back to top

Flash-Ball: après Argenteuil, une autre bavure policière?

Un jeune de 16 ans dit avoir reçu un tir policier de flash-ball en plein visage mardi dernier aux Mureaux dans les Yvelines. Une enquête a été ouverte par le parquet de Versailles.

Publié le

Alors qu'un garçon de 14 ans dit avoir reçu un tir de flash-ball le 14 juillet dernier à Argenteuil, un témoignage similaire accuse cette fois-ci la police des Mureaux dans les Yvelines.

Bakary K., un Malien de 16 ans élève en classe de 1ère, raconte avoir reçu un tir policier de flash-ball en pleine tête dans la nuit de lundi à mardi lors des célébrations de la fête nationale.

Abou (le prénom a été modifié), un ami de Bakary présent au moment des faits, témoigne auprès de BuzzFeed France:

«Avec Bakary et un autre ami nous étions allés prier à la mosquée Essalam des Mureaux pour la nuit du destin (une célébration religieuse de la fin du ramadan, ndlr). Quand nous voulions rentrer chez nous vers 1h30, il y avait quelques échauffourées entre des jeunes et la police. C'était assez tendu, certains jetaient des pierres sur les policiers, mais nous nous étions très calmes, on voulait juste rentrer.

Bakary a marché devant et quelques minutes plus tard, je l'ai vu tituber de loin. J'ai couru vers lui et il m'a dit: "un policier m'a regardé et ma tiré au flash-ball". Il avait le visage en sang, il a été touché au niveau de la pommette et du bas de l'œil

On a appelé les secours mais ils ne voulaient pas venir à cause des violences des autres jeunes. C'est une voisine qui l'a amené à l'hôpital».

La plainte déposée par Bakary et sa mère le lendemain, que BuzzFeed France s'est procuré, détaille la suite:

«J'ai voulu contourner ce conflit (entre les jeunes et la police, ndlr) en passant par le city stade de la rue Jean de la Fontaine. Lorsque j'ai emprunté cette rue, j'ai vu un policier en tenue me mettre un coup de flash-ball. On se trouvait à une distance d'environ deux mètres l'un de l'autre.

Je suis tombé au sol, je me suis relevé immédiatement. (...) un ami à moi a téléphoné aux pompiers (...) on a attendu les pompiers 30 minutes environ et nous ne les avons pas du tout vu.»

Bakary ajoute auprès de BuzzFeed:

«Quand j'ai vu le policier, j'ai couru car j'ai pris peur. Et quand je me suis retourné, il a tiré.»

Interrogé sur les raison de cette suppression, Bakary assure avoir reçu des pressions pour retirer la vidéo:

«Lorsque je suis allé porter plainte, les policiers m'ont dit que mon ami devait retirer cette vidéo de Youtube. Je ne sais pas si on va la remettre.»

Il est impossible pour l'instant de savoir si cette déclaration est exacte. Sollicité par BuzzFeed France, le commissariat des Mureaux n'a pas souhaité commenter ces accusations. Le parquet de Versailles, en charge de l'affaire, était lui, injoignable ce jeudi.

Contactée, la police nationale tient à rester prudente sur la véracité de ce témoignage:

«Une enquête a été ouverte, les parents ont bien porté plainte, mais nous ne pouvons pas encore savoir si ce témoignage est vrai. Je ne dis pas que l'enfant ment, mais il faut faire attention pour l'instant».

De son côté, le centre hospitalier intercommunal de Meulan-Les Mureaux confirme l'admission de Bakary la nuit du 14 juillet. Il doit désormais revoir un médecin vendredi dans le cadre de l'enquête policière, mais l'œil n'a pas de graves séquelles.

Le ministère de l'Intérieur n'a pas souhaité commenter ni l'histoire d'Amine, révélée mercredi, ni celle de Bakary.

Mais si le témoignage de ce jeune lycéen s'avère être exact, le policier risquerait des poursuites administratives et judiciaires. La Direction centrale de la Sécurité publique interdit en effet de viser «au niveau du visage ou de la tête» avec un flash-ball et insiste sur la nécessité d'une utilisation «proportionnée» de cette arme.

David Perrotin est journaliste société chez BuzzFeed News France et travaille depuis Paris. Il écrit notamment sur les sujets liés aux discriminations.

Contact David Perrotin at david.perrotin@buzzfeed.com.

Got a confidential tip? Submit it here.