Latifa Ibn Ziaten huée à l'Assemblée nationale: «C'était très agressif»

Plusieurs témoins racontent à BuzzFeed que la mère d'une des victimes de Mohamed Merah a été huée lors d'une conférence du groupe socialiste sur la laïcité. Une jeune fille voilée aurait également été «prise à partie».

initialement publié sur
mis à jour le

Une conférence organisée mardi après-midi par le groupe socialiste à l'Assemblée nationale a été perturbée à plusieurs reprises. Lors de cette rencontre intitulée «VIe Rencontres de la Laïcité», des députés ont invité plusieurs participants à s'exprimer dont l'historien Patrick Weil, l'ancienne ministre des Droits de la femme Yvette Roudy et Latifa Ibn Ziaten, mère d'une victime tuée par Merah et présidente d'une association pour «défendre les valeurs de la République et de la Laïcité».

J'interviens à l'assemblée nationale "la laïcité, défense et promotion des droits universels.

Le foulard de Latifa Ibn Ziaten remis en cause

Avant puis à la fin de sa prise de parole, la présence de Latifa Ibn Ziaten a été contestée par quelques invités présents dans la salle qui lui reprochaient de porter le foulard à l'Assemblée nationale.

Contacté par BuzzFeed, Arnaud, un témoin de la scène et militant socialiste qui a demandé à ce qu'on utilise un prénom d'emprunt «parce qu'il est très impliqué au sein du parti», explique:

«Des personnes ont hué Latifa Ibn Ziaten parce qu'elle portait un foulard. Au début, lorsque Jean Glavany a annoncé sa présence et à la fin de son discours. La majorité des personnes ont été invitées par le groupe socialiste.

Il y avait des militants ou sympathisants socialistes, des féministes venues écouter Yvette Roudy et la conférence a été introduite par le patron des députés socialistes Bruno Le Roux. Et pourtant, [Latifa Ibn Ziaten] n'a pas vraiment été défendue».

Latifa Ibn Ziaten, huée auj par des socialistes "pour son voile" lors d'une conf' sur la laïcité à l'Assemblée 1/2

La journaliste politique à La Vie Pascale Tournier, présente dans la salle, avait d'ailleurs ajouté sur Twitter que des militants avaient quitté la salle après la prise de parole de Latifa Ibn Ziaten.

Le député PS Jean Glavany dément

Rapidement, la polémique a enflé sur les réseaux sociaux entre ceux qui soutenaient Latifa Ibn Ziaten et d'autres, qui remettaient en cause notre information.

Dans un communiqué publié mardi soir sur Facebook, le député socialiste Jean Glavany, organisateur de la conférence, a remis en cause les «allégations infondées» de BuzzFeed et de la journaliste de La Vie. Il a ajouté:

«Notre invitée portait un foulard comme les lois de la république l'autorisent dans l'espace public. Deux participants qui n'étaient ni députés ni, manifestement socialistes, sur 200 ont voulu contester le port de ce foulard, manquant singulièrement de respect à l'égard d'une femme qui nous a expliqué le porter en deuil de son fils.

J'ai donc invité ces deux personnes à quitter à la salle. Jamais un socialiste, digne de ce nom n'aurait sifflé et encore moins hué cette femme éminemment respectable, comme certains le font croire sur Twitter».

«J'avais l'impression d'être à un meeting du FN»

Nous avons contacté un autre participant présent lors de cette conférence qui livre un tout autre témoignage. Yassine, étudiant en droit, confirme qu'il y a bien eu des huées de «nombreuses personnes»:

«Nous étions 25 étudiants et nous nous sommes vite aperçus que cette conférence était un véritable procès au port du voile. J'étais d'autant plus surpris que lors de son introduction, Jean Glavany a salué la présence "de nombreux élus socialistes".

Latifa Ibn Ziaten a été huée par plusieurs personnes de la salle à la fin de son discours lorsqu'elle a conclu "est-ce que vous comprenez maintenant pourquoi je porte mon foulard?". Elle venait d'expliquer qu'elle le portait à cause du deuil de son fils. Ensuite, deux personnes se sont levées pour protester et ont quitté la salle. Mais contrairement au démenti de Jean Glavany, ce n'est pas lui qui leur a demandé de partir».

Nos témoins interrogés confirment que Jean Glavany ne leur a pas intimé l'ordre de quitter la salle, mais précisent toutefois qu'il a défendu Latifa Ibn Ziaten devant l'auditoire, tout comme Patrick Weil.

Plus tard, Latifa Ibn Ziaten s'est justifiée, selon une personne présente

Une jeune étudiante voilée «prise à partie»

Yassine affirme qu'une autre étudiante qui l'accompagnait, et qui portait un voile, a également été «prise à partie». Il poursuit:

«L'ancienne ministre Yvette Roudy a tenu des propos très durs contre le voile en affirmant que c'était "l'étendard des djihadistes", et que "derrière tout religieux, il y a un djihadiste qui sommeille".

Ma camarade a pris la parole pour expliquer son choix de porter le voile, mais on l'a immédiatement interrompue, il y avait des rires moqueurs et Yvette Roudy lui a conseillé "d'aller voyager dans des pays intégristes" pour critiquer son choix de porter le voile. J'avais l'impression d'être à un meeting du Front national alors que c'était une assemblée majoritairement socialiste».

Et d'ajouter:

«Elle a été prise à partie à la fin de la conférence par des invités, mais aussi par des élus. C'était très agressif».

«Latifa Ibn Ziaten ne devrait pas porter le foulard»

Sollicitée par BuzzFeed, Yvette Roudy, ancienne ministre et députée socialiste et féministe engagée, confirme les huées contre Latifa Ibn Ziaten. Elle explique:

«J'ai dit à Latifa Ibn Ziaten que je pensais que ce n'était pas une bonne idée de porter son foulard. Il y a des lois en France, on ne les fait pas respecter. Si Latifa Ibn Ziaten est en fonction, elle ne devrait pas avoir le droit de le porter».

Cependant, cette mère d'une des victimes de Mohamed Merah et militante depuis n'est pas un agent de la fonction publique, pour qui il est effectivement interdit de porter le voile le cadre de leurs fonctions.

Enfin, Yvette Roudy revient sur son échange avec la jeune étudiante voilée et confirme lui avoir «conseillé d'aller voir sur place, là où les femmes n'ont aucun droit». Elle raconte:

«Il n'y a pas vraiment eu d'incident. C'était une jeune fille très jolie, très agréable à regarder, mais qui est venue réciter sa leçon. Je ne crois pas avoir parlé "d'étendard du djihadisme", mais j'ai répondu que le voile était un symbole de soumission à la loi patriarcale et que les intégristes l'utilisaient comme une porte d'entrée».

Et de préciser:

«Et oui, j'ai sûrement dit que "derrière tout religieux, se cache un intégriste en puissance", en tout cas que toutes les religions sont misogynes. Je dis juste qu'il faut faire attention, que c'est déjà l'apartheid dans certains de nos quartiers et que cela gagnera bientôt nos rues, nos bus, nos théâtres avec une séparation entre les hommes et les femmes».

«Si c'est pour vous excuser de votre amateurisme...»

Une troisième personne qui souhaite préserver son anonymat parce qu'il est salarié à l'Assemblée nationale dénonce le silence de l'auditoire:

«Ce qui est sûr, c'est que la majorité de la salle était d'accord avec les gens qui ont hué Latifa. Personne n'a bougé, ni défendu Latifa ou la jeune fille voilée. Je vais écrire à certains députés pour qu'ils condamnent ces actes publiquement, c'est inadmissible».

Le militant PS Arnaud, lui, raconte avoir quitté la salle «de façon prématurée» se disant «dégoûté de cette ambiance islamophobe qui n'a rien à voir avec les valeurs que je pensais défendre au PS».

Joint par message sur Facebook, le député Jean Glavany a d'abord accepté de nous répondre:

«Si c'est pour vous excuser de votre amateurisme, avec plaisir».

Il n'a finalement pas donné suite à nos sollicitations.

Latifa Ibn Ziaten donne sa version des faits au Bondy Blog:

Plusieurs jours après les faits et le démenti partiel du député PS Jean Glavany, Latifa Ibn Ziaten a accepté de revenir sur cette histoire.

«Ces personnes m’ont plus que huée, elles m’ont agressée. Deux personnes sont sorties de la salle, elles m’ont suivie jusqu’à l’ascenseur. Elles m’ont dit : “vous n’êtes pas française Madame, vous dites que vous avez la nationalité française, mais vous ne pouvez pas parler de la laïcité alors que vous portez un foulard, vous faites honte à la France”… Ce mot “honte” m’a fait beaucoup de mal », raconte-t-elle au Bondy Blog.

Et alors que Jean Glavany assurait que les deux personnes «n'étaient ni députés ni , manifestement socialistes», Latifa Ibn Ziaten assure qu'il s'agissait «de personnalités politiques connues du PS». Elle annonce qu’elle déposera plainte pour agression.

Précisions au JDD

«Ce ne sont pas des gens du Parti socialiste. C'était deux personnes présentes à cette réunion sur la laïcité ce jour-là. On a trouvé qui c'était, mais ça n'a rien à voir avec le PS. Mon avocat m'a conseillé de déposer plainte», précise Latifa Ibn Ziaten au JDD.

Correction

Les agents de la fonction publique ne peuvent pas porter de voile dans le cadre de leurs fonctions. Une première version de cet article disait qu'elles ne pouvaient pas en porter dans les lieux publics.

Suivez-nous aussi sur Twitter et Facebook:

David Perrotin est journaliste société chez BuzzFeed News France et travaille depuis Paris. Il écrit notamment sur les sujets liés aux discriminations.

Contact David Perrotin at david.perrotin@buzzfeed.com.

Got a confidential tip? Submit it here.