back to top

Caricature antisémite sur Macron: la sanction très discrète des Républicains

Info BuzzFeed - Après la publication d'une caricature antisémite censée dénoncer le projet d'Emmanuel Macron, le dir' com des Républicains a été convoqué pour un entretien disciplinaire. S'il a bien été sanctionné, il peut toutefois conserver son poste.

Publié le

Le 10 mars dernier, le compte Twitter des Républicains publie une caricature d’Emmanuel Macron, reprenant tous les codes des dessins antisémites des années 30. L'indignation est immédiate et la caricature est rapidement supprimée.

Le tweet initial des Républicains

Le Secrétaire général du parti LR, Bernard Accoyer, avait présenté ses excuses dans un communiqué :

«Conscient que la caricature d’Emmanuel Macron que le compte Twitter des Républicains avait diffusée et retirée sur les réseaux sociaux a pu être mal interprétée, je tiens, au nom de tous les Républicains, à présenter mes excuses à ceux qui ont pu être blessés ou choqués.»

François Fillon avait lui, fustigé une «caricature inacceptable reprenant les codes de la propagande antisémite» et demandé au secrétaire général des Républicains, Bernard Accoyer, de prendre «les sanctions qui s’imposent». Au même moment, le parti d'Emmanuel Macron annonçait qu'il déposait plainte.

Je ne saurais tolérer que mon parti diffuse des caricatures reprenant les codes de la propagande antisémite.

Le patron de la com' toujours en poste

Un mois plus tard, la décision est tombée. Et elle est moins sévère que ne pouvait le laisser penser la réaction de François Fillon. En fait, selon nos informations, le directeur de la communication, de la presse et des nouveaux médias des Républicains Lionel Moisy de Cala a été convoqué le lundi 20 mars pour un entretien disciplinaire, comme le confirme le directeur général du parti, Vincent Roger. Quelques jours après, Bernard Accoyer et Vincent Roger ont décidé de le sanctionner, mais les deux hommes refusent de dire quelle est la nature de cette sanction.

Lionel Moisy de Cala / Via Facebook

«Après enquête interne, selon le droit du travail, une sanction a été prononcée. L'intéressé en a été gravement affecté. Elle ne sera pas rendue publique dans le cadre du respect de la relation contractuelle que tout employeur a avec un salarié sanctionné et selon la jurisprudence en la matière», nous précise Vincent Roger, qui ne souhaite «rien ajouter de plus».

On peut juste constater que Lionel Moisy de Cala n'a pas été licencié ou démissionné de son poste et qu'il dirige toujours la communication du parti, comme nous l'a confirmé une source LR.

Même s'il n'est pas l'auteur de la caricature, Lionel Moisy de Cala n'aurait «jamais dû valider sa publication», indique un membre de la direction du parti. «Il n'y a pas eu de validation formelle de l'infographie mais c'est quand même lui le dernier qui a appuyé sur le bouton pour la diffuser», regrette ce responsable.

«On va éviter l'acharnement»

Les dirigeants du parti ont en revanche estimé qu'il n'était pas nécessaire de sanctionner les auteurs de cette caricature (et notamment le dessinateur du parti «Xav»). «La question est de savoir s'ils ont vraiment pensé ce qu'ils ont fait. Ces gens-là sont tout sauf antisémites. On va éviter l'acharnement», défend un cadre du parti qui souhaite rester anonyme. «C'est lamentable de la part de l'équipe Fillon de s'en prendre au directeur de la communication qui n'a rien à voir avec ce tweet, ce n'est qu'un fusible», avait déclaré à l'époque à l'AFP une autre source LR.

En réalité, Lionel Moisy de Cala, très proche de Bernard Accoyer pour qui il a travaillé en tant que assistant parlementaire, est largement défendu rue de Vaugirard, contrairement au discours tenu par François Fillon.

«Vous cherchez vraiment la petite bête, il n'est pas antisémite, c'est une fausse polémique», insiste le cadre LR qui souhaite rester anonyme, interrogé par BuzzFeed News. Lionel Moisy de Cala, s'en était également défendu dans les colonnes de La Provence:

«Je ne supporte pas qu'on puisse me soupçonner d'avoir eu, ne serait-ce qu'une seconde, la moindre intention antisémite, raciste ou malsaine(...) J'ai toujours été impliqué auprès de la communauté juive dans mon mandat municipal, pour relayer leurs difficultés ou leurs aspirations. J'ai même répondu positivement à une invitation pour aller à Tel Aviv et Jérusalem en décembre dernier.»

La veille de la publication de cette caricature, Buzzfeed News avait déjà pointé le profil «ultra cumulard» de Lionel Moisy de Cala. En plus d'être élu local, il était jusqu'à très récemment l'assistant parlementaire de quatre députés nationaux et d'un eurodéputé. Un record. Nous révélions également que le dir com' des LR n'avait pas respecté le règlement du Parlement européen qui exige une déclaration de toutes les activités nationales pour vérifier d'éventuels conflits d'intérêts.


David Perrotin est journaliste société chez BuzzFeed News France et travaille depuis Paris. Il écrit notamment sur les sujets liés aux discriminations.

Contact David Perrotin at david.perrotin@buzzfeed.com.

Got a confidential tip? Submit it here.