back to top

Pour tous ceux qui ne pigent rien à ce qui se passe en Angleterre

Pour la faire courte: c'est la merde.

Publié le

Nouveau rebondissement. Nigel Farage a annoncé lundi 4 juillet sa démission de la tête du parti Ukip. Avec Boris Johnson, il était l'un des principaux politiques qui faisaient campagne pour la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne.

«Mon objectif de sortir de l'UE est atteint (...) j'ai accompli ma mission», a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse.

Du coup, comme c'est un bordel sans nom, on a décidé de vous expliquer un peu tout ce qui s'est passé depuis les résultats du Brexit.

Publicité

Les bourses se sont effondrées après l'annonce du résultat.

img.pandawhale.com / Via Universal Pictures

Les agences de notation Standard & Poor's et Fitch ont aussi dégradé la note du Royaume-Uni en l'abaissant de AAA à AA. L'agence a évoqué «l'incertitude» générée par le vote et a anticipé «un contexte politique moins prévisible, moins stable et moins efficace» dans les mois à venir.

Publicité

Et puis on a aussi découvert le deuxième prénom de Nigel Farage, PINOCCHIO.

imagespourtoi.com / Via Disney

Le chef du parti nationaliste UKIP, et l'un des principaux chefs du pro-Brexit, est revenu sur l'une des promesses de campagne de son parti, qu'il avait aussi soutenu plus ou moins directement.

En gros, une des promesses de campagne de UKIP était de transvaser les 350 millions de livres (environ 430 millions d’euros) envoyés chaque semaine à l’Union européenne par le Royaume-Uni à la Sécurité sociale britannique (NHS). Mais il est revenu sur cette promesse en admettant que c'était une «erreur».

¯\_(ツ)_/¯

Du côté du Parti travailliste, c'est pas la fiesta non plus. Le Labour est en crise. Plusieurs membres du cabinet fantôme travailliste ont démissionné après le vote.

gifsec.com / Via Weinstein Company

Oui, parce qu'il y a un ~cabinet fantôme~ au Royaume-Uni! En gros c'est une espèce de faux gouvernement parallèle mené par le leader de l'opposition au Parlement. Chaque membre du cabinet –des députés importants– surveille et critique les actions d'un membre du gouvernement (cet article du Monde l'explique très bien). Donc à la place de faire ça, ils démissionnent.

Ils accusent Jeremy Corbyn, le chef du parti, de ne pas avoir assez suffisamment fait campagne pour rester dans l'UE. Mais il ne compte pas (pour l'instant) démissionner.

On a même vu David Cameron se mettre tout rouge en demandant à Corbyn de partir.

"For heaven's sake man - go!" - David Cameron challenges Jeremy Corbyn to quit at #PMQs https://t.co/c18GY9M6wf https://t.co/zegIXXsZw1

Publicité

Traduction: «Boudiou, casse-toiiiii.»

David Cameron a condamné des attaques racistes «ignobles» devant le Parlement, et le maire de Londres Sadiq Khan a demandé à la police d'être «particulièrement vigilante» quant aux crimes racistes. Selon la police nationale, il y a eu une hausse de 57% d'incidents racistes la semaine suivant le référendum (85 incidents rapportés contre 54 la semaine d'avant).

Publicité

Et l'Écosse (qui a voté à plus de 60% pour rester dans l'UE) se demande si elle ne va pas organiser un nouveau référendum sur l'indépendance et si le pays ne resterait pas dans l'UE.

Publicité

CETTE PHOTO.

Juncker (président de l'UE) empêchant un journaliste de prendre une photo de @Nigel_Farage: tout un symbole #UEBasta

Boris Johnson, l'ex-maire conservateur de Londres, était l'un des plus fervents pro-Brexit. Il faisait partie des favoris à la succession de David Cameron. Critiqué pour ne pas avoir préparé de plan clair pour l'Europe, il a décidé jeudi 30 juin contre toute attente de jeter l'éponge.

«Après avoir consulté mes collègues et considérant les circonstances au Parlement, j'en ai conclu que cette personne ne pouvait pas être moi», a-t-il déclaré en conférence de presse.

Publicité

Theresa May: C'est l'actuelle ministre de l'Intérieur du gouvernement Cameron, qui comme vous l'avez compris n'existera plus dans quelques semaines. Cette eurosceptique avait quand même fait campagne pour rester dans l'UE. On la surnomme déjà la nouvelle Margaret Thatcher. Ça promet.

Michael Gove: C'est l'actuel ministre de la Justice. C'était aussi le bras droit de Boris Johnson, et il a été une figure du Brexit à ses côtés. Mais il a porté un coup de poignard à son ancien poto en déclarant ainsi sa candidature avant celle de Johnson: «À regret, je suis arrivé à la conclusion que Boris ne peut pas assumer le leadership ou construire une équipe pour la tâche qui nous attend». Ambiance.

Le ministre du Travail, Stephen Crabb, l'ancien secrétaire d'État à la Défense, Liam Fox, et Andrea Leadsom, secrétaire d'État à l'Énergie, se sont aussi portés candidats.

Assma Maad est journaliste chez BuzzFeed News France et travaille depuis Paris.

Contact Assma Maad at assma.maad@buzzfeed.com.

Got a confidential tip? Submit it here.