back to top

Quand le dir com' des Républicains était l'assistant parlementaire de 4 députés

Le directeur de la communication des Républicains était jusqu'à très récemment l'assistant parlementaire de quatre députés nationaux et d'un eurodéputé. Un record. Rien d'illégal côté français mais, selon nos informations, l'assistant n'a pas déclaré ses multiples activités au Parlement européen.

Publié le

Peu connu du grand public, l'élu Les Républicains Lionel Moisy de Cala était il y a encore quelques jours ce que l'on pourrait appeler un ultra cumulard. Du 2 janvier au 28 février, pendant deux mois, en pleine campagne présidentielle, il a cumulé les fonctions et mandat suivants:

  • Directeur de la communication des Républicains
  • Assistant parlementaire de 3 députés français
  • Assistant parlementaire d'un eurodéputé
  • Élu local près de Marseille

Le 2 janvier dernier, à l'occasion de la réorganisation du parti liée à la victoire de François Fillon à la primaire, ce jeune responsable est nommé «directeur de la communication, de la presse et des nouveaux médias» des Républicains. Il remplace à ce poste la proche de Nicolas Sarkozy, Véronique Waché.

Publicité

Parallèlement à cette tâche qu'on imagine assez prenante —encore plus en période électorale et davantage encore en pleine affaire Fillon, Lionel Moisy de Cala est aussi l'assistant parlementaire, basé à Paris, de trois députés, comme l'indique la liste de l'Assemblée nationale publiée le 21 février.

Lionel Moisy de Cala est ainsi le collaborateur de Bernard Accoyer (député LR de Haute-Savoie et secrétaire général de LR), Damien Abad (député LR de l'Ain) et Sophie Dion (députée de Haute-Savoie). Entre 2013 et décembre 2016, il travaillait même pour un quatrième parlementaire LR: Olivier Carré (Loiret). Mais ce n'est pas tout...

Publicité

Depuis juin 2014, Lionel Moisy de Cala était aussi l'assistant parlementaire local (à Marseille) du député européen Renaud Muselier.

Mais ce n'est pas tout.

Publicité

Depuis 2014, Monsieur Moisy de Cala est aussi conseiller municipal d'opposition d'Allauch, une ville de 18.000 habitants située près de Marseille dans les Bouches-du-Rhône.


Contacté par BuzzFeed News, Lionel Moisy de Cala affirme qu'il travaillait «à 60% à la direction de la communication du parti» depuis le 2 janvier avant de démissionner de toutes ses fonctions à l'Assemblée nationale et au Parlement européen le 28 février. «Je tenais à accompagner les députés jusqu'à la fin de leur travail parlementaire», ajoute-t-il.

D'après nos informations, il a déclaré travailler pour le Parlement européen quatre demi-journées de 8h à 12h. Le reste de la semaine, l'élu, nous précise qu'il gérait les affaires des quatre députés et s'occupait de ses activités locales le week-end avant de mettre fin à ses contrats d'assistant parlementaire le 28 février dernier.

Mais, si l'on considère qu'une semaine de travail se découpe en dix demi-journées, M. Moisy de Cala en consacrait donc six au parti LR et quatre à son eurodéputé. Il ne lui restait donc plus aucun temps à consacrer aux trois députés nationaux.

L'élu conteste cette équation: «Il me restait 40% du temps pour les autres députés. Votre calcul est faux.», sans donner plus de détails.

«Je vous demande votre bulletin de salaire?»

Lorsqu'on lui demande de nous communiquer des documents montrant le temps de travail consacré à chaque député pour le mois de janvier, Lionel Moisy de Cala s'agace:

«Je n'ai pas à vous communiquer mes bulletins de salaire ou mes horaires de travail, cela ne regarde que moi et mes employeurs. Est-ce que je vous demande à vous, journaliste, votre bulletin de salaire?»

Avant de prendre ses fonctions au sein du parti début janvier, Lionel Moisy de Cala cumulait donc trois postes à l'Assemblée, un poste au Parlement européen et un mandat d'élu local à Allauch.

A priori, il n'y a rien d'illégal là-dedans, on peut être l'assistant parlementaire de plusieurs députés de l'Assemblée nationale tant que les contrats sont à temps partiel. Pour Thierry Besnier, secrétaire général du syndicat national des assistants parlementaire FO, joint par BuzzFeed News, ces cas sont toutefois «exceptionnels».

En revanche, le règlement du Parlement européen est plus strict. Sollicitée par BuzzFeed News, l'administration précise que ce cumul peut être contraire au règlement européen si une de ces deux conditions n'est pas respectée:

«L'assistant local doit être embauché à temps partiel. Et les fonctions nationales de l'assistant parlementaire ne doivent pas représenter un conflit d'intérêt avec le travail européen. Pour s'en assurer, l'euro-député a l'obligation de déclarer les différentes fonctions nationales de son assistant.»

Outre le conflit d'intérêts, l'article 38 du règlement du Parlement européen interdit également des activités qui pourraient entraver l'exercice, par l'assistant, de ses fonctions.

Problème: selon plusieurs sources au Parlement européen, Renaud Muselier n'a pas déclaré les autres multiples activités de son assistant comme il aurait dû le faire. Impossible dès lors de savoir s'il y a un conflit d'intérêts. Si Lionel Moisy de Cala nous assure avoir informé l'administration européenne, il n'a pas été en mesure de nous le prouver.

«C'étaient des petits bouts de salaire»

Comment cet élu local faisait-il pour travailler à la fois pour quatre députés nationaux et un député européen? «Ma spécialité, c'est la communication et les relations presse, j'étais uniquement sur cette partie-là. J'avais des petits bouts de contrat avec chacun d'eux», explique-t-il, précisant que «tout était transparent et légal».

Le dir com' du parti Les Républicains n'a toutefois pas souhaité nous indiquer sa rémunération mensuelle. «C'est assez confidentiel, c'étaient des petits bouts de salaire», répète-t-il. Seul le député Olivier Carré nous précise l'avoir rémunéré «environ 1000 euros par mois». Si le député se dit satisfait de cette collaboration, il montre aussi que Lionel Moisy de Cala avait une charge de travail conséquente rien que pour un député:

«Lionel avait un contrat de collaborateur à temps partiel. Je ne connais pas trop le temps de travail qu'il m'accordait, mais il me faisait en général une revue de presse, des repérages sur des éléments relatifs à mes sujets d'intervention et gérait mon agenda avec les journalistes. C'était très pratique car j'avais au minimum une à deux télés par semaine et parfois beaucoup plus. Il a toujours été présent lorsque j'ai voulu quelque chose.»

Lionel Moisy de Cala nous assure qu'aucun de ses emplois n'était fictif et qu'il a pu mener à bien son travail pour tous ses employeurs, même pour le Parlement européen.

Contactés par BuzzFeed News, aucun des autres députés et employeurs de Lionel Moisy de Cala n'a souhaité nous répondre.



Cet article a été écrit en collaboration avec le projet Arcadie, un site internet qui centralise les informations sur les parlementaires français et milite pour plus de transparence dans la vie publique.


David Perrotin est journaliste société chez BuzzFeed News France et travaille depuis Paris. Il écrit notamment sur les sujets liés aux discriminations.

Contact David Perrotin at david.perrotin@buzzfeed.com.

Got a confidential tip? Submit it here.