back to top

14 choses à savoir sur le pipi

Mieux vaut vider votre vessie avant de lire cet article.

Publié le

1. L’urine est stérile.

Paramount Pictures / Via giphy.com

On parle souvent des traces d’urine sur les cacahuètes dans les bars. Mais qu’il s’agisse d’une véritable info ou d’une pure intox, rassurez-vous: «l’urine normale, sauf si l’individu est malade ou infecté, est considérée comme stérile, elle n’est pas sale en tant que telle», explique à BuzzFeed le docteur Marc Schneider, membre de l’Association française des urologues.

2. Résultat: vous pouvez boire votre pipi.

CBS / Via giphy.com

Dans l’optique de vous hydrater dans des conditions extrêmes, (ne faites pas la fine bouche), parce que l’urine est constituée à 95% d’eau. Et même au quotidien, comme des millions de personnes à travers le monde; c’est ce que racontait en 2014 le réalisateur Thierry Bernod dans son documentaire Les superpouvoirs de l’urine.

L’intérêt? Absorber un liquide qui «contient de l’urokinase, qui a des propriétés anticoagulantes», précisait-il à 20minutes. Siroter son pipi serait donc bon pour la circulation sanguine.

3. Le pipi a même des usages cosmétiques.

BET / Via giphy.com

Autre usage à peine croyable de l’urine: l’urée est utilisée dans les produits cosmétiques comme régulateur de pH (le pipi n’est ni acide ni basique, on vous l’a dit) et un agent d’entretien de la peau. «À faible concentration (moins de 10%), elle a un effet hydratant sur la peau; à concentration supérieure à 10%, elle a un effet exfoliant, utile pour lisser les zones de peau rugueuses ou calleuses», précise à BuzzFeed la dermatologue Nina Roos, auteure de l’ouvrage Une peau en pleine forme (éd. Solar, 2016).

Pourtant, on sait tous que laisser une couche mouillée à un bébé a un effet abrasif. D’abord, surprise, «ce qui irrite surtout, c’est la macération. Et le fait qu’à température corporelle tout liquide permet aux germes de se développer et devient un bouillon de culture», explique le docteur Schneider. Et puis l’urine contient de l’ammoniaque, qui est irritante pour la peau, rappelle la docteure Roos. Ne conservez donc pas votre urine (qui contient 2% d’urée) pour vous l’appliquer ensuite sur le visage: «Il faut que l'urée soit destinée à un usage cosmétique évidemment, et provienne donc d'un processus d'élaboration industriel.»

4. Pisser sur une piqûre de méduse peut être utile, mais pas pour la raison que vous croyez.

The Walt Disney Company France / Via giphy.com

Le pipi a décidément plein de superpouvoirs. Mais, en cas de contact avec un tentacule de méduse venimeuse, ce n’est pas en pissant sur les plaques rouges que vous allez désinfecter la plaie ni être soigné-e. Certes, «l’urine a un effet rinçant. Donc si vous avez une plaie souillée et que la seule eau disponible est croupie, avec plein de parasites dedans, vous pouvez "laver" cette plaie avec votre urine», dit le docteur Schneider.


Le véritable avantage
de l’urine dans ce cas, ce n’est pas sa composition (même si elle a pour elle d’être un liquide stérile et ni acide ni basique) mais sa température. Idéale pour mettre à mal les toxiques sensibles à la chaleur, comme le venin des méduses, mais aussi celui des vives ou des guêpes. Reste qu’il y a souvent d’autres solutions moins cracra que de vous débrailler et de projeter un jet d’urine sur une piqûre: approcher une cigarette de la peau sans la toucher ou plonger la zone dans un baquet d’eau chaude peut être plus efficace, l’urine n’étant qu’à 37°C.

5. Mieux vaut quand même vous laver les mains après avoir pissé.

TFM Distribution / Via giphy.com

Si l’urine est stérile, peut même être bue, servir à des crèmes pour la peau ou à soulager les piqûres d’animaux venimeux, exit alors le passage au lavabo après les toilettes? Pas forcément. C’est une question d’hygiène mais pas que. «Cela reste un bon principe que de se nettoyer les mains, même si l’urine n’est pas un gros pourvoyeur d’infections. Car elle n’est jamais stérile à 100%. Même chez l’individu sain, elle contient des bactéries. Et comme elle sert à éliminer les déchets, elle peut aussi être le moyen d’évacuation des virus», rappelle le docteur Marc Schneider. Résultat: on peut y retrouver des parasites, comme la filariose, ou encore des virus, comme celui des oreillons, de la rougeole, les cytomégalovirus

Sans compter que, chez les femmes, l’anus est à quelques centimètres de l’urètre; en s’essuyant, on risque de se retrouver avec des particules fécales sur les doigts, et les selles sont bien plus contaminantes (ce sont elles qui transmettent le virus de la gastro ou la bactérie intestinale E. coli, notamment responsable des infections urinaires). Et qui sait si des gouttes de sperme, qui peuvent elles aussi contenir des virus, ne sont pas restées au bout du pénis ou à l’orée du vagin. Bref, même si on va bien, mieux vaut se laver les mains après être passé-e aux toilettes, sous peine de transmettre des germes qui pourront faire des dégâts chez le voisin.

6. Faites pipi assis (même vous, messieurs).

Giphy originals / Via giphy.com

Avant de vous laver les mains, prenez aussi garde à la position dans laquelle vous urinez. «Chez les femmes un peu fortes, il faut veiller à ce que le conduit urinaire soit dégagé, donc bien s’asseoir et écarter l’intérieur des cuisses voire les grandes lèvres», précise l’urologue. L’objectif: éviter de faire obstacle à l’urine et de permettre aux micro-organismes présents de se développer, l’urine étant «un liquide biologique qui a séjourné à 37 degrés dans le corps», et de remonter dans le vagin ou dans l’urètre puis la vessie. Sauf si vous êtes adepte des infections vaginale et urinaire.

Chez les hommes aussi, la position assise a ses avantages. Déjà, ça permet d’être en bonne position pour la grosse commission. Et puis ça a un avantage hygiénique: pas d’éclaboussures en dehors de la cuvette. Mais aussi, ça permet de prendre son temps et d’être à l’aise, souligne le docteur Schneider: «Quand on urine, il faut se relâcher; si on veut bien pisser, il vaut mieux s’asseoir plutôt que de faire ça à toute vitesse avec l’urètre encore pincé par le slip.» En gros, poser ses fesses évite d’avoir encore envie d’uriner une fois rhabillé et de tremper son caleçon avec les gouttes restantes qui n’ont pas pu être évacuées. Bonjour l’odeur!

7. Vous êtes responsable de l’odeur de votre pipi (mais pas à 100%).

giphy.com

Ce qui sent mauvais dans le pipi, c’est l’urée, qui donne son odeur caractéristique aux couloirs du métro ou aux coins de rue. Mais l’odeur de votre urine peut varier et cette variation-là dépend de vous. Car, on le rappelle, l’urine sert à éliminer les déchets qui proviennent notamment de l’alimentation. Mangez donc quelques asperges pour vous en convaincre. Une odeur soufrée risque de se dégager de vos toilettes. En fonction de votre état d’hydratation, votre urine sera aussi plus ou moins concentrée… et odorante.

8. La couleur de votre urine vous renseigne sur votre état de santé.

Fox / Via giphy.com

Pour savoir si vous avez suffisamment bu, jetez donc un œil dans le fond de la cuvette. Plus votre urine est claire, plus vous êtes hydraté-e. Attention, l’objectif n’est pas de la rendre transparente car c’est signe que vous levez trop le coude et faites bien trop travailler vos reins. À l’inverse, si elle est foncée, c’est que vous avez besoin plus fréquemment d’un petit ou même grand verre d’eau (pas d’urine, on a compris que ça vous dégoûtait).

Les restes de vos précédents repas peuvent aussi être repérés à l’œil nu: des betteraves, des myrtilles ou de la rhubarbe vont ainsi colorer votre pipi de rose; si votre pipi vire à l’orange, c’est probablement en raison de compléments alimentaires (par exemple de la vitamine B ou des suppléments de bêta-carotène), car l’urine évacue aussi les médicaments. Mais si rien dans votre alimentation n’explique cette gamme chromatique, c’est peut-être signe que votre santé n’est pas au top et qu’il faudrait consulter.

9. Faire pipi plusieurs fois par jour, c’est normal.

HBO / Via giphy.com

La fréquence à laquelle vous allez aux toilettes joue aussi sur sa couleur (comme sur son odeur). Bien sûr, cela dépend de votre état d’hydratation, de la température extérieure et de votre activité physique (plus vous transpirez, moins vous avez d’eau à évacuer en pissant). Mais c’est seulement au-delà de sept fois par jour et d’un lever nocturne que le docteur Schneider conseille fortement de prendre rendez-vous avec un urologue.

10. Se retenir de faire pipi n’est pas une bonne idée.

Pixar Animation Studios, Walt Disney Pictures / Via giphy.com

En fait, il est inquiétant d’aller peu aux toilettes. «Il ne faut pas rester huit heures d’affilée sans pisser en se disant qu’on est le champion du monde de la continence, dit le docteur Schneider. Autant se retenir quand il s’agit d’un petit besoin léger et fugace ne pose pas problème, autant passer son temps à se retenir a des effets délétères sur la santé.» Tout simplement parce que votre corps s’habitue à serrer les fesses (le réflexe dit recto-anal-inhibiteur permet de calmer la vessie, c’est dans la même zone), que le sphincter sera en hypertonie, tout le temps serré, que la vessie va augmenter de volume et le tout abîmer les reins…

11. Faire pipi après le sexe évite les infections urinaires.

Warner Bros. France / Via giphy.com

Allez donc faire un tour aux toilettes quand vous en ressentez le besoin, même quand vous jugez que ce n’est pas le moment. Par exemple pour les femmes après un rapport sexuel avec pénétration (tous les muscles de la zone ont été sollicités et se sont ensuite relâchés, pas étonnant que la vessie s’y mette aussi). Cet «effet chasse d’eau» a un effet rinçant très utile: il nettoie le canal urinaire et empêche la remontée des germes dans l’urètre puis la vessie. Ne pas aller uriner vite fait après le sexe, c’est prendre le risque d’une infection urinaire. La plupart des infections urinaires récidivantes (plus de trois par an) sont dites «post-coïtales», explique le docteur Schneider. Alors vive le pipi!

12. Non, les femmes ne sont pas des pisseuses.

Comedy Central / Via giphy.com

Contrairement aux idées reçues, les femmes n’ont pas une plus petite vessie que les hommes. Pourquoi alors y a-t-il plus la queue aux toilettes côté féminin? Peut-être que, comme les hommes peuvent plus facilement se soulager dans la rue (ce qui n'est par ailleurs pas très sympa pour les riverains), ils n’ont pas le même usage des toilettes. Ou tout simplement qu’«un homme va plus vite, pour sortir son outil et faire dans l’urinoir», suggère le docteur Schneider, là où les femmes doivent se déshabiller et s'asseoir. Et puis, comme après une grossesse le risque d’incontinence augmente, «il est possible que les femmes anticipent les fuites potentielles en allant aux toilettes plus souvent». Quoi qu’il en soit, «dire que les femmes sont des pisseuses est macho».

13. Boire du jus de cranberry ne soigne pas les infections urinaires.

TFM Distribution / Via giphy.com

Si jamais vous vous retrouvez avec du mal à uriner, ce n’est pas en avalant des litres de jus de canneberge que vous récupérerez une vessie et un urètre en bon état de marche. Certes, les baies de cranberry contiennent un principe actif, la proanthocyanidine, ou PAC, mais, précise le docteur Schneider, il en faut 36 milligrammes pour que ce soit efficace: «Pour que ça marche, il faudrait boire 36 litres par jour de jus de cranberry.» Ça risque de faire beaucoup…

14. On pisse avec son cœur (et ce n’est pas qu’une métaphore).

Fox / Via giphy.com

«L’urine témoigne du bien-être corporel et psychologique, nous dit l’urologue. Quelqu’un de cardiaque produit moins d’urine. Mais la vessie est aussi un organe de l’esprit, que le stress peut dérégler.» C’est bien pour ça qu’on se pisse dessus quand on a peur ou que l’envie d’aller aux toilettes qu’on avait réprimée revient en force quand on se retrouve devant chez soi mais qu’il faut encore ouvrir la porte et trouver ses clefs. Urina sane in corpore sano.

Every. Tasty. Video. EVER. The new Tasty app is here!

Dismiss