back to top

Sister Tomato, la drag-queen qui a retourné l'internet chinois

Sister Tomato, une drag-queen de 24 ans, a suscité la controverse suite au look déjanté qu'elle a récemment arboré dans une épicerie.

Publié le

Voici Sister Tomato, ou Shenzhen Superstar Tomato, son pseudo complet sur Weibo. Elle travaille comme danseuse de pole-dance dans les bars et les boîtes de nuit de Chine.

Courtesy of Sister Tomato / Via weibo.com

Elle aime se faire appeler Sister Tomato car elle trouve que son vrai nom est «moche», a-t-elle expliqué par téléphone à BuzzFeed News.

Mais comme la plupart des gens du spectacle, elle s'est dit qu'elle pourrait gagner en popularité. La solution la plus facile? Weibo. «Je vais faire un peu de shopping dans une tenue très jolie», aurait-elle dit à un ami photographe plus tôt dans le mois.

Publicité

L'ami en question a posté plus tard des images de Sister Tomato déambulant dans le rayon boissons, la silhouette étirée par des bottes compensées à talon, un haut court et un slip en cuir ouvert sur le derrière et laissant voir un string rose. Et les images? Elles. Déchirent. Tout.

Les photos, qui montrent des badauds curieux en arrière-plan, sont devenues virales sur Weibo et ont été partagées plus de 4000 fois. Elles ont aussi été relayées dans plusieurs médias locaux et ont suscité des milliers de commentaires, aussi bien positifs que négatifs.

Weibo

«Ces jambes... combien de femmes vont en être vertes?» commente quelqu'un.

Mais certains ont remis en question sa tenue, déclarant qu'elle dépassait les bornes de la décence sociale. «Pardon?» peut-on lire dans un des commentaires, aimé plus de 1000 fois. «[On] peut respecter les passe-temps spéciaux, mais vous me dites que ça, ce n'est pas immoral?? Tolérance imbécile.»

Weibo

Le commentaire acerbe ne s'arrête pas là: «Sortir habillé-e comme ça, quel que soit son âge ou son sexe, c'est immonde. Les travestis ne sont pas différents, mais personne ne peut mettre un slip, faire un trou au-dessus des fesses et sortir comme ça. Ne me tombez pas dessus s'il vous plaît; ne témoigne-t-on pas assez de tolérance envers les minorités aujourd'hui?»

Publicité

D'autres ont parlé de leur expérience à l'étranger pour dire qu'il n'y avait pas de problème. «Je vis aux États-Unis et j'ai vu pas mal de gens comme elle. Il y a une personne travestie dans ma classe ce semestre», peut-on lire dans un commentaire. «Mais je n'ai jamais vu personne les mépriser ou prendre des photos d'eux de cette façon.»

Weibo

«Une fois, j'ai vu un vendeur travesti dans un supermarché aux États-Unis. Il avait du maquillage, du vernis à ongles et des accessoires extravagants», approuve une autre personne.

Weibo

«Il était naturel et gracieux. Ça n'a choqué personne. Mais une de mes collègues a baissé la tête, évitant de le regarder alors qu'il la saluait et lui demandait ce qu'elle voulait. Elle l'a ignoré délibérément et j'ai trouvé ça très grossier!»

«Je pense que ces personnes devraient être respectées car elles se fichent de ce que pensent les autres et font ce qu'elles ont envie... à ceux qui ont commenté et se sont moqués, pourriez-vous montrer un peu plus de tolérance au monde?»

Weibo

Contrairement à certaines de ses pairs, Sister Tomato veut afficher son excentricité sur scène, mais aussi dans la rue.

Courtesy of Sister Tomato / Via weibo.com

Elle a expliqué à BuzzFeed News qu'elle se fichait des critiques, tant qu'elle ne «violait aucune loi». Même les critiques de membres de sa famille ne l'atteignent pas; on lui a dit qu'elle dansait bien mais qu'elle devrait changer sa façon de s'habiller.

Publicité

«Je me sens bien habillée comme ça,» a confié Sister Tomato. «Parfois, quand j'entends une chanson que j'aime au supermarché, je me mets à danser et les gens me regardent et prennent des photos. Ils trouvent tous ça drôle, puis ils me disent au revoir [et partent].»

Via whatsonweibo.com

Beimeng Fu is a BuzzFeed News World Reporter covering China and is based in New York.

Contact Beimeng Fu at beimeng.fu@buzzfeed.com.

Got a confidential tip? Submit it here.