back to top

Faire l'amour quand on est enceinte est-il sans danger ?

Deux médecins nous disent tout.

Publié le

L'idée de faire l'amour alors que vous attendez un enfant peut sembler quelque peu intimidante, voire effrayante.

E! / Via giphy.com

Quand vous êtes enceinte, le sexe n'est peut-être pas votre préoccupation principale – encore que cela dépende de l'effet de vos hormones sur votre désir sexuel. Avec tous ces bouleversements qui se produisent dans votre corps et toutes les émotions par lesquelles vous passez, vous vous demandez peut-être si faire l'amour est judicieux ou si c'est sans danger pour le ou les bébés qui grandissent en vous.

Nous avons parlé à deux spécialistes américains pour en savoir plus : la Dr Mary Jane Minkin, gynécologue-obstétricienne et professeure de clinique en obstétrique, gynécologie et sciences reproductives à la faculté de médecine de Yale et la Dr Christine Proudfit, spécialiste en médecine maternelle et fœtale dans le service de gynécologie-obstétrique au centre Langone Health de l'université de New York.

Tout d'abord, faire l'amour est sans danger pour la plupart des femmes, à tout moment de leur grossesse.

Netflix / Via giphy.com

«Il est hautement improbable que des relations sexuelles pendant la grossesse entraînent une fausse couche – dans la plupart des cas, faire l'amour n'aura aucune conséquence sur la grossesse d'un point de vue sanitaire, explique la Dr Minikin à BuzzFeed Health. Si vous voulez faire l'amour et si vous avez le feu vert de votre médecin, ne vous gênez pas ! Cela peut être un excellent moyen de rapprocher les partenaires d'un couple et de conserver une certaine intimité en attendant l'arrivée du bébé», poursuit-elle.

«Cela ne pose en général pas de problème non plus d'avoir des relations sexuelles au cours d'une grossesse gémellaire ou multiple, à moins qu'il n'y ait des complications ou que votre médecin ne vous conseille d'éviter d'en avoir», développe la Dr Proudfit. Et si vous avez le moindre symptôme inédit, une douleur, par exemple, des sécrétions anormales, des saignements ou des contractions après l'amour, vous devez toujours en parler à votre médecin. Il vaut mieux être prudent.

Publicité

Et non, vous ne risquez pas de heurter la tête du bébé ou de le traumatiser lors de vos va-et-vient.

Tim Hale / Getty Images / Via gettyimages.com

« Il n'y a aucun risque que vous touchiez le bébé ni que vous heurtiez sa tête – il est possible que vous touchiez le col de l'utérus, mais ça ne pose pas de problème s'il n'est pas trop court ou dilaté », ajoute le Dr Minkin. Lorsque le col de l'utérus est épais et en bonne santé, il fait office de barrière de protection de l'utérus et empêche tout élément de s'approcher du bébé. Il est scellé par le bouchon muqueux qui empêche les microbes et autres particules de pénétrer. Outre le col de l'utérus, le sac amniotique entoure le bébé tel un «coussin d'eau», le protégeant ainsi de tout danger, précise la Dr Minkin.

OK, mais le bébé sent-il quelque chose ? Sera-t-il en mesure de sentir les va-et-vient et cela peut-il constituer un traumatisme ? «Le bébé est dans l'eau et flotte comme dans une petit bassin, il va donc rebondir ici et là confortablement – sans se préoccuper de rien», poursuit la Dr Minkin. «La taille du pénis n'a également aucune importance, affirme la Dr Proudfit, même si celui de votre partenaire et plus grand que la moyenne. Il en va de même pour les godemichés et autres jouets intimes (pour peu qu'ils ne soient pas surdimensionnés), dans la mesure où, pour de nombreux couples, pénétration ne va pas de pair avec pénis.»

Certaines pathologies rendent cependant le sexe dangereux pendant la grossesse.

Sframephoto / Getty Images / Via gettyimages.com

Si vous souffrez de l'une des pathologies suivantes ou si vous en avez souffert par le passé, il se peut que votre médecin vous demande d'éviter de faire l'amour, pour votre sécurité et celle de votre bébé.

*Le placenta prævia : «Dans ce cas-là, le placenta est trop bas et se retrouve au-dessus du col de l'utérus au lieu de se situer à l'arrière du bébé, dans la partie supérieure de l'utérus», déclare la Dr Minkin. Il peut recouvrir le col de l'utérus de façon totale ou marginale et est souvent la cause de saignements. «Il faut éviter la pénétration parce que si vous heurtez le col de l'utérus trop fort, cela peut endommager le placenta et entraîner des saignements plus abondants», poursuit la Dr Minkin. Les médecins surveillent ces patientes au moyen d'ultrasons afin de déterminer si le placenta est remonté (ce qui arrive souvent) et s'il est de nouveau sans danger d'avoir des relations sexuelles.

*La béance du col de l'utérus : Cela signifie que le col a déjà commencé à se dilater ou qu'il s'est raccourci trop tôt. «Dans ce cas-là, il faut éviter de faire l'amour car cela peut aggraver l'étirement ou l'ouverture du col de l'utérus et constituer un risque d'accouchement prématuré», explique la Dr Minkin. D'après la Dr Proudfit, la pénétration peut entraîner un traumatisme ou favoriser une infection, elle peut aussi faire remonter des bactéries dans le liquide entourant le bébé via le col de l'utérus.

*Vasa prævia : « Il s'agit d'une pathologie rare au cours de laquelle des vaisseaux sanguins fœtaux traversent le col de l'utérus – s'ils sont heurtés lors de l'acte sexuel ou s'ils éclatent, le corps peut se vider de son sang en quelques minutes», prévient la Dr Proudfit. Il se peut que les femmes qui souffrent de cette pathologie doivent rester allongées et observer un repos complet, ou qu'elles doivent séjourner à l'hôpital jusqu'à l'accouchement.

*Le risque élevé d'accouchement prématuré : Il se peut que vous deviez éviter de faire l'amour en cas de contractions à un stade peu avancé de votre grossesse ou si vous avez des antécédents en matière d'accouchement prématuré. «Dans ces cas-là, du fait de la pénétration, le col de l'utérus peut se retrouver heurté ou stimulé et il faut éviter tout ce qui est susceptible d'augmenter le risque de contractions», précise la Dr Minkin. Les femmes dont le risque d'accouchement prématuré est élevé doivent se montrer encore plus prudentes.

*La perte de liquide amniotique : Si la poche des eaux commence à se rompre trop tôt, il faut absolument éviter toute relation sexuelle car cela peut favoriser la prolifération de microbes ou entraîner une infection chez le bébé dans la mesure où le sac amniotique n'est plus étanche, relève la Dr Proudfit. Une autre pathologie qui est susceptible de nécessiter l'hospitalisation de la femme enceinte ou le déclenchement de son accouchement si sa grossesse est suffisamment avancée.

Dans ces cas-là, il se peut que les médecins recommandent le «repos pelvien», c'est-à-dire l'absence absolue de pénétration vaginale.

Moodboard / Via gettyimages.com

«Lorsqu'on parle d'abstinence sexuelle ou de repos pelvien, cela signifie que le vagin ne doit absolument pas être pénétré par quoi que ce soit – donc, pas de pénis, ni de vibromasseur, ni de sex-toy, parce que le risque est trop grand, détaille la Dr Proudfit. Une stimulation clitoridienne externe est parfois autorisée, poursuit-elle, mais cela dépend de la raison pour laquelle on vous mise en repos pelvien ou de la gravité de la pathologie sous-jacente. Parlez-en donc toujours à votre médecin au préalable.» Pour certains types de grossesses à risque, il se peut que la femme doive rester allongée à l'hôpital sous surveillance, aussi la pénétration est-elle évidemment absolument proscrite dans de tels cas.

Il n'y a aucune preuve tangible indiquant qu'un orgasme est susceptible de provoquer un accouchement prématuré (ou de déclencher le travail pour un accouchement normal).

E! / Via giphy.com

«Les orgasmes peuvent faire se contracter l'utérus, mais il ne s'agit pas là de contractions continues comme celles durant l'accouchement, et elles disparaîtront. Ce n'est pas un problème pour la plupart des femmes», explique la Dr Minkin. Les orgasmes sont donc sans danger, même si cela vous fait ressentir des trucs bizarres à l'utérus. Les chercheurs pensaient auparavant que les accouchements précoces pouvaient être déclenchés par les contractions provoquées par les prostaglandines du sperme ou les prostaglandines endogènes relâchées par la stimulation du col de l'utérus, explique la Dr Proudfit, mais il n'y a pas de données suffisantes pour établir que les rapports sexuels peuvent entraîner un accouchement précoce.

Cela dit, votre médecin vous dira peut-être d'éviter les orgasmes si vous avez un risque élevé d'accouchement précoce, en raison du risque théorique, déclare-t-elle. «Nous ne comprenons pas complètement comment se déclenchent les accouchements précoces, mais les femmes ayant un risque élevé ne devraient rien faire qui puisse y contribuer», ajoute-t-elle. «Il n'y a pas non plus de preuve du fait qu'un rapport sexuel peu de temps avant le terme pourrait déclencher le travail, mais il n'est pas dangereux d'essayer s'il n'y a pas de risques», explique la Dr. Minkin.

La plupart des positions sexuelles sont sans danger, il s'agit donc davantage d'une question de confort.

IFC / Via tumblr.ifc.com

Techniquement, il n'existe pas de positions qui soient moins sures pour vous ou le bébé, mais certaines sont plus désagréables que d'autres. «Les positions que vous appréciez habituellement peuvent ne pas être agréables durant la grossesse, car votre ventre peut vous gêner, et l'on sait que la fréquence des rapports sexuels baisse au cours du troisième trimestre à cause de difficultés logistiques», explique la Dr Minkin.

Le missionnaire a tendance à être la position la plus difficile pour les couples qui attendent un bébé, déclare la Dr Proudfit, et les positions où la pénétration vient de derrière sont généralement plus faciles. «Une position sur le côté ou en levrette peut être mieux indiquée, car votre ventre ne gênera pas», déclare la Dr Minkin. Les experts suggèrent également d'utiliser des oreillers pour maintenir le pelvis ou soutenir le ventre, pour que le rapport sexuel soit plus sympa. N'ayez pas peur d'être créatifs !

Publicité

Et un rapport oral ou anal est possible, mais il faut faire un peu plus attention que d'habitude.

NBC / Via popkey.co

«Réaliser un rapport oral ne pose pas de problème, et recevoir un rapport oral est sans danger dès lors qu'il n'y a pas de risque élevé d'accouchement précoce et que votre docteur ne vous a pas conseillé d'éviter les orgasmes», explique la Dr Minkin. Cependant, si la femme enceinte reçoit un rapport sexuel oral, son ou sa partenaire doit éviter de souffler de l'air directement dans le vagin. Cela pourrait provoquer une complication rare mais potentiellement mortelle, l'embolie veineuse gazeuse.

Pour ce qui est de la sodomie, l'important, c'est vraiment le confort. «De nombreuses femmes enceintes ont des hémorroïdes, et un rapport anal pourrait donc provoquer des douleurs ou des saignements», explique la Dr Minkin. Et, si vous souhaitez pratiquer la sodomie, évitez de repasser ensuite directement à une pénétration vaginale. «Il faut éviter d'introduire des bactéries du rectum au vagin, car les conséquences d'une infection sont pires pour une femme enceinte», explique la Dr Minkin. Si vous avez l'un des problèmes mentionnés plus haut, demandez d'abord conseil à votre médecin à propos de la sodomie, qui est parfois trop risquée.

Qu'en est-il des préservatifs ? Eh bien, vous en aurez encore besoin dans certaines situations.

Classen Rafael / Getty Images / Via gettyimages.com

«Si la relation n'est pas mutuellement monogame (donc si la femme enceinte ou son/sa partenaire a des rapports avec d'autres partenaires), vous devez mettre un préservatif pour vous protéger contre les IST», explique la Dr Minkin. Les infections sexuellement transmissibles (IST) peuvent non seulement affecter la santé de la femme enceinte, mais également contaminer le bébé, et provoquer des problèmes. «Si vous êtes enceinte, vous devriez toujours utiliser des préservatifs si votre partenaire est séropositif et vous non, ou si votre partenaire à une poussée d'herpès et pas vous (ou que vous n'êtes pas certaine de votre statut)», explique la Dr Proudfit.

Vous devez également utiliser un préservatif si votre partenaire est un homme (ou si vous avez un rapport sexuel avec un homme) qui a voyagé dans une zone touchée par le virus Zika. Cela est dû au fait que le Zika est sexuellement transmissible et qu'une infection durant la grosse peut provoquer des anomalies congénitales telles que la microcéphalie. «Le virus Zika peut subsister dans le sperme jusqu'à six mois. Si votre partenaire a séjourné dans une zone où sévit Zika, nous conseillons généralement de mettre un préservatif jusqu'à la fin de la grossesse», ajoute-t-elle.

Ceci dit, si vous ne voulez pas avoir de rapports sexuels ou que cela vous stresse, ce n'est pas un problème du tout.

youtube.com / Via giphy.com

«Si vous n'avez pas envie de rapports sexuels ou que cela vous gêne trop, n'en ayez pas. De nombreuses personnes ressentent cela lorsqu'elles sont enceintes», explique la Dr Minkin. Le sexe peut détendre énormément, mais il peut aussi faire le contraire.»

«Si vous avez tendance à paniquer ou que vous êtes inquiète après un rapport sexuel parce que vous avez peur d'avoir fait du mal à votre futur enfant (même si c'est généralement sans danger), peut-être que vous devriez arrêter pour éviter le stress», conseille le Dr. Proudfit.

Vous pouvez aussi tout simplement ne pas avoir envie de rapports sexuels pour une raison ou une autre ! «La grossesse peut provoquer toute une variété de changements dans les envies sexuelles, certaines personnes veulent le faire tout le temps, d'autres plus du tout, cela varie vraiment d'un individu à l'autre», ajoute-t-elle. Faites donc simplement ce qui vous semble bien pour vous et votre corps.

Enfin, si vous avez des doutes ou des questions, parlez-en toujours au ou à la professionnel-le de santé qui suit votre grossesse. Le sujet peut être un peu dérangeant, mais les médecins et sages-femmes sont là pour vous aider.

Peopleimages / Getty Images / Via gettyimages.com

Vous devez vous assurer, si vous avez des rapports sexuels pendant la grossesse, que ces rapports sont sûrs, et que vous êtes aussi à l'aise et heureuse que possible, votre médecin peut beaucoup vous aider pour cela. «Certaines personnes ont tendance à hésiter et à être embarrassées pour parler de leur vie sexuelle à leur docteur-e, mais nous pouvons vous promettre que nous avons déjà tout entendu, et que nous sommes là pour vous aider», déclare la Dr Proudfit. Si vous avez un doute, demandez simplement à votre médecin ou sage-femme !

Ce post a été traduit de l'anglais.

Sponsorisé