back to top

L'histoire de cette Française qui cherchait le père de son bébé était une pub

Elle appelait les internautes à l'aide pour retrouver le père de son enfant, un Australien, mais il s'agissait en fait d'une campagne de marketing viral.

Publié le

Dans la vidéo (en anglais), elle explique avoir rencontré en Australie un homme dont elle est tombée enceinte par la suite et dont elle n'a plus les coordonnées.

Voir cette vidéo sur YouTube

youtube.com


«Bonjour, je suis Natalie, je viens de France. Aujourd'hui je fais cette vidéo et j'ai besoin de votre aide. Il y a trois mois, je suis venue à Mooloolaba, j'ai passé un séjour génial, j'ai rencontré des gens formidables et la dernière nuit, nous avons organisé une fête (...) et j'ai rencontré ce type très mignon. Pour moi c'était le coup de foudre et on a passé une belle nuit ensemble.

Le lendemain matin je suis rentré à Paris. J'ai perdu mon téléphone, et donc son numéro. Six semaines après j'ai appris que j'étais enceinte. Donc je suis revenue ici pour le retrouver parce que je n'ai pas de famille autour de moi.»

La jeune femme demande ensuite l'aide des internautes pour retrouver le père de son enfant:

«S'il vous plaît, aidez-moi, partagez cette vidéo, parlez-en autour de vous, en espérant qu'il voit ma vidéo. J'ai lancé une page Facebook. Si vous savez quelque chose contactez-moi.»

L'histoire a ému de nombreux internautes. Mais il s'agit en fait d'un canular réalisé dans le cadre d'une campagne virale créée pour faire connaître la ville de Mooloolaba en Australie, révélée plus tard dans la vidéo ci-dessous:

Publicité

Voir cette vidéo sur YouTube

youtube.com

La page Facebook de Natalie Amyot elle-même avait été créée pour cette campagne. On y trouve des centaines de messages d'internautes touchés par l'histoire, auxquels la pseudo-touriste ne répondait seulement qu'avec des «merci».

all this girl says in response to anyone asking a question is "thankyou"

«Tout ce que répond la fille à n'importe quelle question posée est "merci".»

Si bien que très vite, plusieurs internautes ont senti que l'histoire était fausse.

Natalie Amyot's Facebook transforming from praise to anger. Ad or not, it's a great example of ppl on the Internet

«La page Facebook de Natalie passe des louanges à la colère. Publicité ou pas, c'est un bel exemple du comportement des gens sur internet.»

Publicité

«Natalie» a publié quelques posts, où elle se disait bouleversée par ces accusations.

Facebook

«Je dois aller me coucher, j'ai des gens qui sont cruels et me font passer pour quelqu'un d'inutile... Puis j'ai des gens qui veulent m'aider... Pourquoi croyez-vous que n'ai pas fait de TV? Parce que je ne veux pas lui faire peur...s'il vous plait laissez-moi le voir.»

«Si vous voulez tous essayer et penser que c'est fake j'effacerai les pages et je rentrerai chez moi. Vous serez fiers ensuite d'avoir harcelé une mère et un bébé et d'avoir éloigné le père... Si c'est ce que vous voulez, je rentrerai chez moi demain...mais comment pouvez-vous autant me détester de vouloir le retrouver...»

Publicité

En même temps, a été découverte le compte Instagram @alizee_m (devenue privée depuis) où étaient postées des photos prises en Australie d'une jeune femme qui ressemble beaucoup à «Natalie».

Une source qui a resté anonyme a confirmé à BuzzFeed que «Natalie» s'appelle en réalité Alizee Michel. Elle vit depuis un moment en Australie et travaille pour une compagnie de social media.

BuzzFeed a contacté l'office de tourisme de Mooloolaba, qui n'a pas donné suite pour l'instant.

Brad Esposito is a news reporter for BuzzFeed and is based in Sydney, Australia.

Contact Brad Esposito at bradley.esposito@buzzfeed.com.

Got a confidential tip? Submit it here.