back to top

Christiane Taubira dénonce les tweets «hideux» d'un auteur avec qui elle a posé

Sous le pseudo «Marcelin Deschamps», Mehdi Meklat, qui pose en une des Inrocks avec Christiane Taubira, a longtemps publié des tweets homophobes, sexistes ou racistes.

Publié le

Il a longtemps tweeté sous le pseudo de «Marcelin Deschamps», et notamment des propos antisémites, sexistes ou homophobes. Il a récemment changé son pseudo sur Twitter pour prendre son vrai nom, et des internautes ont retrouvé ces tweets.

Dites @lesinrocks vous appréciez les propos de @mehdi_meklat ? Moi je les trouve à vomir 🤢

Quelques tweets de @mehdi_meklat, @LeBondyBlog, @EditionsduSeuil sur les homos. J'attends des explications du coup.… https://t.co/4yLZ8U2kYk

Comme Mehdi Meklat n'avait pas effacé ses tweets mais modifié son nom d'utilisateur, les-dits tweets apparaissaient sous son vrai nom, jusqu'à ce qu'il en efface des dizaines de milliers face à la polémique.

Publicité

Mehdi Meklat a d'abord publié des tweets expliquant que «Marcelin Deschamps» était un «personnage» et ne reflétait pas sa pensée.

1. Jusqu'en 2015, sous le pseudo "Marcelin Deschamps", j'incarnais un personnage honteux raciste antisémite misogyne homophobe sur Twitter.

3. Les propos de ce personnage fictif (Marcelin Deschamps) ne représentent evidemment pas ma pensée et en sont tout l'inverse.

Après un week-end de polémiques, il a publié un post Facebook pour présenter ses «plus sincères excuses» et détailler la création de son compte «Marcelin Deschamps», qu'il maintient être un «personnage de fiction maléfique».

Facebook: mehdi.meklat.9

Ce n'est pas la première fois que Mehdi Meklat parle d'un double fictif pour évoquer son compte Twitter. En 2016, il disait au Monde «Ce n'est pas moi, c'est mon personnage», avant d'ajouter, «comme dans un lapsus: "Mes tweets sont des pulsions!"».

Publicité

Elle s'est également exprimée sur son compte Facebook ce lundi:

Facebook: ChristianeTaubira

L'ancienne garde des Sceaux se félicite que «l'anonymat ne préserve jamais éternellement» et que «les réseaux sociaux ne sont pas un bunker», précisant auparavant qu'elle ne connaissait pas les tweets de Mehdi Meklat:

Ils savent aussi que rien ni dans mes propos, ni dans mon attitude, ni dans mes écrits, et ma vie est déjà longue, n’offre le plus mince interstice pour supposer l’ombre d’une complaisance sur de telles abjections.

Elle déplore le «jeu pestilentiel et trop dangereux» de Mehdi Meklat, et ajoute:

«J’ai rencontré Mehdi Meklat pour cet entretien, j’avais lu leurs deux livres. Je maintiens qu’ils sont bien écrits. Il y a quelque chose à purger. Il ne peut résider dans un même esprit la beauté et la profondeur d’une telle littérature et la hideur de telles pensées. Il faut purger, curer, cureter. Cela se fait plus aisément lorsqu’on n’est qu’au début d’une vie où il y a tant à faire.»

L'ancienne ministre assure que Les Inrocks n'étaient pas non plus au courant, et leur directeur de publication écrit dans un texte qu'aucun «journaliste ne peut éplucher de A à Z les tweets de celui sur qui il produit un sujet».

Un article des Inrocks d'octobre 2012 l'évoquait cependant, parlant d'une «vraie terreur» sur Twitter, «vaguement caché derrière un pseudo depuis longtemps éventé»:

Les tweets de @mehdi_meklat sous le pseudo Marcelin Deschmps étaient connus depuis belle lurette (Inrocks/2012, Le… https://t.co/BZgLaVfuhr

L'article estimait que ça pouvait «aller trop loin (France Inter lui a déjà demandé de retirer un tweet) mais la plupart du temps, c’est drôle à mourir».

Les Editions du Seuil, qui publient Minute, ont dit «prendre acte» des excuses de l'auteur, tout en «condamnant avec la plus grande fermeté» «ces tweets au contenu raciste, antisémite, sexiste ou homophobe»:

Facebook: editions.seuil

Contacté par BuzzFeed News, Mehdi Meklat n'a pas donné suite à nos sollicitations.

Cécile Dehesdin est la rédactrice en chef de BuzzFeed France et travaille depuis Paris.

Contact Cecile Dehesdin at cecile.dehesdin@buzzfeed.com.

Got a confidential tip? Submit it here.