back to top

Voici comment choisir le moyen de contraception le mieux adapté pour vous

Lisez ça avant d'aller chez le docteur.

Publié le

Il n'y a pas qu'un seul et même moyen de contraception qui fonctionne pour tout le monde. Ni même pour la majorité des gens.

Instagram: @plannedparenthood / Via instagram.com

Voyez ça comme un soutien-gorge: ce qui convient à votre corps et style de vie ne conviendra pas forcément à quelqu'un d'autre. Il n'y en a pas un «parfait», mais il en existe sûrement un parfait pour vous. Et ce qui vous convient aujourd'hui ne vous conviendra pas forcément dans dix ans.

Donc, comme vous n'iriez pas dans un magasin pour choisir aveuglément le premier soutien-gorge sur l'étagère, vous ne devriez pas penser que votre docteur saura exactement quel type de contraceptif vous convient sans en savoir davantage sur vous.

BuzzFeed a fait équipe avec une gynécologue afin de créer un guide pour vous aider à choisir la méthode de contraception qui vous convient.

MAIS nous n'allons pas vous dire exactement ce que vous devez utiliser. Désolés, nous sommes journalistes, pas docteurs. Cette décision dépendra non seulement de votre santé et de votre style de vie, mais aussi de votre assurance et de la disponibilité de certaines méthodes. Ce que nous pouvons faire est vous dire exactement quelles questions poser à votre docteur afin que vous puissiez choisir votre méthode de contraception en étant bien informé-e.

Publicité
Zachary Ares / BuzzFeed News

D'accord, vous avez pris rendez-vous avec votre docteur ou gynéco et vous êtes prêt-e à parler contraception. Super! De notre côté, à BuzzFeed, nous sommes allé-e-s discuter avec Dr. Mary Jane Minkin, gynécologue-obstétricienne, professeure clinicienne à la Yale School of Medicine, afin de préparer les questions importantes qui vous aideront, on l'espère, à préparer votre rendez-vous.

1. Êtes-vous sexuellement actif-ve, ou prévoyez-vous de le devenir prochainement?

FOX / Via giphy.com

C'est la première chose que vous devriez aborder avec votre docteur afin de déterminer le type de protection que vous recherchez dans un contraceptif, explique Mary Jane Minkin. Par exemple, une personne qui n'a pas encore de rapports sexuels pourrait avoir des priorités différentes d'une personne qui vit avec son/sa partenaire et qui a des rapports sexuels réguliers.

Tout aussi important: quelles sont vos pratiques sexuelles? Si vous ne couchez qu'avec un-e partenaire de même sexe, il se peut que vous ne soyez pas aussi inquiet-e à l'idée d'utiliser le contraceptif le plus efficace, le plus infaillible.

2. Quels moyens de contraception avez-vous utilisés par le passé?

FOX / Via giphy.com

Votre docteur voudra savoir ce que vous avez utilisé par le passé, et ce que vous avez aimé ou non concernant ces méthodes. Est-ce que vous ratiez une moyenne de trois pilules par mois? Est-ce que l'une de ces méthodes vous donnait des nausées ou vous faisait vous sentir déprimé-e? Est-ce que vous aviez beaucoup de saignements avec un DIU? Ça aidera votre docteur à trouver la méthode (et les hormones) qui marcheront le mieux avec votre corps.

Gardez bien en tête qu'il faudra peut-être plusieurs essais et erreurs avant de trouver ce qui convient. Par exemple, toutes ces différentes pilules contraceptives combinées contiennent différentes doses d'œstrogènes et différents types de progestatifs. Et la façon dont ces deux hormones fonctionnent ensemble dans le corps peut varier d'une personne à l'autre.

Dr. Minkin dit que les docteurs aiment généralement commencer avec une pilule contenant une faible dose d'œstrogènes. Rarement, elles peuvent causer des saignements plus ou moins récurrents ou de la sécheresse vaginale chez certaines personnes, auquel cas le docteur suggérera peut-être une pilule avec un peu plus d'œstrogènes. De même, certaines personnes sont sensibles à différents types de progestatifs (l'autre hormone trouvée dans les pilules contraceptives hormonales), ce qui peut causer des sautes d'humeur. Si c'est le cas, votre docteur pourra suggérer une pilule avec un autre type de progestatifs.

3. Quelle méthode de contraception s'adapterait facilement à votre quotidien?

CBS / Via giphy.com

Peut-être que vous voyagez beaucoup pour le travail et que vous changez souvent de fuseau horaire. Peut-être que votre rythme quotidien change souvent. Dans ce cas, souvenez-vous qu'il peut être difficile de se rappeler de prendre votre pilule tous les jours. Vous pourriez envisager un moyen de contraception qui demande moins d'attention au quotidien, comme un anneau, un patch, un DIU, un implant, ou une injection.

4. Avez-vous des problèmes médicaux?

ABC

Vous pourriez penser que votre gynéco n'a pas besoin de connaître tous vos antécédents médicaux, mais c'est important lorsqu'il s'agit de prescrire un moyen de contraception. C'est parce que certaines contraceptions ne devraient pas être utilisées si vous avez certains soucis médicaux, comme de l'hypertension non traitée, une forme avancée de diabète, ou un lupus. Certaines de ces restrictions sont strictes, alors que d'autres dépendent de votre état de santé général et des facteurs de risque spécifiques, explique Mary Jane Minkin. De même, certains problèmes utérins empêcheront l'utilisation d'un DIU.

Vous ne devez donc rien garder pour vous au moment de parler de vos antécédents médicaux avec votre docteur. Il se peut même qu'il ou elle vous fasse passer un examen médical si vous n'en avez pas fait un récemment. Vous pouvez trouver un tableau complet d'antécédents médicaux et les façons dont ils peuvent affecter vos options en matière de contraception ici.

Publicité

5. Est-ce que vous fumez?

AMC / Via giphy.com

Si vous avez moins de 35 ans, fumer ne change techniquement pas les contraceptifs que vous pouvez utiliser. «Je ne suis pas ravie que ça soit une fumeuse, mais elle peut quand même prendre la pilule», précise Mary Jane Minkin.

Mais si vous fumez et que vous avez 35 ans ou plus, vous ne devriez pas prendre de contraceptifs hormonaux combinés (moyens de contraception contenant à la fois des œstrogènes et des progestatifs) comme la pilule, un anneau, ou un patch. C'est parce que les facteurs de risque liés à la cigarette ajoutés à l'utilisation d'un contraceptif oral peuvent augmenter vos risques d'AVC.

6. Avez-vous des migraines?

VHI / Via giphy.com

Si vous avez des migraines menstruelles tous les mois plus ou moins au moment d'avoir vos règles, les contraceptifs contenant des œstrogènes peuvent vous soulager en régulant votre cycle, explique Mary Jane Minkin. En fait, certaines personnes souffrant de migraines menstruelles préfèrent utiliser des contraceptifs à cycle prolongé qui font qu'elles n'ont leurs règles que quelques fois dans l'année.

Mais il y a une mise en garde importante: si vos migraines sont accompagnées de changements visuels comme des flashs de lumière, des taches aveugles, des lignes ondulées, etc., vous ne devriez pas prendre de contraceptifs hormonaux combinés comme la pilule, un anneau, ou un patch. C'est parce que ce type de migraines peut augmenter les risques d'AVC.

7. Comment sont vos règles?

Twitter: @sassypxrrilla

Est-ce que vos règles ressemblent généralement à l'ouverture d'une écluse? Vous voulez peut-être un peu d'aide avec ça. La plupart des contraceptifs hormonaux peuvent aider à réguler votre cycle, ce qui engendre souvent des règles plus légères et agréables. Les DIU hormonaux sont souvent associés à l'arrêt complet des règles au bout de quelque temps. En revanche, les DIU en cuivre ne feront rien pour aider votre flux (puisque qu'ils ne contiennent pas d'hormones), et certaines personnes disent qu'ils peuvent même empirer les choses.

Vous devriez également prévenir votre docteur si vos règles sont particulièrement longues ou irrégulières, ce qui pourrait être un signe d'ovaires polykystiques (SOPK). De même, vous devriez lui dire si vous avez de fortes douleurs pelviennes à l'approche de vos règles, ça pourrait être un signe d'endométriose. Les contraceptifs hormonaux peuvent souvent aider à traiter ces problèmes, ajoute Dr. Minkin, ça vaut donc la peine d'en parler à votre docteur.

8. Préféreriez-vous ne pas avoir de règles ou est-ce que ça vous ferait paniquer?

NBC / Via giphy.com

Avec les DIU hormonaux, la plupart des gens disent que leurs règles se sont arrêtées après quelque temps. Vous pouvez aussi éviter vos règles grâce à des pilules à cycle prolongé. Ça peut être fantastique pour certaines personnes, ou terrifiant si vous comptez sur ce signal mensuel pour être rassuré-e.

Donc, si vous êtes une personne ayant vraiment besoin d'avoir ses règles tous les mois pour être rassuré-e sur le fait que vous n'attendez pas un enfant, n'essayez pas un DIU hormonal.

9. Avez-vous des antécédents personnels ou familiaux de caillots sanguins?

Troscha / Getty Images / Via gettyimages.com

En voilà une très importante. Au cas où votre docteur n'en parlerait pas de lui-même, dites-lui si vous avez eu des caillots sanguins (thrombose veineuse profonde) ou une embolie pulmonaire par le passé. L'utilisation de contraceptifs hormonaux combinés (comme la pilule, un anneau, ou un patch) n'est pas recommandée aux personnes ayant des antécédents de caillots sanguins.

Cependant, avoir des antécédents familiaux de caillots sanguins ne veut pas nécessairement dire que vous ne pouvez pas utiliser ces méthodes, dit Mary Jane Minkin. C'est parce qu'il y a une différence entre avoir une prédisposition génétique aux caillots sanguins et en avoir eu un parce que vous vous êtes cassé la jambe, par exemple. Mais quand même, dites à votre docteur si quelqu'un de votre famille a eu des caillots sanguins pour qu'il puisse vous prescrire les tests pour déceler toute mutation. S'il se trouve que vous avez une prédisposition aux caillots sanguins, il ne vous recommandera probablement pas la pilule, un anneau, ou un patch. À la place, il vous recommandera peut-être un DIU, un implant, une injection, ou une pilule ne contenant que des progestatifs.

Publicité

10. Avez-vous eu (avez-vous actuellement) le cancer du sein?

betchesguidetocancer.threadless.com / Via instagram.com

Assurez-vous de parler à votre docteur de vos antécédents de cancer du sein, ou si vous avez un cancer du sein ou s'il y en a dans votre famille. L'utilisation de n'importe quel contraceptif hormonal n'est pas recommandée lorsqu'une personne a un cancer du sein, et elle n'est généralement pas non plus recommandée si vous en avez déjà eu un.

Cependant, avoir des antécédents familiaux de cancer du sein ne vous limite pas à certains moyens de contraception, précise Mary Jane Minkin.

11. Avez-vous des antécédents familiaux de cancer ovarien?

Instagram: @zoebuckman / Via instagram.com

Curieusement, l'utilisation de pilules contraceptives est recommandée à toutes les personnes ayant des antécédents familiaux de cancer des ovaires, dit Mary Jane Minkin, car il a été démontré qu'elles pouvaient en réduire les risques.

«Des antécédents familiaux de cancer de l'ovaire pourraient m'inciter à choisir une pilule contraceptive pour cette personne», a-t-elle encore ajouté.

12. Avez-vous des symptômes sévères de syndrome pré-menstruel?

FOX / Via giphy.com

Si votre syndrome prémenstruel (SPM) est particulièrement difficile à supporter et est accompagné de signes d'anxiété et de dépression, il pourrait s'agir du trouble dysphorique prémenstruel (TDPM). En plus des signes de SPM ordinaires (mais plus sévères), les symptômes du TDPM peuvent inclure un manque d'intérêt pour les activités journalières, la tristesse ou le désespoir, des sautes d'humeur avec des poussées de larmes, des crises de panique, l'irritabilité ou la colère, et des troubles du sommeil et de la concentration. Vous pouvez en apprendre davantage sur le TPDM ici.

Alors pourquoi en parler avec votre docteur? Les pilules contraceptives contenant un certain type de progestatif appelé drospirénone (comme Jasmine) ont été approuvées dans le traitement du TPDM, explique Mary Jane Minkin.

13. Et votre acné?

Paramount Pictures / Via giphy.com

Hé, si vous êtes prêt-e à prendre un contraceptif, vous feriez bien d'envisager les autres bénéfices que vous pourriez en tirer, non? D'après Dr. Minkin, les personnes souffrant d'acné sont souvent plus soulagées avec des contraceptifs contenant des œstrogènes, comme la pilule, un patch, ou un anneau.

14. Avez-vous des problèmes ou des inquiétudes concernant votre santé mentale?

Hey Paul Studios / Creative Commons / Via Flickr: hey__paul

Bien que les recherches n'aient pas vraiment démontré de lien entre l'utilisation de contraceptifs et les troubles de l'humeur, de nombreuses personnes disent que leur santé mentale a été affectée par l'utilisation d'un contraceptif. Une étude mondiale récente a trouvé un lien entre la prescription d'un contraceptif et celle d'antidépresseurs, mais ça n'est qu'une corrélation.

Donc, devriez-vous parler à votre docteur si vous souffrez déjà d'anxiété, de dépression, ou d'un autre trouble mental? Mary Jane Minkin dit que oui. Il est non seulement bénéfique de parler de toutes vos inquiétudes avec votre docteur avant de commencer à prendre un médicament, mais elle dit qu'il lui arrive aussi de consulter le thérapeute ou psychiatre d'une personne avant de prescrire quelque chose.

Publicité

15. Quels autres médicaments prenez-vous?

NBC / Via giphy.com

En général, les contraceptifs n'interagissent pas avec les médicaments les plus courants. Même la plupart des antibiotiques n'affecteront pas l'efficacité de votre contraceptif, mais certains le feront, a expliqué Dr. Minkin. Parlez donc à votre docteur si vous prenez d'autres médicaments –surtout ceux contre la tuberculose, les crises d'épilepsie, ou le VIH– car ils pourraient interagir avec des contraceptifs hormonaux combinés (comme la pilule, un patch, ou un anneau).

16. Préféreriez-vous une méthode complètement non hormonale?

Instagram: @vile_violet / Via instagram.com

Bien que de nombreuses personnes apprécient les avantages apportés par les contraceptifs hormonaux (un cycle régulier, un flux plus léger, moins d'acné, etc.), d'autres préfèrent éviter la grossesse sans les hormones. Dans ce cas, vos options sont les DIU en cuivre, les préservatifs (pour hommes ou femmes), et les méthodes basées sur les connaissances en fertilité.

17. Que comptez-vous faire pour limiter vos risques d'attraper des IST ou le VIH?

Professor25 / Getty Images / Via gettyimages.com

Trouver un moyen de contraception est super, mais même les moyens les plus efficaces devraient être utilisés avec des préservatifs ou des digues dentaires s'il y a des risques que vous attrapiez des IST ou le VIH, insiste Mary Jane Minkin.

Pour info: être «à risque» ne veut pas seulement dire avoir des rapports sexuels avec plusieurs partenaires. Si vous n'êtes pas totalement sûr-e de ce que fait votre partenaire, il y a des risques que vous attrapiez des IST, même si vous êtes dans une relation monogame. Et la seule façon d'être sûre que vous n'en avez pas est de vous faire tester, car la plupart des IST se présentent sans aucun symptôme visible.

Donc, à moins que vous et votre/vos partenaire-s ayez été récemment testés (et que vous couchiez exclusivement l'un-e avec l'autre), continuez d'utiliser des préservatifs ou des digues dentaires pour les rapports vaginaux, anaux, et oraux, tous peuvent vous exposer à des IST. Si vous êtes déjà sexuellement actif-ve, demandez à votre docteur de vous prescrire les tests lorsque vous allez le voir pour un contraceptif.

18. Voulez-vous tomber enceinte au cours de l'année à venir?

IFC / Via tumblr.ifc.com

Peut-être que vous ne voulez qu'un contraceptif à court terme. Dans ce cas, l'injection contraceptive (Depo-Provera) ne serait pas une bonne option, car il peut falloir 10 mois ou plus avant que l'ovulation ne revienne après avoir été stoppée. Avec les autres méthodes, il est possible de tomber enceinte presque immédiatement après avoir arrêté des les utiliser, explique Mary Jane Minkin. Votre docteur pourrait également suggérer quelque chose auquel vous vous habituerez plus facilement, comme la pilule ou un anneau au lieu d'un DIU.

Ce post a été traduit de l'anglais.

Sponsorisé

Every. Tasty. Video. EVER. The new Tasty app is here!

Dismiss