back to top

Comment la croisière antimigrants des identitaires est en train de faire plouf

Collecte de fonds gelée, compte en banque fermé, bateau arrêté plusieurs fois, équipage entendu par la police… On vous récapitule le bordel autour de la campagne d'extrême droite «Defend Europe».

initialement publié sur
Mis à jour le

En mai dernier, le groupe d'extrême droite français Génération identitaire (GI) a lancé, avec d'autres militants européens, la campagne «Defend Europe» pour «sauver l'Europe de l'immigration clandestine».

Facebook: GenerationIdentitaire

«Nous préparons une grande mission de sauvetage en Méditerranée, une mission pour sauver l’Europe de l’immigration clandestine.

Nous voulons rassembler une équipe de professionnels, affréter un grand bateau et naviguer sur la mer Méditerranée pour contrecarrer les bateaux de ces contrebandiers humains (...)

Nous voulons protéger nos pays de l’immigration illégale, et si besoin tenir tête en mer aux bateaux des ONG tel que l’Aquarius», explique GI sur le site Defend Europe.

En mars 2017, SOS Méditerranée a dressé son bilan, un an après avoir embarqué sur l'Aquarius. Les équipes de l'ONG ont assuré «près de 100 opérations en pleine mer, au cours desquelles 13.991 personnes ont été recueillies et assistées à bord de l’Aquarius. 9662 vies ont été directement sauvées par nos équipes sur des embarcations en détresse et 4329 personnes ont été prises en charge après transbordement depuis un autre navire.»

En mai, une première tentative des identitaires pour empêcher le sauvetage de migrants dans le port italien de Catane échoue.

Hier soir, 4 activistes tentent de gêner l'#Aquarius partant sauver des vies en mer. La @guardiacostiera interv… https://t.co/LDxmn1vMKn

Pour financer ce qu'elle appelle sa «mission», Génération identitaire lance par la suite une collecte en ligne sur le site Paypal. En juin, ils revendiquent plus de 60.000 euros de dons en quelques semaines, dépassant leur objectif de 50.000 euros.

Grâce à vos dons, nous allons pouvoir commencer notre opération de sauvetage. #StopImmigration #DefendEurope

Mais la cagnotte a finalement est finalement bloquée quelques jours plus tard après plusieurs jours de mobilisations d'internautes et d'associations, et une pétition signée par 34.000 personnes.

Comme Le Parisien le précise à l'époque, ce blocage n'a pas remis en cause le projet de Génération identitaire. «La cagnotte gelée a été remboursée aux donateurs, expliquait Clément Galant, l'un des responsables du mouvement. Une autre partie de l’argent avait déjà été transférée sur notre compte. Mais je ne vous dirai pas combien.»

Ils précisent d'ailleurs que d'autres moyens, tels que le virement bancaire ou les chèques, sont encore disponibles pour lever des fonds. Mais sous la pression des associations, le Crédit mutuel décide à son tour de fermer le compte bancaire de Génération identitaire.

La délégation interministérielle à la lutte contre le racisme, l'antisémitisme et la haine anti-LGBT (Dilcrah) émet par ailleurs un signalement à l'encontre de Génération identitaire, transmis au procureur de la République.

«La Dilcrah dénonce ainsi la commission des délits de provocation à la discrimination à l’égard de personnes ou d’un groupe à raison de leur origine, et d'association de malfaiteurs en vue de commettre le délit d’entrave aux mesures d’assistance et de secours», écrit la délégation dans un communiqué publié le 14 juin.

En parallèle, Defend Europe lance une autre collecte de fonds pour financer une «mission sur la côte libyenne» et «mettre fin au trafic d'êtres humains en mer Méditerranée» en «surveillant les navires des ONG». Plus de 155.000 euros ont été collectés à ce jour.

Une somme qui leur a permis d'affréter un navire, le C-Star, parti de Djibouti au début du mois de juillet.

Voir cette vidéo sur YouTube

youtube.com

Selon l'association britannique Hope Not Hate, le propriétaire du bateau s'appelle Sven Tomas Egerstrom. L'homme a été condamné à deux années et demi de prison pour fraude en 2002. Interrogé par l'association, le propriétaire du C-Star a confirmé qu'il était informé de la mission de Defend Europe lorsqu'il leur a donné l'autorisation d'utiliser son navire.

Pour l'équipage, les galères vont continuer de s'enchaîner. Le navire devait se rendre à Catane pour embarquer plusieurs autres militants identitaires en direction de la Libye. Or, le maire de la ville, Enzo Bianco, s'oppose à l'entrée du navire dans son port. Des militants associatifs protestent également contre Defend Europe.

A flotilla organised by @Avaaz symbolically blockaded Catania port this morning in protest against #DefendEurope

Une information que Génération identitaire a qualifié de «fake news», dans un communiqué de presse publié le 21 juillet. Selon GI, le bateau n'a pas été retenu en Egypte.

«Fake news! Telle est la dernière arme utilisée contre Defend Europe par diverses ONG ou groupuscules spécialisés dans l’aide à l’immigration clandestine. Ainsi, depuis 48 heures, a-t-on pu lire dans la presse anglo-saxonne que le navire de la mission Defend Europe aurait été “retenu” par les autorités égyptiennes. Il n’en est absolument rien.

Après un contrôle par la douane de ce pays, le navire a pu reprendre sa route. En revanche, il est exact que ce contrôle faisait suite à une dénonciation aussi mensongère que délirante commise par l’organisation anglaise Hope Not Hate.»

Le C-Star aurait été ensuite bloqué à Chypre, dans le port de Famagouste, selon la presse locale. L'équipage aurait été évacué du bateau et entendu par la police. Quant au capitaine, il aurait été arrêté pour soupçons de faux documents.

Aşırı sağcı grubun Mağusa'daki gemisi "C-Star" boşaltıldı, kaptan ve yardımcısı gözaltına alındı… https://t.co/Jku65iT1Hb

Le site affirme que certains marins présents à bord étaient des réfugiés Tamouls sri-lankais, et qu'ils auraient tenté de passer clandestinement à bord du navire des identitaires. Certains auraient même payé pour aller jusqu'en Italie.

Le 27 juillet, Génération identitaire accuse les ONG d'être «prêtes à tout pour nous empêcher de révéler la situation en Méditerranée». Ils se justifient:

«Nous avons affrété le C-Star, un bateau qui navigue sur plusieurs mers et océans. Son équipage est composé de plusieurs nationalités, chose tout à fait banale dans le monde maritime. À son bord, il y avait également 20 apprentis marins. Ceux-ci paient pour faire des miles sur ce navire afin de valider leurs diplômes. Une pratique courante et parfaitement légale.

Ces marins devaient descendre en Égypte, mais ce fut finalement impossible. Ils ont donc profité de l’escale à Chypre pour quitter le navire. À l’aéroport, alors que les apprentis s’apprêtaient à rentrer dans leur pays d’origine, des ONG leur ont proposé de rester en Europe et de faire une demande d’asile, en échange de promesses diverses et notamment d’argent.»

Fin juillet, le bateau identitaire réussit finalement à quitter Chypre pour les côtes libyennes. A bord du C-Star, on retrouve le leader de la mission, l'Autrichien Martin Sellner, et le Français Clément Galant, porte-parole du groupuscule GI.

Hi to all our supporters from the #CStar! Go #DefendEurope!

L'association Hope Not Hate a confirmé jeudi 3 août que le bateau se dirigeait en Libye, et qu'elle comptait «garder un œil sur la situation».

Latest info is that the #defendeurope ship is on its way to Libya. Our researchers are keeping an eye on the situat… https://t.co/ZCul9r3XtQ

Le 5 août, au large de la Libye, le C-Star s'est approché à quelques centaines de mètres de l'Aquarius, selon l'AFP. Le bateau identitaire file désormais en direction de la Tunisie, comme on le voit sur cette carte qui a capté la positon du C-Star au matin du 7 août.

Mais une fois encore, le navire fait face à des difficultés. Des pêcheurs tunisiens ont promis de bloquer l'entrée du port de Zarzis, dans le sud-est de la Tunisie, aux identitaires.

«Nous allons fermer le canal qui sert au ravitaillement. C'est la moindre des choses vu ce qui se passe en Méditerranée, la mort de musulmans et d'Africains en mer», a indiqué à l'AFP le président de l'Association des marins pêcheurs, Chamseddine Bourassine.

Le Forum tunisien pour les droits économiques et sociaux (FTDES), une ONG, a écrit dans un communiqué qu'il s'opposerait à la venue du C-Star:

«Le FTDES:
- affirme son refus que ce bateau accoste dans les ports tunisiens et appelle le gouvernement à ne pas coopérer avec son équipage raciste et dangereux ;
- appelle à ce que tous les bateaux et les marins en mer dénoncent la mission de ce bateau ;
- appelle toutes les associations et toutes les personnes à se mobiliser contre l’accès de ce bateau dans les eaux territoriales tunisiennes et dans tous les ports.»

Dans ce post relayé par la page Facebook de l'ONG, on voit des militants qui affichent une bannière «non aux racistes» sur un bateau amarré au port de Zarzis.

Facebook: ftdes

Dernier rebondissement, le 11 août, l'ONG Sea Eye, qui aide les migrants en mer, aurait été contactée pour aider le C-Star, qui a envoyé un signal de détresse.

⚠️ BREAKING NEWS (11.8.17): Identitären-Schiff "C-Star" in Seenot - Sea-Eye zur Hilfe gerufen Regensburg... https://t.co/Ll43A9KIAI

Mise à jour

Nous avons ajouté les dernières péripéties du C-Star depuis le 5 août.

Mise à jour

Le 11 août, le C-Star a encore fait parler de lui.

Assma Maad est journaliste chez BuzzFeed News France et travaille depuis Paris.

Contact Assma Maad at assma.maad@buzzfeed.com.

Got a confidential tip? Submit it here.