back to top

21 choses que tous ceux qui aiment le sexe auront envie de savoir

Ça arrive à TOUT LE MONDE de simuler, hommes et femmes!

Publié le

1. Les exercices de Kegel ne sont pas réservés aux femmes.

E!

Vous avez peut-être déjà entendu parler de l'importance des exercices de Kegel: la contraction des muscles du plancher pelvien (ceux qui permettent de se retenir d'uriner) permet de les tonifier pour mieux contrôler sa vessie et avoir des orgasmes plus forts. Si l'exercice est la plupart du temps conseillé aux femmes, sachez que les hommes aussi devraient s'y mettre!

Une étude récente s'est intéressée aux effets de l'exercice sur les hommes souffrant d'éjaculation précoce. L'expérience a prouvé que les hommes qui s'étaient exercés en contractant les muscles situés entre leurs organes génitaux et l'anus avaient pu régler leur problème d'éjaculation précoce en quelques mois.

2. Les fumeurs ont des érections plus faibles.

FOX / Via mtv.com

Fumer tue l'érection. Des études ont prouvé que la cigarette, même occasionnellement, entraînait chez des sujets non-fumeurs une réponse génitale réduite. Une autre étude a par ailleurs montré que les hommes qui arrêtaient de fumer avaient des érections plus fortes. Eh ouais.

3. Votre médecin ne vous dépiste probablement pas pour TOUTES les MST.

NBC / Via hola105.tumblr.com

Même si vous demandez à votre médecin de vous tester «pour tout», il est fort probable que vous ne soyez pas contrôlé-e pour toutes les MST auxquelles vous pourriez être exposé-e. Les directives de dépistage peuvent varier d'un praticien à l'autre, il est donc bien possible que vous n'ayez pas été dépisté-e pour l'herpès, le papillomavirus ou la syphilis lors de votre dernière visite médicale, sauf si vous présentiez des symptômes ou si vous l'avez demandé.

Les directives varient aussi selon votre âge et les facteurs de risque. Mais de manière générale, vous devriez vous faire tester à chaque fois que vous avez une relation non protégée, si vous avez changé de partenaire, si vous multipliez les partenaires ou si vous pensez avoir été exposé-e à une MST. Quand vous allez chez le médecin, demandez à faire des analyses pour les MST les plus importantes: chlamydia, gonorrhée, syphilis, VIH, herpès.

Votre médecin vous posera certainement quelques questions sur votre ~palmarès~, et vous demandera si vous avez remarqué des symptômes. Soyez honnête. C'est important de lui dire si vous avez eu des relations, même sans pénétration, ou si un préservatif s'est rompu le mois dernier. Quand il aura assez d'informations, il sera en mesure de vous dire si vous avez ou non besoin de passer lesdits tests. Mais vous ne le saurez qu'en demandant et, malheureusement, beaucoup de gens ne le font pas.

4. L'alcool et le sexe ne font pas toujours bon ménage.

L'alcool ne fait pas mal qu'à votre tête. De nombreuses études ont prouvé que l'alcool pouvait être nuisible aux relations sexuelles, réduisant notamment la réceptivité des individus. Quiconque s'est envoyé en l'air après avoir bu du whisky pourra en témoigner: l'excès d'alcool peut annihiler l'excitation. Pourquoi? Parce que l'alcool est un tranquilisant, et peut atténuer vos sensations.

6. Vous brûlez entre trois et quatre calories PAR MINUTE quand vous faites l'amour.

Universal Pictures / Via popsugar.com

Respectivement, les hommes et les femmes brûlent en moyenne 4,2 et 3,1 calories par minute pendant l'amour. Une récente étude parue dans la revue scientifique américaine PLOS One a prouvé que faire l'amour équivalait en intensité aux deux tiers d'une séance de sport.

7. Les orgasmes ont de drôles d'effets sur votre cerveau.

NBC / Via millsbizz.tumblr.com

Pendant ces quelques secondes de nirvana, beaucoup de choses se produisent dans votre tête. «Des parties du cerveau associées à la récompense et au plaisir se réveillent», explique à BuzzFeed Debby Herbenick, professeure associée à l'université de l'Indiana et auteure de The Coregasm Workout (Seal Press, 2015). «Et la partie du cerveau associée à la peur a tendance à s'endormir.»

Une étude récente s'est également intéressée aux zones du cerveau impliquées dans certains types de stimulation (clitoridienne, génitale, mammaire, etc.). Selon Debby Herbenick, on a également découvert que, chez les hommes comme chez les femmes, les mêmes zones du cerveau s'activaient pendant une stimulation des tétons et une stimulation génitale. Alors ne les oubliez pas.

8. TOUT LE MONDE simule.

Castle Rock Entertainment/Nelson Entertainment / Via giphy.com

Si vous pensiez que les femmes étaient les seules à utiliser cette astuce, vous vous trompez. Un récent sondage mené par Time Out a montré que dans la ville de New York, 30% des hommes avaient déjà simulé un orgasme. Et apparemment, c'est bien vrai. C'est même le postulat de base d'un livre, Why Men Fake It: The Totally Unexpected Truth About Men and Sex (Pourquoi les hommes simulent: la vérité inattendue sur les hommes et le sexe) d'Abraham Morgentaler.

D'après Debby Herbenick, cette recherche confirme que les deux genres simulent: «Nos données suggèrent que, dans toutes les relations sexuelles ne débouchant pas sur un orgasme, 6% des hommes et 19% des femmes simulent l'orgasme.»

9. Certaines personnes simulent l'orgasme pour des raisons mignonnes.

The Lonely Island / Via imgur.com

Récemment, des chercheurs ont interrogé 481 femmes hétérosexuelles pour savoir si elles simulaient l'orgasme et pourquoi. Une excuse récurrente était qu'elles ne voulaient pas heurter les sentiments de leur partenaire ou essayaient en simulant d'augmenter leur propre niveau d'excitation (comme une prophétie orgasmique auto-réalisatrice).

11. Ne pas avoir d'orgasme à chaque rapport est totalement normal, et c'est un fait qu'il faut accepter.

Warner Bros. / Via giphy.com

Tout le monde ne jouit pas à chaque fois. D'après Debby Herbenick, «environ deux tiers des femmes ont eu un orgasme la dernière fois qu'elles ont fait l'amour». Pour les hommes, le chiffre atteint les 91%. La réalité, c'est que ce ne sera pas un feu d'artifice à chaque fois, et c'est tout à fait normal. Acceptez-le.

12. Varier les plaisirs et parler ouvertement à votre partenaire peut augmenter vos chances d'atteindre l'orgasme.

Rien n'est garanti en matière d'orgasme, mais les scientifiques se sont donné du mal pour tenter d'identifier les choses qui vous aideront à jouir. Par exemple, associer différents actes sexuels (oral, anal, jeu avec des toys, etc.) à la pénétration peut faciliter l'orgasme chez l'homme et la femme, selon une étude parue dans la revue scientifique Journal of Sexual Medicine.

Une autre étude a montré qu'être amoureux ou émotionnellement lié à son partenaire augmentait la probabilité d'avoir un orgasme. D'après Debby Herbenick, c'est probablement parce que ça aide à se détendre et oublier ses inhibitions.

«Des études ont été menées sur des couples hétérosexuels qui arrivaient à parler ouvertement de sexe», explique-t-elle. Pour eux, expliquer en détails ce qu'ils préféraient, notamment au niveau de la stimulation clitoridienne (si la femme aimait ça, comment elle aimait ça, la vitesse/intensité qui marchait pour elle) permettait un plaisir plus intense.

En gros, la science nous explique que ne pas aller trop vite, éliminer les distractions et parler ouvertement de ce qui vous fait décoller pourrait rendre l'orgasme plus facile à atteindre.

13. Utiliser du lubrifiant peut vous aider à atteindre l'orgasme.

SNL Studios / Via reactiongifs.com

C'est vrai pour à peu près tout le monde, peu importe votre sexe ou celui de votre partenaire. Une étude menée par le pôle sexualité de l'université de l'Indiana montre que plus des deux tiers des hommes américains et presque autant de femmes ont déjà utilisé du lubrifiant, près de la moitié d'entre eux affirmant que cela les aidait à atteindre l'orgasme. Ça vaut le coup d'essayer!

14. Faire du sport peut donner envie.

imgur.com / Via buzzfeed.com

Une étude montre qu'un peu de sport peut éveiller l'excitation sexuelle chez la femme, et même booster la libido chez les femmes sous anti-dépresseurs. Sans oublier que le sport améliore votre endurance, votre force et votre confiance en vous. Il améliore aussi la fluidité du sang et booste la testostérone chez l'homme comme la femme. Donc, si vous songiez à faire l'impasse sur votre séance aujourd'hui... réfléchissez-y à deux fois.

15. Certaines personnes arrivent même à avoir des orgasmes rien qu'en faisant du sport.

MTV / Via perezhilton.com

Les «coregasmes» ou orgasmes pendant le sport existent réellement, notamment pendant le travail des abdos. D'après Debby Herbenick, qui a étudié les orgasmes non-génitaux pendant des années, près de 10% des hommes et des femmes affirment avoir été excités jusqu'à atteindre l'orgasme pendant une séance de sport. Pour les hommes, cela se produit généralement durant des exercices d'escalade ou en faisant des pompes, tandis que les femmes préféreront le travail des abdos et le yoga. D'après l'experte, «tout dépend du degré de sollicitation sur les muscles abdominaux».

16. Si vous avez un vagin, vous préparer à la pénétration en faisant d'autres trucs n'est pas une mauvaise idée.

gifbay.com

Vous vous souvenez de cette étude qui dit qu'inclure différents actes sexuels (stimulation manuelle, jeu oral et anal, etc.) facilite l'orgasme? C'est en partie dû au fait que cela peut rendre les choses plus agréables pour vous si votre but final est la pénétration (que ce soit avec un pénis, un doigt, un jouet, etc.). «Quand vous faites quelque chose d'excitant, la circulation sanguine augmente dans les parties génitales», explique Debby Herbenick. «Chez la femme, cela signifie plus de lubrification et de ballonisation» (quand le vagin s'élargit pour rendre la pénétration plus agréable).

17. D'ailleurs, presque tous les couples hétérosexuels souhaitent en secret que les préliminaires durent plus longtemps.

gifbay.com

Dans le cadre d'une étude menée sur 152 couples hétérosexuels, les hommes comme les femmes ont déclaré que les préliminaires (toute forme d'acte sexuel ayant lieu avant la pénétration) *idéaux* duraient entre 18 et 19 minutes (alors que les femmes ont affirmé qu'ils duraient en réalité environ 11 minutes, et 13 minutes pour les hommes).

18. Plein de gens se foirent sur la contraception, même quand ils essayent de bien faire.

Paramount Pictures / Via buzzfeed.com

Si vous couplez les préservatifs à une autre méthode contraceptive très efficace (comme la pilule, le stérilet, l'anneau vaginal, etc.), bravo! Cela signifie que vous vous protégez d'une grossesse non désirée et des MST.

Une récente étude a montré qu'environ 12% des individus avaient pris leurs précautions lors de leur dernier rapport sexuel. Mais malheureusement, seuls 59% l'ont fait correctement. Le reste a soit enlevé le préservatif trop tôt ou l'a mis après que l'acte a commencé. De nombreuses MST étant transmises par tout contact peau à peau, cette erreur revient presque à ne pas utiliser du tout de préservatif. Alors si vous remettez ça, faites-le bien et gardez la capote du début à la fin.

19. La plupart des gens arrêtent d'utiliser un préservatif sans évoquer le sujet des MST avec leur partenaire. Mauvaise idée.

C'est ce que nous apprend un sondage réalisé par la marque américaine de préservatifs Trojan, qui a révélé qu'une majorité des gens entre 18 et 34 ans cessaient d'utiliser le préservatif au bout de deux mois passés avec le même partenaire. Malheureusement, seulement la moitié de ces gens ont vraiment discuté avec leur partenaire de l'arrêt de ce moyen de contraception, et moins d'un quart ont décidé de se faire dépister d'abord.

N'oubliez pas que de nombreuses MST n'entraînent aucun symptôme! Ce n'est pas parce que vous aimez votre partenaire et lui faites confiance que cette personne ne peut pas couver une maladie refilée par un partenaire précédent. Alors jusqu'à ce que vous soyez tous les deux monogames et ayez été dépistés, portez un préservatif. Toujours.

20. Parler après l'amour est une super idée et vous devriez essayer!

Ça vous est déjà arrivé de parler sans pouvoir vous arrêter juste après l'amour? Et bien c'est parfaitement sain, surtout si vous venez d'avoir un orgasme. Une récente étude montre que les gens qui parlent après un orgasme considèrent la discussion comme plus ouverte et intime, et ont noté de plus grands bénéfices à s'ouvrir à leur partenaire que ceux qui n'avaient pas eu d'orgasme. Mettez ça sur le dos de la libération d'ocytocine, l'étonnante et chaleureuse hormone de l'attachement qui est libérée quand vous jouissez.

21. Avoir un orgasme peut réduire le risque de cancer de la prostate.

ABC / Via failgif.com

Vous l'aurez compris, cela ne s'applique qu'aux personnes qui ont une prostate. Une étude a montré que les hommes qui éjaculaient au moins 21 fois par mois avaient moins de risque de développer un cancer de la prostate que ceux qui ne jouissaient que quatre à sept fois par mois. Au boulot!

Every. Tasty. Video. EVER. The new Tasty app is here!

Dismiss