back to top

Lycéen de Bergson frappé: 8 mois de prison avec sursis pour le policier

Plusieurs vidéos montrent un jeune homme se faire violemment frapper par des policiers en marge des manifestations contre la réforme du travail à Paris. L'IGPN est saisie. L'un des policiers a été condamné à 8 mois avec sursis ce 23 novembre.

initialement publié sur
Mis à jour le

Mise à jour du 23 novembre: le policier jugé pour avoir frappé un lycéen du lycée parisien Bergson en marge des manifestations contre la loi travail a été condamné à huit mois de prison avec sursis pour violences volontaires. Le procureur avait requis six mois avec sursis. Le tribunal correctionnel de Paris n'a pas inscrit cette condamnation à son casier judiciaire, précise l'AFP. Il pourra donc continuer à exercer son métier.

Mise à jour le 1O novembre: Le procès du policier a eu lieu jeudi10 novembre à la 10e chambre du TGI de Paris. Le procureur a requis 6 mois de prison avec sursis pour Sofiane O., le policier poursuivi, mais s'est opposé à une interdiction professionnelle. Et a souhaité que sa condamnation ne soit pas inscrite à son casier judiciaire (B2). La décision sera rendue le 23 novembre. Le live-tweet est visible ci-dessous:

⚡️ “LT du Procès du policier qui a frappé le lycéen de Bergson” https://t.co/yYXsItvNjp


Publicité

Lycéen frappé par des policiers: «on l’a mis au sol comme un chien»

Une vidéo postée ce jeudi à 10h07 sur YouTube montre un jeune se faire violemment frapper par des forces de l'ordre lors de son interpellation. Le jeune homme est d'abord maintenu par deux policiers pendant qu’un troisième lui donne un coup au niveau du visage ou du haut du corps. Il tombe immédiatement par terre.

L'interpellation a lieu dans 19e arrondissement de Paris, devant le restaurant la Table d’Hugo Desnoyer, avenue Secrétan, à quelques centaines de mètres du lycée Henri Bergson, comme on peut l'apercevoir sur une vidéo amateur.

Voir cette vidéo sur YouTube

youtube.com

Sur Facebook, une version plus longue de la scène a été postée vers 14h.


Selon plusieurs personnes ayant réagi sur les réseaux sociaux contactées par Libération, l’adolescent serait en seconde au lycée Bergson.

«Une policière n'a pas cessé de nous crier "ferme ta gueule"»

Il s'appelle Danon, a 15 ans, confirme Nassim, qui est dans sa classe, à BuzzFeed News. Le jeune homme qui a assisté à la scène, nous raconte:

«J'étais avec Danon pour le blocus ce matin. Il avait jeté un œuf sur un CRS, la police l'a attrapé et l'a frappé à terre. Puis ils l'ont embarqué au commissariat.»

Sur ces deux photos envoyées à BuzzFeed News par Henzo, un ami de Danon qui est dans sa classe d'espagnol, on voit très bien le jeune homme de la vidéo mis au sol par la police et qui a visiblement saigné, sans que l'on sache pour le moment comment il a été blessé.

Publicité

Manon, qui est en première au lycée, nous raconte avoir également assisté à cette scène violente. «Je suis encore choquée par le comportement de la police qui a transporté et mis au sol cet élève comme s'il était un chien!», raconte-t-elle à BuzzFeed News.

«Le dialogue était impossible avec les forces de l'ordre et honnêtement je n'ai jamais vu de scène aussi écœurante de toute ma vie. Une policière n'a pas cessé de nous crier "ferme ta gueule" quand on essayait de leur faire prendre conscience de leur bêtise.

L'adolescente raconte aussi que Danon n'était pas le seul élève violenté en nous envoyant ses deux photos postées sur son compte Snapchat.

Le jeune lycéen accusé à tort

Belhassen, qui est également lycéen à Henri Bergson, confirme qu'il y a eu d'autres ados malmenés, notamment un garçon nommé Steven qui est en première S. «Steven était assis contre le mur menotté, avec les mains dans le dos», explique le jeune homme à BuzzFeed News. «Il a voulu s'échapper et les policiers l'ont attrapé, l'ont frappé, ils lui ont fait une clé de bras, l'ont giflé et l'ont insulté... Après les policiers ont fait pression sur les autres parce qu'ils n'avaient pas le droit de filmer et certains ont fait exprès de faire tomber les téléphones.»

Belhassen nous a aussi envoyé une photo qui montre Steven menotté sur le sol et qui ressemble au garçon encerclé par les policiers sur les photos de Manon ci-dessus.

Publicité

Karim, qui est aussi scolarisé à Henri Bergson, évoque, lui, un jeune homme appelé Achraf que les policiers «ont traîné comme un animal pour le mettre dans un camion qui est ensuite parti, sûrement au commissariat.» Une scène à laquelle a aussi assisté Alexandre, élève en première S. «Achraf est un ami, il est dans ma classe. Il faisait un Periscope pour filmer le blocus, et les policiers l'ont ramené derrière un fourgon et lui ont fait arrêter son Periscope et l'ont matraqué à la jambe. Je l'ai entendu crier.»

Contactée par BuzzFeed News, la préfecture de police de Paris ne souhaite pas commenter ces images. Elle précise toutefois que l'Inspection générale de la police nationale (IGPN) a été «saisie de l'affaire» ce jeudi 24 mars et qu'elle doit «éclaircir les faits».

Selon metronews, la victime a été interpellée et placée en garde à vue juste après les faits. Une source proche du dossier avait précisé à metronews que le jeune homme a blessé deux policiers. Sauf que l'information a été démentie par Libération, Danon, le jeune lycéen frappé sur les images n'a pas été placé en garde à vue et a été libéré immédiatement. C'est un autre lycéen qui a été placé en garde à vue pour violences sur les agents.

Jets de projectiles sur les CRS à Paris

Ce jeudi, de nombreuses altercations ont eu lieu entre les forces de l'ordre et des manifestants à Paris. Des poubelles ont été brûlées et des policiers ont également reçu de nombreux projectiles boulevard Port-Royal.

La #police sous le Jets de projectiles bld port royal par #lycéens contre #LoiTravail #Manif24mars

L'agence Taranis News était également présente.

Voir cette vidéo sur YouTube

youtube.com


Ajout du démenti de Libération

- Contrairement aux informations de metronews, le jeune lycéen Danon n'a pas été mis en garde à vue.



David Perrotin est journaliste société chez BuzzFeed News France et travaille depuis Paris. Il écrit notamment sur les sujets liés aux discriminations.

Contact David Perrotin at david.perrotin@buzzfeed.com.

Assma Maad est journaliste chez BuzzFeed News France et travaille depuis Paris.

Contact Assma Maad at assma.maad@buzzfeed.com.

Got a confidential tip? Submit it here.