go to content

57 phrases prononcées par Nicolas Sarkozy en 2016

100% vrai.

posté le

1. Sur nos ancêtres: «Dès que vous devenez Français, vos ancêtres sont Gaulois.»

2. Sur ses ancêtres: «Mon père est Hongrois, mon grand-père maternel était Grec. On ne m'a pas appris le hongrois et je n'ai pas appris l'Histoire de la Hongrie, ni l'Histoire de la Grèce. J'ai appris l'Histoire de France.»

3. Sur les migrants: «Est qu'on peut accueillir tous ceux qui veulent venir? Ma réponse est non.»

4. «Ce qui est inhumain, c’est de faire croire à des malheureux qu’ils ont un avenir alors que dans notre pays, il n’y a pas de logement, pas d’emploi pour eux, pas de moyens financiers.»

5. «L'Europe ne peut pas accueillir toute l'Afrique.»


6. Sur le Coran: Je pense qu'il est difficile de prétendre l'avoir lu et compris quand on n'est pas musulman.»

7. Sur l'internet français: «C'est quoi, Le Bon Coin?»

8. Sur Nuit Debout: «Nous ne pouvons pas accepter que des gens qui n’ont rien dans le cerveau viennent sur la place de la République donner des leçons à la démocratie française.»

9. Sur l'intégration: «Le système d'intégration français est complètement submergé. Ce n'est pas un problème d'humanité, c'est du pragmatisme.»

10. Sur les musulmans: «Bien sûr que les musulmans sont des Français comme les autres, mais si vous êtes Français vous vivez selon le mode de vie français.»

11. Sur l'islam et la France: «On a le droit de poser la question d'un islam de France et non pas d'un islam en France.»

12. Sur la République et l'islam: «C'est à l'islam de s'intégrer dans la République, et non pas à la République de s'adapter à l'islam.»

13. Sur le climat: «Il faut être arrogant comme l’Homme pour penser que c’est nous qui avons changé le climat.»

14. Sur les jeunes: «Tout jeune de 18 ans qui n’aura pas d’emploi ou de formation se verra obligé de participer à un service militaire où il apprendra à se lever tôt.»

15 «Quand on est des enfants nés de parents, par exemple, d'origine maghrébine, on doit apprendre non pas l'Histoire de l'Algérie, du Maroc, mais l'Histoire de France.»

16. «Si leurs parents refusent pour leurs enfants mineurs l’inscription dans ces internats, ils verront leur allocation familiale suspendue.»

17. Sur l'école: «Je veux qu'à l'école on apprenne les enfants à parler français et non pas la langue de leurs parents.»

18. «Apprenons d'abord le français à l'école avant de se préoccuper de l'apprentissage des langues du pays d'origine. Au fond, s'il n'y a pas d'assimilation, il n'y aura pas d'acquisition de la nationalité française.»

19. «On sait depuis peu qu’il est même inconvenant d’enseigner le grec et le latin. En effet ces langues anciennes sont coupables de nous rappeler que nous avons une origine gréco-latine.»

20: Sur les chômeurs: «Si on refuse à deux reprises un emploi et une formation, on n'aura plus le droit à une indemnisation.»

21. Sur la France: «C'est un pays chrétien dans sa culture et dans ses mœurs.»

22. Sur ce qu'est la France: «En France, il n'y a qu'une communauté: la communauté française qui partage une langue, une culture et un mode de vie.

23.Sur l'identité de la France: «Notre identité est menacée quand on laisse les communautarismes prospérer sur le territoire de la République, quand on laisse des minorités nous imposer un mode de vie qui ne sera jamais le nôtre.»

24. Sur l'immigration: «L'immigration massive et le communautarisme ont créé une prise de conscience du fait qu'il y avait quelque chose qui ne tournait plus rond en France.»

25. Sur les minorités: «Qu'est-ce que c'est, la liberté, quand il y a la tyrannie des minorités?»

26. Sur le burkini: «La République ne peut pas reculer devant des attitudes, des obligations vestimentaires qui ne correspondent pas au mode de vie français.»

27. «C'est une provocation d'un islam politique qui teste la résistance de la République.»

28. Sur une loi anti-burkini: «On change la Constitution! On l'a changée une petite trentaine de fois, c'est pas gênant.»

29 «Je crois que la règle apaise et l'absence de règle pousse chacun à des dérives.»

30. Sur la «jungle» de Calais: «C'est à l'Angleterre d'ouvrir un camp de réfugiés. Nous devons les amener en Angleterre, qui doit traiter les dossiers et dire "voilà ceux qu'on veut garder et ceux qu'on ne veut pas garder."»

31. «Nous n'avons pas à disséminer la jungle de Calais partout en France.»

32: Sur le droit du sol en janvier 2016: «Je suis réservé sur l'opportunité de la remise en cause généralisée et complète du "droit du sol". Un enfant né en France est Français.»


33. Sur le droit du sol en août 2016 il se dit:
«contre sa suppression» mais prône «une modification assez substantielle».

34. Sur les terroristes: «Ça sera eux ou nous.»

35. Sur le retour de l'autorité de l'État: «Tous ceux qui entraveront le bon fonctionnement de leur établissement iront dans des internats à encadrement renforcé.»

36. Sur la France, aujourd'hui: «Jamais la France n'a connu une telle période. On peut faire mieux et différemment.»

37. «Je suis resté effrayé de voir qu'on ne parle plus à la France, qu'on ne parle plus de la France, qu'il n'y a plus de communauté nationale mais une addition de communautés, dont chacune défend avec acharnement ses intérêts.»

38. «Combien de fois ai-je entendu le cri de souffrance de femmes et d'hommes de bonne volonté qui sentent confusément que le pays dans lequel ils sont nés et qui donne sens à leur vie, qu'ils ont reçu de leurs parents et qu'ils voudraient transmettre à leurs enfants, est en train de disparaître?»

39. «Je parle de racines chrétiennes, c’est plus un choix culturel que cultuel. La France n’est pas chrétienne mais elle vient de là.»

40. «La seule question qui compte: pourra-t-on transmettre la France que l'on a reçue à nos enfants?»

41. Sur l'Europe: «Tant que l'Europe n'a pas une politique commune de contrôle aux frontières, il faut suspendre le regroupement familial.»

42. Sur les Français: «Nous sommes Français et nous désirons de toutes nos forces le rester et transmettre ce pays à nos enfants.»

43. Sur la République:. «C'est cela la République: le refus de se laisser enfermer dans son milieu social, son origine ethnique, dans sa confession religieuse.»

44. Sur le multiculturalisme: «Un jour sont arrivés les idéologues du multiculturalisme et les sociologues des inégalités. Ils ont décidé que l’identité de la France était une offense pour tous ceux que notre pays avait accueillis et qui n’étaient pas d’origine française ou qui n’étaient pas, socialement, en mesure d’assimiler la culture savante.»

45. «Un livre d’Histoire de France était devenu, aux yeux des apôtres du multiculturalisme un dangereux brûlot néo-colonialiste.

Oui, nous en sommes arrivés là. La France devait s’effacer devant ses hôtes.»

46. «Certes, il se trouvera toujours des hommes ou des femmes, apôtres du différencialisme, pour venir expliquer que se réclamer d’une identité française relève du rejet de l’autre. Il se trouvera toujours des hommes ou des femmes pour venir contester l’enracinement culturel et cultuel de notre pays.»

47. Sur le voile: Je comprends parfaitement qu'on me dise qu'une jeune fille de 20 ans a son libre arbitre. Mais la situation qui est la nôtre est profondément anormale. La majorité est aujourd'hui provoquée par des comportements minoritaires qui veulent s'imposer et qui sont à l'opposé de nos valeurs républicaines, à commencer par l'égalité de l'homme et de la femme.

48. Sur ce qu'il a entendu à son sujet: «On m'a fait beaucoup de reproches mais pas de mentir.»

49. Sur ce que les gens disent de lui: «Je ne crois pas que s'agissant de moi, on parle beaucoup de quelqu'un qui tourne avec le vent.»

50. Sur lui-même: «Je suis candidat pour dire la vérité. La vérité sur la réalité de quotidien du peuple de France.»

51. À l'attention d'étudiants gabonais: «Ici c'est la France, c'est pas le Gabon. Si vous voulez retourner au Gabon, allez-y.»

52. Sur les médias: «C'est compliqué dans un pays comme le nôtre car ça va demander du courage, et certainement des médias orientés un peu plus comme Valeurs actuelles et un peu moins comme France Télévisions!»

53. Sur les journalistes: «Les journalistes de France 2, ça donne une idée de ce qu’était Che Guevara.»

54. Sur la cantine: «Si dans sa famille on ne mange pas de porc, le jour où à la cantine y a des frites et des tranches de jambon le petit prend pas de tranche de jambon, il prendra une double ration de frites. C'est la République.»

55. Sur ce qu'il veut défendre: «Je veux être le défenseur acharné de ces jeunes Françaises musulmanes dont je veux leur garantir le droit qu'elles choisiront leurs maris, leurs familles, leurs tenues vestimentaires.»

56. Sur les 35 heures: «Je ne serai pas la Martine Aubry de droite.»

57. Sur le mépris: «Ce n'est pas parce qu'on est musulman qu'on a le droit de détester et mépriser la France.»

Assma Maad est journaliste chez BuzzFeed News France et travaille depuis Paris.

Contact Assma Maad at assma.maad@buzzfeed.com.

Got a confidential tip? Submit it here.