go to content

Un exhibitionniste du métro identifié par la police grâce à la photo postée par sa victime

«C'est quoi ce manque de respect permanent? C'est pas parce que je suis une femme que j'ai à supporter votre perversité immonde tous les jours.»

posté le

Camille Regnier est une comédienne de 21 ans. Mardi 21 juillet 2015, aux alentours de 16h, elle se trouve dans la ligne 7 du métro parisien. Elle raconte qu'elle voit alors un homme se masturber en la fixant du regard.

Elle raconte à BuzzFeed France:

«C'était au niveau de la station Château-Landon. J'ai halluciné, je lui ai parlé et j'ai pris la photo en même temps, mais le mec n'a pas réagi quand je lui ai parlé. Le métro était vide, une femme était de dos mais n'a rien vu. Les portes du métro se sont ouvertes pendant que je lui parlais mais il est sorti en fuyant.»

«Le mec observait mon reflet dans la vitre du métro en s'astiquant normal. Putain mais merde, hier je me fait agresser dans le métro par un mec aussi peu respectueux, il était à 2 cm de moi je l'ai attrapé par le coup direct et aujourd'hui lui!

J'étais en train de mater une vidéo j'ai capté que en levant les yeux. Le gars je l'interpelle direct il dit rien et cours. C'EST QUOI VOTRE p***** DE PROBLÈME? Hier j'étais en jean sweat bottes aujourd'hui en robe longue, en aucun cas j'ai levé un regard sur eux.

C'est quoi ce manque de respect permanent tous les jours?? C'est pas parce que je suis une femme que j'ai à supporter votre perversité immonde tous les jours.

Cette ville me fatigue au plus haut point.»

Camille Regnier nous explique avoir reçu de nombreux messages de soutien:

«J'ai reçu énormément de messages privés de filles me racontant leur propres mésaventures, de mecs complètement éberlués et indignés, de personnes choquées ou en colère. Personne ne me croyait quand je racontais ce genre de choses, il a fallu une photo pour que d'autres manifestent leurs histoires personnelles.

Grâce à tous ces partages, j'ai même reçu des messages de flics dans le lot, j'ai donc été en contact plusieurs fois avec eux.»

Facebook a en revanche rapidement supprimé l'image, à cause de son caractère explicite.

Le lendemain, la police identifie son agresseur présumé –l'exhibition est une agression sexuelle– qui était connu des forces de l'ordre. Mais la police lui a également dit que poster son image pouvait être problématique.

«La police m'a dit que je n'avais pas forcément eu le bon réflexe, pour des problèmes de droit à l'image. Le problème avec le système judiciaire c'est que si tu réagis contre ton agresseur, c'est toi qui pars en taule, donc à part ne rien faire et déposer plainte et attendre...

Je suis fatiguée de ce qui arrive et tellement en colère, si je devais à chaque fois porter plainte à chaque agression, je passerais ma vie au commissariat. Ce genre d'exhibitionnisme, j'ai dû y faire face 4 ou 5 fois en deux ans. Mais les attouchements sont très fréquents, les mains qui glissent, les mains aux fesses, les mains qui t'agrippent, les mains partout, c'est une fois par mois au moins.»

Elle affirme qu'une procédure judiciaire a été entamée par la police, sans être en mesure d'en donner les détails. Contactée par BuzzFeed France, la brigade de sureté régionale des transports n'a pas souhaité s'exprimer sur ce dossier.

Selon un rapport du Haut Conseil à l'Egalité entre les femmes et les hommes (HCEfh) en avril 2015, 100% des utilisatrices de transports en commun interrogées ont vécu au moins une situation de harcèlement sexiste ou d’agression sexuelle.

À la suite de cette concertation, le gouvernement a présenté début juillet un plan national de lutte contre le harcèlement sexiste et les violences sexuelles dans les transports en commun.

.@GouvernementFR s'engage contre harcèlement sexiste & violences sexuelles dans les transports http://t.co/5THL9cLLDD

Assma Maad est journaliste chez BuzzFeed News France et travaille depuis Paris.

Contact Assma Maad at assma.maad@buzzfeed.com.

Got a confidential tip? Submit it here.