mépris.