go to content

Quand des taxis traquent des VTC à gare du Nord

Plusieurs manifestations de taxis ont eu lieu en France pour protester contre UberPop. Près de la gare du Nord à Paris, des taxis ont traqué les chauffeurs privés.

posté le

En réalité, 2.800 chauffeurs de taxis (selon la police) se sont mobilisés dans toute la France pour protester contre UberPop. Ils étaient une centaine pour bloquer tous les accès à la gare qui voit passer le plus de voyageurs en Europe.

Au même moment, de nombreux chauffeurs privés, concurrents directs des taxis, ont été pris à partie dans différents endroits.

Des échauffourées, incendies et altercations ont eu lieu à Paris, Orly, Roissy et Marseille.

Interrogé par BuzzFeed France, un délégué CGT de la société G7 présent pour encadrer le blocage de la gare tient immédiatement à condamner ces actes:

«Nous condamnons toutes les violences, cela dessert notre cause. Mais nous voudrions que le gouvernement agisse vite avant que les chauffeurs privés –et surtout UberPop– ne nous enterrent vivant. Nous voudrions que leurs chauffeurs soient plus contrôlés et que leurs voitures soit confisquées quelques jours.»

La CGT Taxi à gare du Nord:"Nous condamnons toutes les violences, cela dessert notre cause" #UberPop

Malgré ces condamnations, de nombreux chauffeurs de taxis ont chassé les VTC (voitures de transport avec chauffeur).

Jusqu'à présent, certains taxis avaient tendu des pièges en appelant des UberPop, ces chauffeurs non-professionnels, comme s'ils étaient des clients. Mais ce jeudi, les grévistes ont préféré s'attaquer aux VTC (qui regroupe Uber –et pas UberPop– mais aussi Chauffeur Privé, Le Cab, etc) plus faciles à repérer grâce au costume des conducteurs et au modèle des véhicules.

Regroupés sur différents points de blocage aux alentours de la gare, les grévistes veillaient à ne pas rater «leurs cibles». Certains petits groupes plus violents avaient tout prévu: œufs, cailloux...

Boulevard Magenta par exemple, une berline a reçu des œufs avant que des taxis ne caillassent son pare-brise:

Pendant plus de deux heures, les alentours de la gare ressemblaient à une version parfois violente du chat et de la souris.

Les chauffeurs privés ont régulièrement été pris à partie par des taxis, rapidement séparés par les forces de l'ordre:

Toujours boulevard Magenta, un chauffeur #VTC reçoit un crachât par un #taxi, ils sont séparés par la police #UberPop

Boulevard Magenta, la police intervient dans une nouvelle altercation #VTC / #taxis

Gare du Nord, mouvement de foule autour d'une moto #VTC. #Grèvedestaxis #Taxis

Tous les taxis n'étaient pas violents. Certains ont choisi de former des équipes pour contrôler les VTC et s'assurer qu'ils ne chargeaient pas des clients sans qu'ils aient réservé leur course au préalable:

Là, des taxis vérifient que le VTC prend une course "réservée" #UberPop

Les VTC ont fini par déposer leurs clients devant les camions de police.

Boulevard Magenta, les #VTC déchargent les clients devant les policiers #taxis

Luc, chauffeur de taxi depuis 8 ans pour la G7, défend ces blocages:

«On fait toujours attention à ne pas faire de généralités, il faut faire pareil pour nous. Il y a quelques chauffeurs qui foutent la pagaille, ce n'est pas la majorité.

Il faut quand même se rendre compte que nous gagnons beaucoup moins d'argent. Moi par exemple, j'ai dû faire un emprunt il y a deux mois, je n'arrive plus à payer mes charges. On sait que nos actions ne plaisent pas, mais nous n'avons pas le choix pour alerter les politiques».

Le message a semble-t-il été entendu par le gouvernement puisque les syndicats de taxi devaient être reçus jeudi à Matignon avant que ces derniers ne déclinent cette offre. Bernard Cazeneuve a par demandé au préfet de police de Paris de prendre un arrêté interdisant l'activité d'UberPop.

David Perrotin est journaliste société chez BuzzFeed News France et travaille depuis Paris. Il écrit notamment sur les sujets liés aux discriminations.

Contact David Perrotin at david.perrotin@buzzfeed.com.

Got a confidential tip? Submit it here.