back to top

Un étudiant niçois risque une sanction après s’être absenté pour... lutter contre Ebola

Pour être parti en Guinée aider les secouristes à enrayer la propagation du virus Ebola, cet étudiant infirmier de la Croix-Rouge à Nice est passé en conseil de discipline. Contactée par BuzzFeed France, sa directrice trouve normal de le sanctionner.

Publié le

Il serait difficile de ne pas saluer le dévouement de Robin Clanet-Leclercq, 31 ans et étudiant infirmier à Nice. Ses multiples casquettes ont de quoi donner le tournis. A lui seul, il est entre autres:

* étudiant en deuxième année à l'Institut régional de formation sanitaire et sociale de la Croix Rouge (IFSI)

* gendarme réserviste

* pompier volontaire

* président de l'association fédérée pour le don du sang bénévole mentonnais

En mars dernier, comme le rapporte Nice Matin ce mercredi, Robin Clanet-Leclerc a voulu s'investir dans la lutte contre le virus Ebola en Afrique. Après avoir reçu un ordre de mission de l'Eprus, l'établissement de la préparation et de réponse aux urgences sanitaires rattaché au ministère de la Santé, il a donc demandé à son école de pouvoir s'absenter 7 jours.

Conformément au règlement intérieur de son institut qui oblige à justifier ses absences, il envoie une demande par mail.

Sans réponse de la directrice de son établissement, il décide tout de même de partir en Guinée le 13 mars. Là-bas, il rejoint une équipe de médecins français pour assurer la sécurité sanitaire à l'aéroport et veiller à ce que les passagers respectent le protocole de sécurité pour éviter toute propagation.

Problème: à son retour, son école refuse de le réintégrer tant qu'il n'a pas fourni un certificat médical pour prouver qu'il n'a pas été contaminé alors même que cette formalité n'est pas obligatoire (il suffit de surveiller sa température). Sa directrice lui annonce aussi de possibles sanctions pour ne pas avoir justifié ses absences.

Contacté par BuzzFeed France, l'étudiant explique que l'établissement d'urgence sanitaire l'avait prévenu à la dernière minute:

L'Eprus m'a demandé de partir le 12 mars, car ils avaient eu une défection au dernier moment et que je suis réserviste. J'ai donc envoyé ce mail, mais je n'ai jamais reçu de réponse de la directrice. Pourtant j'avais un ordre de mission signé par le directeur général de l'Eprus, et une demande de visa signé du ministère des Affaires étrangères.

BuzzFeed France a pu consulter les deux documents.

Mais si l'école ne remet pas en cause «l'intérêt de sa mission», elle ne transige pas sur le non-respect de son règlement intérieur.

Dans une lettre envoyée à Robin Clanet-Leclerq après son retour de mission, elle informe l'étudiant qu'un conseil de discipline est mis en place à son encontre.

Mardi à 15h, j'ai été convoqué pendant une heure et l'école a fait part de son attention de me donner un avertissement. J'angoisse un peu car j'espère surtout qu'ils ne vont pas m'exclure de l'école. J'attends le courrier que je devrais recevoir lundi. Mais tout ça me choque, ils me font passer pour un mauvais étudiant alors que je fais ça par conviction. Et si j'avais reçu une réponse négative de la directrice, je serais rentré plus tôt de Guinée. Je ne m'attendais pas à recevoir le tapis rouge, mais pas non plus une sanction...

Et de lâcher, en colère:

Je n'ai rien contre la Croix-Rouge, je suis secouriste pour eux depuis 14 ans. Mais à Nice, l'institut se considère un peu comme une franchise sans forcément respecter ses valeurs.

L'étudiant assure être irréprochable sur le fond et menace même de saisir la justice pour faire «valoir ses droits». D'ailleurs, la directrice Denise Dollet a confirmé à Nice Matin qu'il avait «de bons résultats» scolaires. Elle lui reproche de ne «pas avoir été prévenue plus tôt qu'il participait à cette mission sanitaire».

Sollicitée par BuzzFeed France, Denise Dollet se montre agacée:

Vous n'avez vraiment pas d'actu à vous mettre sous la dent pour m'interroger sur ce sujet. Je ne souhaite pas me prononcer sur cette histoire. C'est simplement le cas d'un étudiant qui n'a pas respecté le règlement intérieur et qui doit être logiquement sanctionné. Il a été convoqué en conseil de discipline, il saura rapidement s'il a ou pas une sanction.

Selon nos informations, l'Agence régionale de santé (ARS) de Paca souhaite également que le jeune homme soit sanctionné.

Comme nos 2000 volontaires, Romain Clanet-Leclercq avait passé un contrat avec nous comme volontaire il y a deux ans. Sauf qu'à l'époque, il n'était pas étudiant mais aide-soignant réserviste. C'est seulement après son retour de Guinée, qu'il nous a appris qu'il avait intégré l'Institut régional de la Croix Rouge pour devenir infirmier. Nous avons pris contact avec l'ARS pour expliquer la situation car c'est quand même un jeune homme qui a la fibre pour ce métier. Mais la décision appartient maintenant à la directrice de l'école.

Le jeune homme assure qu'il avait informé son chef de mission qu'il était étudiant. En off, un conseiller du ministère de la Santé se veut rassurant:

Il aurait dû dire qu'il était étudiant, mais ce n'est pas une raison pour le sanctionner. Sa situation est en train d'être négociée.

David Perrotin est journaliste société chez BuzzFeed News France et travaille depuis Paris. Il écrit notamment sur les sujets liés aux discriminations.

Contact David Perrotin at david.perrotin@buzzfeed.com.

Got a confidential tip? Submit it here.